mardi 6 décembre 2016
 

Au Grand Pavois de La Rochelle, la navigation 2.0  

Ecrans tactiles, capteurs, montres ou lunettes connectées, les équipementiers rivalisent d'inventivité pour faciliter la navigation de plaisance ou de compétition, et présentent des objets connectés de plus en plus performants au Grand Pavois 2016 qui se tient jusqu'au 3 octobre à La Rochelle.

Des lunettes connectées à un GPS présentées lors du salon nautique de La Rochelle, le 30 septembre 2016

Une des innovations-phares de cette 44e édition est sans conteste l'afficheur de lunettes Nautix, fabriqué par Garmin, le géant américain de la navigation par GPS, qui donne au salon nautique de La Rochelle la primeur de ce gadget. L'afficheur se fixe à la branche de n'importe quelle lunette et s'adapte à tous types de verres, teintés, polarisants ou correcteurs. "Le système est relié à l'ordinateur de bord. Il permet au navigateur de se déplacer dans le bateau sans perdre de vue les informations de navigation comme la vitesse et la direction du vent, le cap suivi, la profondeur de l'eau, le régime moteur, etc", explique à l'AFP Thomas Doret, responsable du marketing chez Garmin.

Ce type de données techniques peut aussi se lire au poignet, et d'autres exposants concurrents de Garmin, comme la société italienne Astra Yacht, propose sa propre version de montre connectée. L'objet est relié au GPS du bateau et restitue les mêmes données de navigation que l'afficheur de lunettes, les deux objets reposant sur la même technologie.

- Plus besoin d'un bateau moderne pour innover -

Dans un marché très innovant, il n'est même plus besoin d'acheter un bateau moderne pour bénéficier des dernières innovations dans l'assistance électronique.

La société italienne Astra Yacht propose par exemple un ensemble composé d'une batterie électrique, avec 35 heures d'autonomie, d'un capteur de vent sans fil et relié par wifi à un écran tactile, équipé du GPS pour connaître en temps réel la vitesse et l'angle du vent ainsi que la vitesse du bateau.

Ce "pack sans fil" ne constitue que le premier niveau d'assistance de la marque qu'a créée Andrea Strassera en 2010. En 2016, le "pack croisière" propose en sus la cartographie et la route à suivre, la mesure de la profondeur, la possibilité d'une connexion au pilote automatique pour commande à distance. Le niveau supérieur de la gamme s'adresse aux navigateurs de compétition. Le "kit de course" offre ainsi un logiciel de navigation tactique pour toutes les étapes de la course, notamment le départ, ou encore le trafic maritime sur zone.

Il existe aussi une version de ce kit à destination des entraîneurs: toutes les données sont enregistrées pour fournir un historique, ce qui permet de travailler, en temps réel, en mer ou à terre, certains points de la course, selon le type de vent ou l'état de la houle.

- Pour les marins-pêcheurs aussi... -

De tels dispositifs existent aussi pour les amateurs de pêche. Le tout nouveau système HDS Gen 3 de Lowrance présente une vision tridimensionnelle des fonds sous-marins. Les pêcheurs peuvent ainsi détecter la présence d'un banc de poissons et en déterminer la profondeur.

L'écran tactile multifonction Structure Scan 3D du norvégien Simrad propose le même service enrichi d'une connexion à tous les équipements du bord, y compris le moteur. Le marin peut alors savoir quelle distance il peut parcourir en fonction du carburant qu'il reste dans le réservoir, mais aussi garder l'historique de ses précédentes sorties, ses itinéraires, la performance du bateau et le détail du fond marin. Il peut aussi activer le pilote automatique ou même ... sélectionner une musique.

Enfin pour ne plus s'occuper de rien, ou presque, l'américain Minn Kota a doté ses moteurs électriques de la télécommande I-Pilot, qui permet de piloter le moteur, et le bateau, à distance. L'I-Pilot contrôle la direction et peut, grâce au GPS intégré, garder le cap et maintenir la direction voulue en compensant les effets du vent, de la dérive et des vagues. Il ne reste alors plus qu'à se concentrer sur le bouchon de la ligne.

Source : AFP - Olivier GUERIN

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...