mardi 17 janvier 2017
 

Twitter plonge de 20% à Wall Street à cause des rumeurs de désintérêt de Google

Twitter s'est effondré de 20% à Wall Street jeudi, après des informations de presse indiquant que plusieurs prétendants possibles à son rachat, à commencer par Google, ne feraient finalement pas d'offre.

Le logo du réseau social américain Twitter, déployé sur la façade de la bourse de New-York, le 6 novembre 2016

L'action du réseau social américain a clôturé sur un plongeon de 20,10% à 19,87 dollars.

D'après le site internet Re/Code, qui cite des sources proches du dossier, Google, considéré jusqu'ici comme l'un des prétendants les plus sérieux, n'aurait pas l'intention de faire une offre pour Twitter actuellement.

Contactés par l'AFP, les deux groupes n'ont pas réagi.

Re/Code, spécialisé dans les informations sur le secteur technologique, ajoute qu'il est peu probable que le groupe informatique Apple se mette sur les rangs.

Disney, également annoncé comme un probable acquéreur, ne ferait pas non plus d'offre, indiquent d'autres médias américains.

Des discussions se poursuivent néanmoins avec le groupe informatique Salesforce.com, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, en dépit de la réticence de certains actionnaires. 

Les spéculations sur un potentiel rachat de Twitter sont récurrentes, mais elles ont repris de plus belle ces dernières semaines. L'action avait ainsi encore clôturé mercredi sur un bond de 5,74%.

Twitter a fêté ses dix ans cette année, mais reste chroniquement déficitaire. Et le rappel aux commandes l'an dernier de son co-fondateur Jack Dorsey n'a pas suffi jusqu'ici à relancer sa croissance, avec un nombre d'utilisateurs qui stagne depuis plusieurs trimestres un peu au-dessus de la barre des 300 millions (313 millions à la fin juin).

Après être tombé plus tôt cette année à ses plus bas niveaux historiques, le cours s'est un peu repris récemment, dopé justement par les espoirs que l'entreprise se fasse racheter.

Le réseau social resterait un assez gros morceau à avaler pour un potentiel acheteur: même après la dégringolade de jeudi, il affiche encore une valorisation boursière de près de 14 milliards de dollars. Aucun prétendant ne s'est d'ailleurs officiellement déclaré jusqu'ici. 

Ces dernières semaines, le groupe informatique Microsoft (qui a annoncé il y a peu le rachat de LinkedIn) ou encore l'opérateur de télécoms Verizon (propriétaire d'AOL et ayant signé un accord d'achat pour Yahoo!) ont aussi été cités parmi ceux qui regardaient le dossier.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires