mardi 17 janvier 2017
 

Diesel: Renault "totalement déterminé à collaborer" dans le dossier des émissions polluantes

Le patron de Renault Carlos Ghosn s'est dit vendredi "totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux" dans le dossier des émissions polluantes des voitures diesel, à l'occasion du Mondial de l'automobile.

Le patron de Renault Carlos Ghosn, devant un modèle Trezor, au salon de l'automobile à Paris, le 29 septembre 2016

"Je suis totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux" et "prêt à ouvrir tout", y compris les logiciels de gestion des moteurs comme l'a demandé la Commission d'experts indépendants nommée par la ministre française de l'Environnement, a déclaré M. Ghosn, répondant à une question de l'AFP.

Le dirigeant de la marque au losange a argué qu'il n'existe "pas de règles officielles" en matière d'émission de diesel et a estimé qu'il n'appartenait pas à l'industrie automobile de les définir mais "seulement au gouvernement ou la Commission européenne" dans un souci de "rétablir la confiance" des consommateurs.

"Je ne crois pas que l'industrie automobile puisse dire ce qui est acceptable ou pas", a-t-il déclaré. "La plupart des pays (où sont menées des enquêtes) disent qu'il n'y a pas d'outil de tricherie" chez les constructeurs, a-t-il déclaré.

"Quand il y a soupçon de +jouer+ (avec les mesures), la victime c'est le constructeur parce que l'important c'est la confiance", a-t-il souligné.

"Nous avons besoin de règles et un cadre de mesures qui soient indiscutables, nous ne sommes pas dans un climat de pratique du jeu", a-t-il insisté.

Il a fait état d"une discussion très ouverte au niveau de l'Association des constructeurs européens d'automobiles" (ACEA) à ce sujet. "S'il vous plaît fixez des règles (...) pour que nous sachions ce qui est acceptable ou pas", avait-il demandé avec d'autres constructeurs.

Pour M. Ghosn, "le débat provient du fait qu'il y a une différence entre les émissions réelles dans certaines conditions pour certaines voitures et les émissions au niveau de l'homologation".

Le cadre "doit être très simple: soit c'est légal ou illégal", a abondé à ses côtés, Dieter Zetsche, le patron de Daimler, dont la marque Mercedes utilise des moteurs diesel Renault.

Le dirigeant allemand a assuré qu'il ne se sentait "pas pris au piège" alors que l'enquête de la Commission présidée par Ségolène Royal, mise en place après le scandale des moteurs diesel truqués chez le constructeur allemand Volkswagen, suit son cours.

"Nous sommes également d'accord pour améliorer au maximum nos logiciels en vue d'atteindre la performance que les clients continuent de réclamer", a ajouté M. Zetsche.

La commission mise en place à l'automne 2015 pour enquêter sur les émissions polluantes des voitures diesel n'a pas exclu fin juillet que d'autres constructeurs recourent à des logiciels "tricheurs".

Elle va poursuivre ses travaux et mener des "tests complémentaires" pour approfondir ses conclusions, a annoncé la semaine dernière Ségolène Royal.

La ministre a démenti en août des informations de presse faisant état de l'existence d'omissions dans le rapport de la commission d'enquête, destinées à protéger le constructeur français Renault.

Le quotidien britannique Financial Times, citant des sources anonymes, avait affirmé que pendant le déroulement des tests du modèle Renault Captur, le système de dépollution du moteur effectuait des purges comme si le véhicule avait détecté qu'un essai était en cours.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires