mercredi 7 décembre 2016
 

Portugal: des centaines de taxis anti-Uber bloquent l'accès à l'aéroport de Lisbonne

Des centaines de chauffeurs de taxis, qui protestaient contre la légalisation au Portugal d'Uber et Cabify, services de réservation de voitures avec conducteur, bloquaient lundi l'accès à l'aéroport de Lisbonne, obligeant de nombreux voyageurs chargés de valises à marcher à pied.  

Un chauffeur de taxi gréviste passe devant des touristes à l'aéroport de Lisbonne, le 10 octobre 2016

Après des échauffourées avec des policiers fortement armés qui ont arrêté trois chauffeurs de taxi, les manifestants ont refusé de quitter les abords de l'aéroport, alors que le cortège devait se diriger dans un premier temps vers l'Assemblée de la République.

Privés de taxis, les touristes qui arrivaient à Lisbonne se rabattaient sur le métro, particulièrement bondé en ce jour de manifestation, des autocars ... ou commandaient des véhicules via ces applications mobiles tant décriées par les chauffeurs de taxis.

"Je mettrai presque autant de temps pour me rendre à mon hôtel depuis l'aéroport que pour venir d'Amsterdam", a déploré Roland Baak, 46 ans, en voyage d'affaires, qui patientait dans une longue file pour acheter un ticket de métro.

La mobilisation restait inférieure aux attentes des deux principales organisations du secteur, Antral et la Fédération portugaise des taxis, qui avaient tablé sur une participation d'environ 6.000 taxis sur les 13.000 opérant au Portugal.

"Interdit aux illégaux" et "nous sommes des taxis", pouvait-on lire sur des affiches collées sur les vitres des taxis qui avait parcouru le nord-est de la capitale dans un concert de klaxons, arborant des drapeaux blancs et rouges.

"Nous travaillons pendant de longues heures pour gagner très peu. Le gouvernement doit mettre fin à ce transport illégal de passagers", a réclamé un chauffeur de taxi lisboète, Paulo Carvalho, 56 ans.

Les chauffeurs de taxi s'opposent à un projet de décret du gouvernement d'Antonio Costa qui vise à encadrer l'activité des applications mobiles de la société américaine Uber et de sa concurrente espagnole Cabify.

L'exécutif socialiste compte imposer à ces chauffeurs privés l'obligation de se former pendant 30 heures - contre 150 pour les taxis -, de disposer d'un véhicule de moins de huit ans, d'émettre des factures électroniques et de souscrire une assurance de transport de passagers.

"C'est une loi sur mesure pour ces plateformes que nous n'acceptons pas. Nous réclamons les mêmes règles pour tous afin de pouvoir lutter à armes égales", s'est emporté Florencio Almeida, président de l'association Antral.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...