mercredi 7 décembre 2016
 

Samsung un peu plus plombé par l'affaire des batteries explosives

Le revers de fortune se poursuit pour Samsung Electronics, qui a annoncé un "ajustement des volumes de production" de son Galaxy Note 7 dont les exemplaires ont dû être rappelés en raison de risques d'explosion.

Samsung va ajuster ses volumes de production de son Galaxy Note 7

Le premier fabricant mondial de smartphones est dans la tourmente depuis qu'il a été contraint le 2 septembre d'ordonner le rappel de 2,5 millions d'exemplaires de son Note 7 car certains spécimens avaient pris feu du fait de batteries défectueuses.

Cette "phablette" (terminal de taille intermédiaire entre le smartphone et la tablette) haut de gamme avait été lancée quelques semaines plus tôt par anticipation, pour tenter de damer le pion du grand rival Apple.

L'opération semblait se dérouler convenablement jusqu'à la semaine dernière quand de nouveaux incidents ont vraisemblablement été rapportés sur des Galaxy Note 7 qui avaient pourtant été remplacés.

Dimanche, la compagnie de télécommunications américaine AT&T et son concurrent allemand T-Mobile ont annoncé qu'ils cessaient les échanges de Galaxy Note 7 dans l'attente d'investigations complémentaires.

Ces annonces ont été accueillies fraîchement par les investisseurs, le titre du géant sud-coréen perdant jusqu'à 4% dans la matinée avant de terminer finalement la séance à Séoul sur un recul de 1,52%.

Le marché réagissait également à des informations de l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, qui a annoncé dans la matinée sur la foi d'une source non identifiée que Samsung avait temporairement arrêté les lignes production du Galaxy Note 7.

L'agence rapportait que cette décision avait été prise en concertation avec les autorités sud-coréennes, américaines et chinoises de protection des consommateurs.

Samsung Electronics a tenté dans l'après-midi de clarifier les choses.

- 'Investigations approfondies' -

"Nous sommes en train d'ajuster les volumes de production pour améliorer le contrôle qualité et permettre des investigations approfondies à la suite des récentes explosions de Galaxy Note 7", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Les images de téléphones carbonisés ont inondé ces dernières semaines les réseaux sociaux, humiliation suprême pour un groupe qui se targue d'être le champion de l'innovation et de la qualité.

Le rappel planétaire promptement organisé aurait pu suffire à limiter la casse pour le géant sud-coréen, mais de nouveaux incidents sur des appareils qui avaient pourtant été remplacés ont enfoncé Samsung un peu plus.

En conséquence, AT&T a décidé dimanche de ne plus procéder à un échange mais de fournir aux propriétaires de ces appareils des smartphones de modèle différent.

T-Mobile a également annoncé qu'il cessait les échanges, et qu'il ne proposait plus le Note 7 à la vente.

AT&T est le troisième client le plus important de Samsung. T-Mobile le quatrième.

La crise n'aurait pu survenir à un plus mauvais moment. Après les années fastes de 2012-2013, Samsung s'est retrouvé pris en étau entre l'américain Apple pour le haut du panier et des concurrents chinois s'agissant du bas de gamme.

- 'C'est de nouveau grave' -

Et le sud-coréen comptait sur ce modèle pour soutenir sa croissance jusqu'à la fin de l'année dans un marché hyper-concurrentiel.

Les analystes ont estimé le coût de ce rappel entre un et deux milliards de dollars.

"C'est de nouveau très grave", a déclaré S.R. Kwon, analyste chez Dongbu Securities. "Ils pourraient bien retirer le Note 7 du marché. Mais le plus inquiétant est que cela pourrait ne pas s'arrêter là."

"Cela va nuire à l'image de marque de Samsung et pénalisera les ventes des autres smartphones Galaxy", a-t-il prédit.

La controverse du Note 7 attire d'autant plus l'attention qu'elle survient à un moment critique pour le groupe, embarqué dans une transition générationnelle compliquée au sommet.

Mercredi, le fonds activiste américain Elliott Management a mis du sel dans la plaie en proposant de scinder le groupe en deux sociétés indépendantes, de distribuer un dividende exceptionnel de 30.000 milliards de wons à ses actionnaires et d'envisager une cotation à Wall Street.

Malgré cette crise, Samsung Electronics a tablé vendredi sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre supérieure aux attentes des analystes.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...