mardi 6 décembre 2016
 

Diesel: Renault "totalement déterminé à collaborer" dans le dossier des émissions polluantes

Le patron de Renault Carlos Ghosn s'est dit vendredi "totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux" dans le dossier des émissions polluantes des voitures diesel, à l'occasion du Mondial de l'automobile.

Le patron de Renault Carlos Ghosn, devant un modèle Trezor, au salon de l'automobile à Paris, le 29 septembre 2016

"Je suis totalement déterminé à collaborer à tous les niveaux" et "prêt à ouvrir tout", y compris les logiciels de gestion des moteurs comme l'a demandé la Commission d'experts indépendants nommée par la ministre française de l'Environnement, a déclaré M. Ghosn, répondant à une question de l'AFP.

Le dirigeant de la marque au losange a argué qu'il n'existe "pas de règles officielles" en matière d'émission de diesel et a estimé qu'il n'appartenait pas à l'industrie automobile de les définir mais "seulement au gouvernement ou la Commission européenne" dans un souci de "rétablir la confiance" des consommateurs.

"Je ne crois pas que l'industrie automobile puisse dire ce qui est acceptable ou pas", a-t-il déclaré. "La plupart des pays (où sont menées des enquêtes) disent qu'il n'y a pas d'outil de tricherie" chez les constructeurs, a-t-il déclaré.

"Quand il y a soupçon de +jouer+ (avec les mesures), la victime c'est le constructeur parce que l'important c'est la confiance", a-t-il souligné.

"Nous avons besoin de règles et un cadre de mesures qui soient indiscutables, nous ne sommes pas dans un climat de pratique du jeu", a-t-il insisté.

Il a fait état d"une discussion très ouverte au niveau de l'Association des constructeurs européens d'automobiles" (ACEA) à ce sujet. "S'il vous plaît fixez des règles (...) pour que nous sachions ce qui est acceptable ou pas", avait-il demandé avec d'autres constructeurs.

Pour M. Ghosn, "le débat provient du fait qu'il y a une différence entre les émissions réelles dans certaines conditions pour certaines voitures et les émissions au niveau de l'homologation".

Le cadre "doit être très simple: soit c'est légal ou illégal", a abondé à ses côtés, Dieter Zetsche, le patron de Daimler, dont la marque Mercedes utilise des moteurs diesel Renault.

Le dirigeant allemand a assuré qu'il ne se sentait "pas pris au piège" alors que l'enquête de la Commission présidée par Ségolène Royal, mise en place après le scandale des moteurs diesel truqués chez le constructeur allemand Volkswagen, suit son cours.

"Nous sommes également d'accord pour améliorer au maximum nos logiciels en vue d'atteindre la performance que les clients continuent de réclamer", a ajouté M. Zetsche.

La commission mise en place à l'automne 2015 pour enquêter sur les émissions polluantes des voitures diesel n'a pas exclu fin juillet que d'autres constructeurs recourent à des logiciels "tricheurs".

Elle va poursuivre ses travaux et mener des "tests complémentaires" pour approfondir ses conclusions, a annoncé la semaine dernière Ségolène Royal.

La ministre a démenti en août des informations de presse faisant état de l'existence d'omissions dans le rapport de la commission d'enquête, destinées à protéger le constructeur français Renault.

Le quotidien britannique Financial Times, citant des sources anonymes, avait affirmé que pendant le déroulement des tests du modèle Renault Captur, le système de dépollution du moteur effectuait des purges comme si le véhicule avait détecté qu'un essai était en cours.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...