X

Samsung table sur des bénéfices en hausse malgré une douloureuse opération de rappel

Samsung Electronics a tablé vendredi sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre malgré le douloureux rappel planétaire de son smartphone phare et une tentative d'actionnaires pour scinder en deux le groupe familial.

Samsung Electronics table sur une hausse de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre

Dans des prévisions supérieures aux attentes des analystes, Samsung parie sur un résultat opérationnel en hausse de 5,5% sur un an, à environ 7.800 milliards de wons (6,2 milliards d'euros). Il y a un an, Samsung avait affiché un bénéfice opérationnel de 7.390 milliards de wons.

Ce chiffre, s'il est confirmé par les comptes certifiés attendus fin octobre, resterait inférieur aux 8.100 milliards de wons de résultat opérationnel enregistrés entre avril et juin.

Le géant sud-coréen, premier fabricant mondial de smartphones, affronte ces derniers temps de forts vents contraires.

Quelques semaines après le lancement anticipé de son modèle haut de gamme, la "phablette" Galaxy Note 7, Samsung a été contraint début septembre d'ordonner le rappel de 2,5 millions d'appareils dans le monde en raison de risques d'explosion de la batterie.

Des images de téléphones carbonisés ont inondé les réseaux sociaux, humiliation suprême pour un groupe qui se targue d'être le champion de l'innovation et de la qualité.

La crise n'aurait pu survenir à un plus mauvais moment. Après les années fastes de 2012-2013, Samsung s'est retrouvé pris en étau entre l'américain Apple pour le haut du panier et des concurrents chinois s'agissant du bas de gamme.

Et le Sud-Coréen comptait sur ce modèle à mi-chemin entre un téléphone et une tablette pour soutenir sa croissance jusqu'à la fin de l'année dans un marché hyper-concurrentiel.

Les analystes ont estimé le coût de ce rappel entre un et deux milliards de dollars.

Samsung ne donne pas la répartition de ses prévisions département par département, téléphonie mobile, téléviseurs, semi-conducteurs ou écrans d'affichage.

-Les puces à la rescousse-

Le groupe prévoit un chiffre d'affaires de 49.000 milliards de wons, contre 51.700 voici un an.

D'après les analystes, les effets du rappel du smartphone géant semblent avoir été compensés quelque peu par une forte demande pour les puces mémoire et les écrans organiques électroluminescents (Oled).

"Le troisième trimestre a été touché par le rappel du Note 7 mais en même temps, il y a eu des progrès dans la division semi-conducteurs", a commenté Greg Roh, analyste chez HMC Investment Securities. 

"Pour l'instant, la situation est meilleure que prévu. Les perspectives de la division mobile au prochain trimestre ne sont pas trop brillantes mais cela va être contrebalancé par des performances améliorées dans les puces mémoire et les écrans Oled".

L'action Samsung gagnait 1,2% dans les échanges de la matinée.

Samsung est le numéro deux mondial des puces et domine le marché des 3D NAND, puces mémoire plus rapides et à grande capacité. Il fut le premier à produire en masse ces puces, qui équipent les téléphones et les disques durs, dans ses usines en Chine et en Corée du Sud.

La gestion de la crise du Note 7 attire d'autant plus l'attention qu'elle survient à un moment critique pour le groupe, embarqué dans une transition générationnelle compliquée au sommet.

La dynastie Lee est critiquée par les spécialistes pour l'opacité de sa gestion. Elle contrôle le groupe à travers une toile d'araignée complexe de participations croisées, bien qu'elle ne détienne directement que 5% environ des actions.

Mercredi, le fonds activiste américain Elliott Management a mis du sel dans la plaie en proposant de scinder le groupe en deux sociétés indépendantes, de distribuer un dividende exceptionnel de 30.000 milliards de wons à ses actionnaires et d'envisager une cotation à Wall Street.

Samsung a répliqué avec circonspection, disant qu'il allait "passer en revue soigneusement" ce projet, lequel a fait s'envoler l'action à un niveau record jeudi.

Elliott, géré par le milliardaire Paul Singer, détient environ 0,62% de Samsung Electronics.

Source : AFP - Hwang Sung-Hee

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Offres d'emploi
RSS
12345678910Last

Lancez votre recherche sur notre rubrique Emploi avec notre partenaire