samedi 3 décembre 2016
 

Un mémorial virtuel redonne vie aux fusillés, exécutés, massacrés de 1940-44

Résistants ou simples civils, ils s'appelaient René, Félix, ou Marie et sont morts fusillés, pendus, brûlés, torturés pendant l'Occupation: un site internet les sort de l'oubli en publiant biographies, photos et bouleversantes lettres d'adieux de milliers d'entre eux, au terme de dix ans de travaux.

Le drapeau français sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre 2013

Au coeur de ce monument aux morts virtuel se côtoient l'illustre Jean Moulin, des martyrs plus anonymes de la Résistance et de simples civils, massacrés par les Allemands ou leurs alliés pendant la Seconde guerre mondiale.

Parmi eux, Charles Godillon, 36 ans, tourneur sur métaux, est raflé en juin 1944 à Tulle (Corrèze) par les SS, en guise de représailles contre les maquisards. Avant d'être pendu, il remet ce court billet à un abbé: "Au revoir, ma chérie, mes petits et toute ma famille que j'aimais tant. Appelle celui qui doit venir: Charles ou Marie". Son fils naîtra trois mois plus tard.

Pierre Benoit, 17 ans, a le temps de rédiger une émouvante missive avant d'être passé par les armes, en 1943, avec quatre camarades résistants du lycée Buffon, à Paris.

"Mes chers parents, chers amis, c'est la fin! On vient nous chercher pour la fusillade. Adieu, petite maman chérie, pardonne-moi tous les tracas que je t’ai faits. J’ai lutté pour une vie meilleure. Peut-être un jour tu me comprendras (...) Nous partons en chantant", écrit le jeune membre des Francs-tireurs et partisans (FTP), arrêté et torturé par la police française avant d'être livré aux Allemands.

Au total, le site internet (http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/) lancé cette semaine rend hommage à 10.000 victimes de la répression pendant la Seconde guerre mondiale. Des hommes, mais aussi des femmes et des enfants, massacrés ou fusillés par "condamnation", en tant qu'"otages", de manière "sommaire" ou classés comme tels pour cacher une autre réalité, celle du suicide des détenus pour éviter de parler aux Allemands.

- 'but civique' -

Cet ambitieux projet est le fruit d'une minutieuse démarche scientifique, menée par une centaine de chercheurs issus notamment du CNRS, de l'université Paris I Panthéon Sorbonne ou de l'université de Caen. D'ici 3 à 4 ans, l'ambition est de rassembler sur ce site public et gratuit plus de 25.000 notices biographiques.

Alors que les déportés et les internés de la Seconde Guerre mondiale ont fait l’objet de nombreux travaux, "les +fusillés+ restent sont mal connus, sinon méconnus", fait valoir Claude Pennetier, maître d'oeuvre de ce projet qui ambitionne de "redonner vie à ces victimes" en retraçant leur "histoire tragique et héroïque".

La liste macabre des lieux d'exécution dressée sur le site fait revivre les épisodes les plus sombres de l'Occupation: Tulle, Maillé, Mont Valérien, Oradour-sur-Glane. 

En juin 1944, dans ce village tristement célèbre, les Allemands massacrent 642 villageois, en majorité des femmes et des enfants. Dont Michèle Allioti, bébé d'à peine trois mois, "brûlée dans l'église avec sa mère et ses deux soeurs" Marie-Christine, 1 an, et Christiane, 3 ans, précise sa courte biographie.

Claude Pennetier avait déjà co-signé en 2015 un dictionnaire biographique rassemblant plus de 5.000 noms (éditions de l'Atelier). Aujourd'hui complété, le travail mis en ligne offre un accès au plus grand nombre et reste "ouvert à toutes les coopérations et témoignages".

"Notre site facilitera des projets pédagogiques et citoyens, c'est pour nous fondamental", explique l'historien du CNRS. "En réalisant ces travaux, nous pensons aux familles, qui gardent une vraie sensibilité à ce passé, mais aussi à la transmission transgénérationnelle".

"La finalité de cette recherche est scientifique mais aussi civique", renchérit l'historien Dominique Tantin. "A l'heure où en France et partout en Europe, l'intolérance, la xénophobie et le racisme sont de retour, à l'heure et les valeurs républicaines sont en danger, il est indispensable de rappeler le sacrifice de tous ceux qui donnèrent leur vie pour elles".

Source : AFP - Daphné BENOIT

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...