mardi 6 décembre 2016
 

Logiciels financiers: Misys veut revenir en Bourse à Londres

L'éditeur britannique de logiciels bancaires Misys a annoncé jeudi qu'il comptait faire son retour à la Bourse de Londres en levant 500 millions de livres (568 millions d'euros), quatre ans après avoir quitté le marché britannique.

'éditeur britannique de logiciels bancaires Misys veut faire son retour à la Bourse de Londres

Le groupe vise une introduction en Bourse pour début novembre, selon un communiqué dans lequel il présente son projet qui pourrait être l'une des plus grandes opérations de l'année à Londres.

Créé en 1979, Misys était déjà présent sur le marché britannique jusqu'à son rachat en 2012 par le fonds d'investissement américain Vista Equity Partner pour 1,27 milliard de livres.

Il en avait profité pour fusionner avec Turaz, société possédée par le même fonds et spécialisée dans les logiciels pour les salles de marché.

Le groupe ne donne à ce stade aucun détail concernant sa valorisation attendue en Bourse, se contentant d'indiquer qu'il a réalisé un chiffre d'affaires de 811 millions d'euros lors de son exercice décalé 2015-1016 achevé fin mai.

L'annonce de ce projet de grande ampleur illustre l'attractivité de la Bourse de Londres, qui s'est rapidement remise du choc du vote pour le Brexit, ne cessant de gagner du terrain au point d'évoluer tout près de son sommet historique, du fait notamment de la chute de la livre.

Une Bourse au plus haut permet ainsi aux sociétés désirant s'introduire sur le marché d'espérer une valorisation élevée afin de lever des fonds plus facilement.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...