mercredi 7 décembre 2016
 

Le "ransomware", fléau de l'année de la piraterie informatique

Un virus s'introduit dans votre ordinateur, qui vous empêchera d'accéder à vos fichiers tant que vous n'aurez pas payé une rançon: les attaques de "ransomwares" ont explosé cette année, et touchent de plus en plus les entreprises.

Un virus s'introduit dans votre ordinateur, qui vous empêchera d'accéder à vos fichiers tant que vous n'aurez pas payé une rançon: les attaques de

"Les ransomwares dominent actuellement le marché des malwares", les logiciels malveillants que les pirates informatiques envoient dans les machines de leurs victimes, constate le spécialiste des réseaux Cisco dans son dernier rapport semestriel. 

"Bien qu'ils existent depuis un certain temps, leur récente évolution les a érigés au rang des malwares les plus rentables de l'histoire de la cybercriminalité", ajoute le groupe américain.

Evolution des fenêtres qui surgissaient il y a quelques années pour vous inviter à acheter un antivirus après la détection d'un hypothétique virus, les ransomwares --ou rançongiciels, en français-- bloquent l'ordinateur ou en cryptent les données. 

Et pour pouvoir récupérer ses travaux personnels ou ses photos de vacances, l'internaute est invité à verser quelques bitcoins. La rançon exigée n'est en général pas très élevée.

Depuis quelques mois, les virus Petya, Locky, TeslaCrypt, Zepto ou Cerber se répandent aussi, et de plus en plus, dans le monde du travail.

"Selon notre dernier rapport, 43% des ransomwares visent des entreprises. Il y a un glissement très important, puisque 99% visaient le grand public il y a un an", constate Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité chez Symantec, l'éditeur américain de l'antivirus Norton.

Les victimes françaises ne s'en vantent généralement pas. Un cabinet d'avocat d'Orléans a choisi de parler cette semaine, alors que des hackers --domiciliés en Russie selon les premiers éléments de l'enquête-- réclamaient une rançon de 8.000 dollars pour décrypter ses fichiers.

Parmi les cas connus d'institutions qui ont payé, on trouve des hôpitaux américains, une université canadienne, de très nombreuses PME...

Avec parfois une variante: la menace de tout bloquer, sans forcément passer à l'acte.

"J'ai vu des grandes banques françaises qui ont été menacées pendant plusieurs jours", raconte David Sportes, directeur général de la société de services françaises Harmonie Technologies. "Ca peut être très, très long..."

- Ne pas payer -

Reste une question d'importance: faut-il payer? Assurément non, selon les autorités et les spécialistes de la cybersécurité. C'est le choix qu'ont fait l'an dernier les exploitants d'une hydrolienne au large d'Ouessant, en Bretagne, à qui des pirates demandaient 4.000 dollars. Résultat: la machine a été paralysée pendant deux semaines.

Il est donc souvent tentant de verser la rançon demandée. A ses risques et périls!

"En général, les pirates ont tendance à tenir parole, et quand vous payez, vous récupérez vos données", assure Thierry Karsenti, directeur technique pour l'Europe de l'éditeur israélien de logiciels Check Point.

Selon une étude du spécialiste japonais de la cybersécurité Trend Micro, toutefois, 50% des entreprises françaises infectées paient la rançon, sans pour autant récupérer leurs données. 

"La récupération des données est loin d'être garantie et les organisations se retrouvent souvent dans une position très difficile, privées d'accès à leurs fichiers avec des pertes financières qui peuvent s'avérer conséquentes. Il est crucial de prendre conscience que nous avons avant tout affaire à des criminels, à qui il ne faut jamais faire confiance", souligne Loïc Guézo, responsable de la stratégie de l'éditeur japonais de solutions de sécurité Trend Micro pour l'Europe du Sud.

Seules 32% des entreprises qui ont cédé au chantage ont récupéré leurs billes, selon l'étude... qui constate aussi que 16% des responsables de la sécurité informatique interrogés n'ont jamais entendu parler de ransomwares!

La rançon a coûté en moyenne 638 euros, un montant supérieur à 1.000 euros pour le quart des répondants.

Mieux vaut donc faire en sorte de ne pas être infecté!

"La menace ransomware de base, en ayant une hygiène informatique correcte, on est quand même capable de l'éviter, ou du moins d'en limiter les impacts", juge Gérôme Billois, consultant chez Wavestone.

Comme ses confrères, il rappelle les précautions à prendre: avoir un système à jour, se méfier des e-mails suspects, ne pas cliquer sur n'importe quel lien...

Il faut se préparer au pire, et penser à sauvegarder ses fichiers régulièrement. En faisant attention à ne pas se faire crypter les sauvegardes.

Source : AFP - Jean LIOU

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...