mardi 17 janvier 2017
 

Les Etats-Unis s'apprêtent à lâcher les rênes d'internet

Le gouvernement américain s'apprête à mettre fin à sa supervision de l'organisme qui attribue les adresses internet dans le monde, renonçant à un rôle largement symbolique mais néanmoins important dans la gouvernance de la toile.

Les Etats-Unis s'apprêtent à mettre fin à leur supervision de l'Icann

Sauf rebondissement de dernière minute, la transition interviendra à 04H00 GMT samedi, l'échéance officielle du contrat liant actuellement le département américain du Commerce et l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann).

Ce dernier deviendra alors une entité internationale autorégulée et à but non lucratif, qui sera chargée de gérer le système des noms de domaines en ligne (Internet Assigned Numbers Authority), que le grand public connaît sous formes d'adresses de sites en .com ou .fr par exemple.

Des responsables du gouvernement américain et de l'Icann présentent le changement comme un plan de longue date pour "privatiser" ces fonctions, mais certains critiquent un "cadeau" qui pourrait menacer l'intégrité d'internet.

Christopher Mondini, un vice-président de l'Icann, assure que le changement n'aura pas de conséquence sur le fonctionnement quotidien de la toile, mais garantira à la communauté internationale que le système est à l'abri d'une interférence gouvernementale.

"C'est une nouvelle sorte de modèle de gouvernance", indique-t-il à l'AFP. Ce système "pluripartite" prévoit que si des ingénieurs, des entreprises, des organisations gouvernementales ou non-gouvernementales, ou tout autre groupe qui constituent l'Icann remarquent qu'il dévie de sa mission, "ils peuvent initier des procédures pour une auto-correction", précise-t-il.

- Structure byzantine -

Des législateurs américains ont tenté d'empêcher la transition, argumentant que le nouveau modèle risquait de permettre à des régimes autoritaires d'avoir un plus grand contrôle sur internet.

L'Icann "n'est pas un organisme démocratique", a ainsi accusé le sénateur républicain Ted Cruz lors d'une audition plus tôt ce mois-ci.

C'est une organisation "avec une structure de gouvernance byzantine conçue pour brouiller les lignes de responsabilités, qui est gérée par des bureaucrates ayant soit-disant des comptes à rendre aux technocrates, aux multinationales, aux gouvernements, y compris certains des régimes les plus oppressifs du monde comme la Chine, l'Iran et la Russie", a-t-il poursuivi.

Jim DeMint, président du groupe de réflexion conservateur Heritage Foundation, a aussi estimé dans un message sur Twitter que le président Barack Obama "veut céder le contrôle des Etats-Unis sur notre internet libre et sûr à des régimes étrangers qui ne respectent pas la liberté d'expression".

En France, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire s'était également inquiétée en mars de certains éléments de la réforme qui, selon elle, "auront pour conséquence de marginaliser les Etats dans les processus de décision", au bénéfice des entreprises privées.

- 'Promesse' -

Les partisans du plan de transition argumentent que ceux qui le critiquent ignorent la manière dont internet fonctionne et a prospéré depuis des années.

Kent Walker, un vice-président de Google, a souligné qu'il s'agissait de "tenir une promesse que les Etats-Unis ont faite il y a près de deux décennies: qu'internet pouvait et devrait être gouverné par tous ceux qui participent à sa croissance continue".

Un groupe de six législateurs démocrates a également prévenu que ne pas tenir cette promesse présentait des risques, dans un article publié sur le site d'informations technologiques TechCrunch: "Si les républicains réussissent à retarder la transition, les ennemis de l'Amérique vont certainement réagir rapidement. La Russie et ses alliés pourraient faire pression pour déplacer le contrôle des fonctions clés d'internet vers un organisme gouvernemental comme les Nations unies où ils ont plus d'influence", ont-ils prévenu.

La transition doit avoir lieu même si elle est "imparfaite", juge aussi Daniel Castro, vice-président de la fondation ITIF (Information Technology and Innovation Foundation). 

"Une interférence du gouvernement américain à ce stade minerait le consensus mondial et réduirait la confiance dans le modèle pluripartite au moment où ces attributs sont le plus nécessaires", a-t-il écrit dans un blog.

La transition "marque un +moment constitutionnel+ clé pour la gouvernance d'internet", avance-t-il, "et les Etats-Unis devraient s'assurer qu'ils sont du bon côté de l'histoire".

Source : AFP - Rob Lever

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires