samedi 3 décembre 2016
 

Samsung table sur des bénéfices en hausse malgré une douloureuse opération de rappel

Samsung Electronics a tablé vendredi sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre malgré le douloureux rappel planétaire de son smartphone phare et une tentative d'actionnaires pour scinder en deux le groupe familial.

Samsung Electronics table sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre

Dans des prévisions supérieures aux attentes des analystes, Samsung parie sur un résultat opérationnel en hausse de 5,5% sur un an, à environ 7.800 milliards de wons (6,2 milliards d'euros). Il y a un an, Samsung avait affiché un bénéfice opérationnel de 7.390 milliards de wons.

Ce chiffre, s'il est confirmé par les comptes certifiés attendus fin octobre, resterait inférieur aux 8.100 milliards de wons de résultat opérationnel enregistrés entre avril et juin.

Le géant sud-coréen, premier fabricant mondial de smartphones, affronte ces derniers temps de forts vents contraires.

Quelques semaines après le lancement anticipé de son modèle haut de gamme, la "phablette" Galaxy Note 7, Samsung a été contraint début septembre d'ordonner le rappel de 2,5 millions d'appareils dans le monde en raison de risques d'explosion de la batterie.

Des images de téléphones carbonisés ont inondé les réseaux sociaux, humiliation suprême pour un groupe qui se targue d'être le champion de l'innovation et de la qualité.

La crise n'aurait pu survenir à un plus mauvais moment. Après les années fastes de 2012-2013, Samsung s'est retrouvé pris en étau entre l'américain Apple pour le haut du panier et des concurrents chinois s'agissant du bas de gamme.

Et le Sud-Coréen comptait sur ce modèle à mi-chemin entre un téléphone et une tablette pour soutenir sa croissance jusqu'à la fin de l'année dans un marché hyper-concurrentiel.

Les analystes ont estimé le coût de ce rappel entre un et deux milliards de dollars.

Samsung ne donne pas la répartition de ses prévisions département par département, téléphonie mobile, téléviseurs, semi-conducteurs ou écrans d'affichage.

-Les puces à la rescousse-

Le groupe prévoit un chiffre d'affaires de 49.000 milliards de wons, contre 51.700 voici un an.

D'après les analystes, les effets du rappel du smartphone géant semblent avoir été compensés quelque peu par une forte demande pour les puces mémoire et les écrans organiques électroluminescents (Oled).

"Le troisième trimestre a été touché par le rappel du Note 7 mais en même temps, il y a eu des progrès dans la division semi-conducteurs", a commenté Greg Roh, analyste chez HMC Investment Securities. 

"Pour l'instant, la situation est meilleure que prévu. Les perspectives de la division mobile au prochain trimestre ne sont pas trop brillantes mais cela va être contrebalancé par des performances améliorées dans les puces mémoire et les écrans Oled".

L'action Samsung gagnait 1,2% dans les échanges de la matinée.

Samsung est le numéro deux mondial des puces et domine le marché des 3D NAND, puces mémoire plus rapides et à grande capacité. Il fut le premier à produire en masse ces puces, qui équipent les téléphones et les disques durs, dans ses usines en Chine et en Corée du Sud.

La gestion de la crise du Note 7 attire d'autant plus l'attention qu'elle survient à un moment critique pour le groupe, embarqué dans une transition générationnelle compliquée au sommet.

La dynastie Lee est critiquée par les spécialistes pour l'opacité de sa gestion. Elle contrôle le groupe à travers une toile d'araignée complexe de participations croisées, bien qu'elle ne détienne directement que 5% environ des actions.

Mercredi, le fonds activiste américain Elliott Management a mis du sel dans la plaie en proposant de scinder le groupe en deux sociétés indépendantes, de distribuer un dividende exceptionnel de 30.000 milliards de wons à ses actionnaires et d'envisager une cotation à Wall Street.

Samsung a répliqué avec circonspection, disant qu'il allait "passer en revue soigneusement" ce projet, lequel a fait s'envoler l'action à un niveau record jeudi.

Elliott, géré par le milliardaire Paul Singer, détient environ 0,62% de Samsung Electronics.

Source : AFP - Hwang Sung-Hee

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...