lundi 16 janvier 2017
 

Portugal: des centaines de taxis anti-Uber bloquent l'accès à l'aéroport de Lisbonne

Des centaines de chauffeurs de taxis, qui protestaient contre la légalisation au Portugal d'Uber et Cabify, services de réservation de voitures avec conducteur, bloquaient lundi l'accès à l'aéroport de Lisbonne, obligeant de nombreux voyageurs chargés de valises à marcher à pied.  

Un chauffeur de taxi gréviste passe devant des touristes à l'aéroport de Lisbonne, le 10 octobre 2016

Après des échauffourées avec des policiers fortement armés qui ont arrêté trois chauffeurs de taxi, les manifestants ont refusé de quitter les abords de l'aéroport, alors que le cortège devait se diriger dans un premier temps vers l'Assemblée de la République.

Privés de taxis, les touristes qui arrivaient à Lisbonne se rabattaient sur le métro, particulièrement bondé en ce jour de manifestation, des autocars ... ou commandaient des véhicules via ces applications mobiles tant décriées par les chauffeurs de taxis.

"Je mettrai presque autant de temps pour me rendre à mon hôtel depuis l'aéroport que pour venir d'Amsterdam", a déploré Roland Baak, 46 ans, en voyage d'affaires, qui patientait dans une longue file pour acheter un ticket de métro.

La mobilisation restait inférieure aux attentes des deux principales organisations du secteur, Antral et la Fédération portugaise des taxis, qui avaient tablé sur une participation d'environ 6.000 taxis sur les 13.000 opérant au Portugal.

"Interdit aux illégaux" et "nous sommes des taxis", pouvait-on lire sur des affiches collées sur les vitres des taxis qui avait parcouru le nord-est de la capitale dans un concert de klaxons, arborant des drapeaux blancs et rouges.

"Nous travaillons pendant de longues heures pour gagner très peu. Le gouvernement doit mettre fin à ce transport illégal de passagers", a réclamé un chauffeur de taxi lisboète, Paulo Carvalho, 56 ans.

Les chauffeurs de taxi s'opposent à un projet de décret du gouvernement d'Antonio Costa qui vise à encadrer l'activité des applications mobiles de la société américaine Uber et de sa concurrente espagnole Cabify.

L'exécutif socialiste compte imposer à ces chauffeurs privés l'obligation de se former pendant 30 heures - contre 150 pour les taxis -, de disposer d'un véhicule de moins de huit ans, d'émettre des factures électroniques et de souscrire une assurance de transport de passagers.

"C'est une loi sur mesure pour ces plateformes que nous n'acceptons pas. Nous réclamons les mêmes règles pour tous afin de pouvoir lutter à armes égales", s'est emporté Florencio Almeida, président de l'association Antral.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires