dimanche 4 décembre 2016
 

Apple et Samsung bataillent devant la justice américaine

Apple et Samsung ont croisé le fer mardi devant la Cour suprême des Etats-Unis sur la portée du brevet protégeant le design de l'iPhone, que le fabricant sud-coréen a copié pour ses propres smartphones. 

L'iPhone 7, le nouveau smartphone d'Apple lancé en septembre

Coïncidence du calendrier, ce rendez-vous judiciaire au sommet est intervenu le jour même où Samsung a annoncé cesser définitivement la production de son Galaxy Note 7, plombé par un rappel désastreux pour cause de batteries explosives.

Les débats très pointus devant les huit magistrats du temple du droit américain étaient censés trancher une querelle opposant les deux géants mondiaux depuis 2011.

Retour en arrière: en 2010 sort le Samsung Galaxy S, un smartphone présentant plusieurs caractéristiques de l'iPhone d'Apple, apparu lui trois ans plus tôt. 

Après avoir saisi la justice, le géant californien obtient en 2012 la condamnation de Samsung pour violations de brevets, le jury estimant les dommages à plus d'un milliard de dollars.

- Les coins arrondis copiés -

Concrètement, le sud-coréen est reconnu coupable d'avoir utilisé pour ses produits les fameux coins arrondis des smartphones d'Apple, ainsi que le pavé d'icônes apparaissant sur les écrans. 

L'amende a depuis été réduite et, mardi, la Cour suprême n'avait à considérer qu'une pénalité controversée de 400 millions de dollars infligée à Samsung.

Mais la question centrale qui a plongé dans la perplexité les juges est celle de la portée des brevets protégeant l'iPhone.

Cet aspect technique pourrait avoir de grandes répercussions dans de nombreux secteurs industriels où le design et la création tiennent une large place.

Une cour d'appel a en effet condamné Samsung à reverser à Apple tous les bénéfices tirés des ventes de ses smartphones partiellement inspirés de l'iPhone.

Le géant sud-coréen affirme au contraire qu'il est déraisonnable de fonder le montant des pénalités sur la valeur totale d'un smartphone, alors que la violation de brevet ne concerne seulement que l'apparence extérieure.

"Un smartphone est intelligent justement car il est composé de centaines de milliers de technologies", a plaidé mardi Kathleen Sullivan, l'avocate de Samsung. 

Elle a estimé qu'il ne faisait "aucun sens" de ne pas différencier ces éléments pour calculer les dommages et intérêts liés aux violations d'un brevet.

"Un design n'est pas un composant, un design s'applique à un objet", a rétorqué Seth Waxman, l'avocat d'Apple. 

Samsung, a-t-il assuré, faisait face à une "crise de design" pour ses smartphones, les clients plébiscitant l'iPhone d'Apple et le fabricant sud-coréen est selon lui parvenu à relancer ses ventes en copiant un design indissociable du smartphone d'Apple.

Derrière ce débat se trouve l'équilibre sensible à trouver entre innovation technologique et protection d'un design visuel.

Samsung assure que la multiplication de brevets nuit à l'innovation, en augmentant les risques de poursuites judiciaires farfelues ou coûteuses pour des pseudo-violations de concepts.

- Smartphones qui se ressemblent -

Le groupe sud-coréen a reçu le soutien de géants de la Silicon Valley et du secteur informatique, parmi lesquels Google, Facebook, Dell ou Hewlett-Packard, ainsi qu'une association de professeurs de droit.

A l'opposé, Apple a obtenu l'appui de grands créateurs de la mode et de l'industrie, comme les groupes Calvin Klein ou Adidas, ainsi que des juristes spécialisés dans les droits de propriété intellectuelle. 

Semblant réceptifs aux arguments de Samsung, les juges se sont en revanche demandé comment calculer le montant des réparations si on décidait qu'un design ne s'applique seulement à l'apparence extérieure d'une chose.

Comment savoir, ont-ils par exemple interrogé, dans quelle proportion un client achète un produit en raison de son design ? 

Les magistrats ont notamment pris comme exemple la Volkswagen Beetle, à la silhouette emblématique. 

"Il se pourrait que la carrosserie représente seulement 10% du coût de la voiture, mais que 90% des bénéfices (des ventes) proviennent de la forme du véhicule", a fait remarquer la juge Sonia Sotomayor.

"Un solide dispositif de brevets force les entreprises technologiques à innover, et non pas à copier", assure Matthew Siegal, un expert spécialisé. 

"Les différences entre les smartphones de Samsung et d'Apple sont (devenues) marginales en raison des copies et non de l'innovation".

Le jugement qui sera rendu dans plusieurs mois pèsera lourd dans la lutte technologique et judiciaire acharnée que se livrent les deux géants mondiaux. 

Ce conflit s'est un temps déroulé sur plusieurs continents, avant de se concentrer désormais devant les tribunaux américains.

Source : AFP - Sébastien BLANC

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...