mercredi 7 décembre 2016
 

France: les start-up numériques sont performantes mais peinent à recruter

Les performances économiques des start-up numériques en France s'améliorent, malgré les difficultés qu'elles rencontrent pour recruter, expliquent le cabinet d'audit EY et France Digitale dans une étude publiée jeudi.

La croissance économique des start-up s'accompagne de créations d'emplois. Leurs effectifs ont augmenté de 27% l'an dernier, ce qui représente en moyenne 13 embauches par société

En 2015, les 224 start-up sondées présentent un chiffre d'affaires cumulé de 4,2 milliards d'euros, en hausse de 39% par rapport à 2014.

Cette performance est portée par un fort développement à l'international: 51% du chiffre d'affaires est réalisé hors de France.

Cette internationalisation concerne les sociétés de toutes tailles: les start-up les plus petites, dont le chiffre d'affaires est inférieur à 5 millions d'euros, réalisent déjà 33% de leur activité à l'étranger.

Mais la plupart des start-up peinent encore à dégager un bénéfice. En grande majorité (69%), elles présentent un résultat avant impôt négatif.

Leur croissance économique s'accompagne de créations d'emplois. Les effectifs des start-up ont augmenté de 27% l'an dernier, ce qui représente en moyenne 13 embauches par société. Dans deux tiers des cas, ces embauches sont réalisées en France.

Ces entreprises identifient néanmoins deux freins principaux dans leur développement: la pénurie de talents (principalement des développeurs) et le coût du travail.

Dans la plupart des cas, ces start-up bénéficient de dispositifs de soutiens à l'innovation: 70% d'entre elles utilisent le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), et 51% ont reçu une subvention de la banque publique d'investissement (BPI) en 2015.

Enfin, les start-up du numérique se distinguent par leur politique salariale: en moyenne, les managers gagnent 2,4 fois plus que les employés, et 51% du personnel détient des instruments de capital (actions, stock-options, bons de souscription de parts de créateur d'entreprise).

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...