dimanche 4 décembre 2016
 

Les Etats-Unis s'apprêtent à lâcher les rênes d'internet

Le gouvernement américain s'apprête à mettre fin à sa supervision de l'organisme qui attribue les adresses internet dans le monde, renonçant à un rôle largement symbolique mais néanmoins important dans la gouvernance de la toile.

Les Etats-Unis s'apprêtent à mettre fin à leur supervision de l'Icann

Sauf rebondissement de dernière minute, la transition interviendra à 04H00 GMT samedi, l'échéance officielle du contrat liant actuellement le département américain du Commerce et l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann).

Ce dernier deviendra alors une entité internationale autorégulée et à but non lucratif, qui sera chargée de gérer le système des noms de domaines en ligne (Internet Assigned Numbers Authority), que le grand public connaît sous formes d'adresses de sites en .com ou .fr par exemple.

Des responsables du gouvernement américain et de l'Icann présentent le changement comme un plan de longue date pour "privatiser" ces fonctions, mais certains critiquent un "cadeau" qui pourrait menacer l'intégrité d'internet.

Christopher Mondini, un vice-président de l'Icann, assure que le changement n'aura pas de conséquence sur le fonctionnement quotidien de la toile, mais garantira à la communauté internationale que le système est à l'abri d'une interférence gouvernementale.

"C'est une nouvelle sorte de modèle de gouvernance", indique-t-il à l'AFP. Ce système "pluripartite" prévoit que si des ingénieurs, des entreprises, des organisations gouvernementales ou non-gouvernementales, ou tout autre groupe qui constituent l'Icann remarquent qu'il dévie de sa mission, "ils peuvent initier des procédures pour une auto-correction", précise-t-il.

- Structure byzantine -

Des législateurs américains ont tenté d'empêcher la transition, argumentant que le nouveau modèle risquait de permettre à des régimes autoritaires d'avoir un plus grand contrôle sur internet.

L'Icann "n'est pas un organisme démocratique", a ainsi accusé le sénateur républicain Ted Cruz lors d'une audition plus tôt ce mois-ci.

C'est une organisation "avec une structure de gouvernance byzantine conçue pour brouiller les lignes de responsabilités, qui est gérée par des bureaucrates ayant soit-disant des comptes à rendre aux technocrates, aux multinationales, aux gouvernements, y compris certains des régimes les plus oppressifs du monde comme la Chine, l'Iran et la Russie", a-t-il poursuivi.

Jim DeMint, président du groupe de réflexion conservateur Heritage Foundation, a aussi estimé dans un message sur Twitter que le président Barack Obama "veut céder le contrôle des Etats-Unis sur notre internet libre et sûr à des régimes étrangers qui ne respectent pas la liberté d'expression".

En France, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire s'était également inquiétée en mars de certains éléments de la réforme qui, selon elle, "auront pour conséquence de marginaliser les Etats dans les processus de décision", au bénéfice des entreprises privées.

- 'Promesse' -

Les partisans du plan de transition argumentent que ceux qui le critiquent ignorent la manière dont internet fonctionne et a prospéré depuis des années.

Kent Walker, un vice-président de Google, a souligné qu'il s'agissait de "tenir une promesse que les Etats-Unis ont faite il y a près de deux décennies: qu'internet pouvait et devrait être gouverné par tous ceux qui participent à sa croissance continue".

Un groupe de six législateurs démocrates a également prévenu que ne pas tenir cette promesse présentait des risques, dans un article publié sur le site d'informations technologiques TechCrunch: "Si les républicains réussissent à retarder la transition, les ennemis de l'Amérique vont certainement réagir rapidement. La Russie et ses alliés pourraient faire pression pour déplacer le contrôle des fonctions clés d'internet vers un organisme gouvernemental comme les Nations unies où ils ont plus d'influence", ont-ils prévenu.

La transition doit avoir lieu même si elle est "imparfaite", juge aussi Daniel Castro, vice-président de la fondation ITIF (Information Technology and Innovation Foundation). 

"Une interférence du gouvernement américain à ce stade minerait le consensus mondial et réduirait la confiance dans le modèle pluripartite au moment où ces attributs sont le plus nécessaires", a-t-il écrit dans un blog.

La transition "marque un +moment constitutionnel+ clé pour la gouvernance d'internet", avance-t-il, "et les Etats-Unis devraient s'assurer qu'ils sont du bon côté de l'histoire".

Source : AFP - Rob Lever

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...