samedi 3 décembre 2016
 

Dix ans après, WikiLeaks sous le feu des critiques

WikiLeaks peut se targuer, au moment où il fête ses dix ans, d’avoir répandu le phénomène des lanceurs d’alerte et disséminé la mode des plateformes de divulgation de documents secrets sur internet dans le monde.

Julian Assange, vu sur le balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 5 février 2016

Mais le site, déjà handicapé par les ennuis judiciaires de son héraut Julien Assange, voit son image de plus en plus écornée par ceux qui l’accusent d’être manipulé par des gouvernements ou des partis politiques et de manquer de discernement dans ses divulgations.

Cloîtré depuis plus de quatre ans à Londres afin d’échapper à des poursuites pour viol en Suède, qu’il estime infondées, Julien Assange marquera mardi le dixième anniversaire de l’enregistrement du nom de domaine wikileaks.org, le 4 octobre 2006.

Il doit faire une apparition au balcon de l’ambassade d’Équateur dans la capitale britannique, où il s’est réfugié, et participer à une téléconférence de presse retransmise à Berlin, où se réuniront certains de ses aficionados.

Tirant son nom de "wiki", en référence à l’idéal d’ouverture et d’auto-gestion par les usagers du site Wikipedia, et de l’anglais "leaks" (fuites), l’organisation non gouvernementale a publié en une décennie plus de 10 millions de documents fournis par des lanceurs d’alerte.

- 'Cablegate' -

Ses succès ont fait trembler plus d’un gouvernement, à commencer par celui des Etats-Unis. 

A son tableau de chasse, WikiLeaks a notamment levé un coin de voile sur le fonctionnement de la prison de Guantanamo ou sur les opérations militaires américaines en Irak et en Afghanistan. Il a surtout déclenché en 2010 le "cablegate" en publiant des dizaines de milliers de télégrammes diplomatiques confidentiels des missions américaines à l’étranger, grâce à un analyste de l’armée américaine.

Ces dernières années, l’exemple de WikiLeaks a été largement suivi, par l’informaticien Edward Snowden en particulier, qui a permis à la presse de révéler l’étendue des activités de surveillance de l’Agence de sécurité nationale (NSA) en matière de télécommunications, y compris pour espionner les conversations de dirigeants de pays alliés.

Plus récemment les scandales "Luxembourg Leaks" ou "Panama Leaks" en matière de paradis fiscaux ont éclaté grâce au travail du Consortium international des journalistes d’investigation, tandis que Greenpeace a publié les documents secrets des négociations commerciales entre l’Union européenne et les Etats-Unis.

- WikiLeaks manipulé? -

Mais précisément, en essaimant, WikiLeaks a aussi perdu ce qui a fait un temps son monopole. Edward Snowden, désormais réfugié en Russie, a ainsi préféré passer par des journaux et nombre d’anciens proches d’Assange se sont détournés de lui au cours des dernières années.

C’est le cas de l’informaticien allemand Daniel Domscheit-Berg, qui fut porte-parole de WikiLeaks avant de le quitter fin 2010 en accusant son ancien mentor australien d’être "obsédé par le pouvoir".

"Nous avons contribué à un changement culturel en normalisant la fonction de lanceur d’alerte", explique-t-il à l’AFP. Mais WikiLeaks paie dorénavant, à ses yeux, son obstination à tout publier sous forme brute sans faire le tri.

"Edward Snowden porte en lui des valeurs très fortes et il ne s’est pas adressé à WikiLeaks, les gens qui ont fait fuiter les documents du Luxembourg Leaks non plus, et donc je pense qu’aujourd’hui les gens qui contactent WikiLeaks le perçoivent comme un outil qu’on peut instrumentaliser", ajoute-t-il.

Edward Snowden a exprimé des critiques similaires en juillet lorsque WikiLeaks a dévoilé des milliers d’emails de responsables du parti démocrate américain, incluant des données personnelles privées de nombreux adhérents.

"L’hostilité à la moindre curation (des documents) est une erreur", a jugé le lanceur d’alerte.

Julien Assange se voit depuis accusé de servir les intérêts de la Russie, voire de recycler des documents fournis par Moscou, ou de "rouler" pour Donald Trump en vue de l’élection présidentielle américaine.

“Nous n’allons pas commencer à faire de l’autocensure simplement parce qu’il y a des élections aux Etats-Unis", rétorque l’intéressé dans l'hebdomadaire allemand Der Spiegel publié ce week-end, en affirmant avoir aussi publié des documents critiques à l’égard de Vladimir Poutine.

“Les attaques nous rendent plus forts”, assure-t-il.

Source : AFP - Tom BARFIELD

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...