mardi 17 janvier 2017
 

Universal Music lance en France son service pour artistes autoproduits

La major Universal Music (groupe Vivendi) a lancé en France lundi la plateforme internet Spinnup, qui permet aux artistes, des plus amateurs aux plus rodés, de s'autoproduire et de tenter de se faire connaître des labels.

Immeuble d'Universal Music à Berlin le 23 août 2006.

Un musicien, chanteur ou compositeur amateur peut mettre en ligne via Spinnup ses morceaux sur les principales plateformes d'écoute en ligne comme Spotify, iTunes, Deezer...

Il peut aussi rentrer en contact avec des professionnels de l'industrie musicale, des chasseurs de talents, pour espérer se faire repérer et être mis en contact avec une dizaine de labels de la maison mère Universal.

A ces services, disponibles contre un abonnement de 9,99 euros par an et 39,99 euros au-delà de 5 titres, s'ajoute un "tableau de bord" qui permet à l'utilisateur d'agréger les données des réseaux sociaux pour voir si ses morceaux sont écoutés ou partagés.

"Il est très difficile pour les artistes qui n'ont pas de contacts avec les maisons de disque de se faire entendre et cette plateforme d'autodistribution peut les aider à se faire connaître", a souligné Stéphane Muraire, responsable de la plateforme pour la France à l'AFP.

La plateforme facture des frais pour la mise en ligne mais les artistes gardent tous leurs droits et 100% de leurs revenus potentiels, souligne-t-il.

Pour son lancement en France Spinnup dispose d'une équipe de huit professionnels de la musique, des volontaires, qui sont soit journalistes spécialisés, blogueurs, tourneurs ou managers, et "filtrent" les morceaux mis en ligne pour signaler les meilleurs d'entre eux aux maisons de disque. 

Côté Universal, la plateforme peut aussi permettre de surveiller un vivier de talents potentiels, en regardant quels artistes génèrent le plus de "vues" dans un style de musique donné.

Spinnup, une start-up créée en Suède et rachetée par Universal en 2012, est déjà active dans les pays nordiques, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

Quelque 96.000 "artistes" ont créé un compte à ce jour sur la plateforme, sans forcément payer pour mettre en ligne des morceaux. Elle a fait émerger 26 talents qui ont signé avec ses labels partenaires dont une vingtaine en Suède.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires