mardi 6 décembre 2016
 

Orange se fait un nom sur le marché de la cybersécurité

Entre consolidation d'activités existantes et acquisitions, l'opérateur Orange s'est fait une place sur le marché de la cybersécurité, dont il est devenu le numéro un français, avant de se développer en Europe.

L'opérateur Orange se fait une place sur le marché de la cybersécurité

Son dernier achat, finalisé en avril, a été la société de services parisienne Lexsi, renommée pour ses activités de "threat intelligence", sorte de contre-espionnage cyber visant à anticiper les menaces en gardant un oeil sur les activités des hackers.

Depuis janvier, les activités de l'opérateur national sont rassemblées au sein d'Orange Cyberdefense, une entité qui selon le plan stratégique du groupe a pour vocation d'être un acteur majeur en Europe, leader en France. Dans le cadre plus vaste d'une politique de diversification dans les services aux entreprises.

Lexsi appartenait à un fonds d'investissement, et la vente s'est faite sans état d'âme, explique-t-on parmi ses cadres.

Les quelque 200 employés de Lexsi doivent rejoindre le millier de salariés d'Orange Cyberdéfense au début 2017. En attendant leur intégration effective, ils portent déjà les couleurs de leur nouveau propriétaire aux Assises de la sécurité et des systèmes d'information, le salon de la cybersécurité qui se tient jusqu'à vendredi à Monaco.

"Notre objectif est d'être un acteur qui ait une couverture holistique de toutes les problématiques de cybersécurité, du conseil à la réaction", explique à l'AFP Michel Van Den Berghe, le directeur général d'Orange Cyberdefense.

- Centres de réaction rapide -

Lui-même est le fondateur d'Atheos, une société spécialisée dans la gestion des identités et la sécurité des systèmes d'information qu'il a revendue à Orange début 2014, avant de prendre en charge l'ensemble des activités de cybersécurité de l'opérateur.

"Ce qu'on veut faire d'Orange Cyberdefense, c'est vraiment un acteur français (...) pour aider nos clients à traiter l'ensemble des problématiques qu'ils pourraient avoir en matière de cybersécurité, en se positionnant sur une approche très industrialisée, et c'est ce qu'amènent aujourd'hui à Orange des sociétés comme Atheos et Lexsi", détaille le dirigeant.

Pour ce faire, Orange Cyberdefense dispose de son expérience auprès... d'Orange, puisque l'opérateur est lui-même une cible potentielle majeure. Le groupe est son premier client, apportant près de 20% de son chiffre d'affaires.

En outre, être un opérateur lui permet de détecter "les prémices des attaques quand elles sont encore au niveau du réseau, au tout début", remarque M. Van Den Berghe.

Orange Cyberdefense dispose désormais de six "SOC" (pour Security Operation Centre), dédiés à la gestion des éléments de sécurité des clients.

Au niveau opérationnel, deux "CyberSOC" --dont un à Rennes-- sont spécialisés dans la détection de la menace et la réaction aux incidents.

Pour poursuivre dans les acronymes barbares, l'acquisition de Lexsi lui apporte le premier CERT (Computer Emergency Response Team) privé d'Europe, un centre d'alerte spécialisé dans la réaction aux attaques et la cyber-intelligence, afin d'anticiper au mieux les menaces.

"Le CERT Lexsi restera comme marque, c'est une marque connue et ce serait dommage de la faire disparaître", note à ce propos Michel Van Den Berghe.

Orange Cyberdefense dispose enfin d'un "laboratoire d'épidémiologie", où sont analysés les virus des pirates.

"En France, on est bien armés", juge désormais Michel Van Den Berghe. Avec un chiffre d'affaires de 210 millions d'euros --hors Lexsi, qui pèse 24 millions--, il domine ses concurrents.

Pour la suite, Orange devrait poursuivre ses acquisitions.

"Je regarde les opportunités (...), surtout en Europe", indique M. Van Den Berghe, qui s'est fixé un objectif d'"une croissance à deux chiffres d'ici 2020". 

Source : AFP - Jean LIOU

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...