mercredi 7 décembre 2016
 

Sans Steve Jobs, Apple reste une star mais n'apaise pas les doutes

Depuis la mort il y a cinq ans de son cofondateur Steve Jobs, le groupe informatique américain Apple est devenu plus grand et plus fort, mais les doutes persistent pour l'avenir sans son emblématique dirigeant.

Steve Jobs, co-fondateur du groupe informatique américain Apple, à San Francisco  le 9 janvier 2007

Sur le plan financier, la marque à la pomme n'a pas à se plaindre: son bénéfice net a encore atteint 53 milliards de dollars sur l'exercice clos fin septembre 2015, pour un chiffre d'affaires de 234 milliards. Ces montants ont doublé depuis la dernière année de règne de Steve Jobs, décédé d'un cancer du pancréas le 5 octobre 2011.

A un peu plus de 600 milliards de dollars, la capitalisation boursière du groupe n'est plus à ses sommets de 2015 mais représente toujours plus du double de la valeur que Wall Street lui octroyait en 2011.

Cela lui permet de garder la couronne de numéro un mondial devant Alphabet, maison mère du géant internet Google.

Certains analystes se demandent pourtant si Apple, qui avait révolutionné la téléphonie mobile avec l'iPhone en 2007 et le vaste écosystème d'applications l'accompagnant, n'est pas en perte de vitesse.

"C"est vraiment difficile de maintenir le cycle d'innovation quand on a développé un produit à succès", reconnaît Jack Gold, analyste chez J. Gold Associates.

"Avec chaque nouvelle création (de produit) qui marche, cela devient plus difficile. La question subsiste: +C'est quoi la prochaine révolution?+, et ce n'est pas évident de dire ce que ça va être".

Vivek Wadhwa, professeur à l'université de Carnegie Mellon et ex-entrepreneur dans la Silicon Valley, juge qu'Apple vit de ses innovations passées, sans grand chose de nouveau à apporter.

"Nous n'avons pas vu d'innovation majeure pour Apple" depuis la fin de l'ère Jobs, indique-t-il à l'AFP, relevant au sujet du tout dernier iPhone 7 qu'"ils le vendent bien mais (que) c'est encore et encore le même appareil".

- Besoin d'un 'visionnaire fou' -

Apple s'est développé dans les services, comme la musique en ligne en streaming et les paiements mobiles, et on lui prête de grandes ambitions dans la réalité virtuelle et les voitures sans chauffeur. Mais le plus gros des revenus du groupe, assis sur d'immenses réserves de liquidités, provient toujours de l'iPhone.

"Ils n'ont pas déterminé ce qu'ils veulent proposer", regrette Vivek Wadhwa. "S'ils voulaient une voiture Apple, elle devrait être sortie maintenant, pour rivaliser avec Tesla", le fabricant de voitures électriques du milliardaire Elon Musk.

L'actuel patron d'Apple, Tim Cook, a été applaudi pour les performances constantes obtenues chez Apple mais personne ne voit en lui le même genre de dirigeant que son illustre prédécesseur.

"Tim Cook est un type qui s'occupe de l'opérationnel, il est très bon pour obtenir la chaîne de fournisseurs afin de produire des choses", résume Jan Dawson, de Jackdaw Research. "Il connaît ses limites. Il sait qu'il n'est pas le présentateur le plus charismatique. Il sait qu'il n'est pas Steve Jobs".

Il note malgré tout qu'Apple a doublé ses dépenses de recherche-développement depuis que M. Cook a pris les commandes; qu'il "maintient un certain niveau de prix et une expérience haut de gamme, et cela n'a pas changé entre Steve Jobs et Tim Cook".

Et de rappeler qu'Apple doit beaucoup de ses succès non au fait d'avoir été le premier sur un segment du marché mais à sa capacité d'améliorer et de perfectionner des produits.

"Ils n'étaient pas les premiers à faire un lecteur (de musique) MP3 ou un smartphone ou une tablette", énumère-t-il. "Apple attend son heure et quand il peut faire une contribution importante à une catégorie (de produit), il se lance et améliore l'expérience".

Face à la saturation du marché des smartphones et à la concurrence de plus en plus agressive, l'analyste reconnaît qu'il est difficile de dire si Apple serait dans une position différente si Steve Jobs était toujours vivant.

Pour Vivek Wadhwa, Tim Cook a laissé passer des opportunités de "réinventer" le groupe. "Les gens ont montré beaucoup de patience parce que nous aimons tous Apple", commente-t-il.

"On a besoin d'un visionnaire fou pour diriger l'entreprise", fait-il valoir. 

Source : AFP - Rob Lever

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...