mardi 17 janvier 2017
 

Pays-Bas: La Haye saisit la justice contre le développeur de Pokémon Go

La ville de La Haye a introduit une action en référé contre Niantic, le développeur américain de la célèbre application de jeu Pokémon Go, après que ses demandes pour réguler des hordes de joueurs sur une plage protégée sont restées sans réponse.

Depuis août, des centaines de joueurs se retrouvent quotidiennement à la plage de Kijkduin, dans la banlieue de La Haye, aux Pays-Bas, ici le 10 août 2016, où un relai y attire les pokémons les plus recherchés en grande quantité.

"La municipalité désire interdire ces petits animaux virtuels dans les endroits naturels protégés et dans les rues entre 23H00 et 7H00", a-t-elle affirmé jeudi dans un communiqué.

Depuis août, des centaines de joueurs se retrouvent quotidiennement à la plage de Kijkduin, dans la banlieue de La Haye : un relai y attire, assurent-ils, les pokémons les plus recherchés en grande quantité.

Le principe de Pokémon Go est en effet d'attraper, grâce à son smartphone, des créatures virtuelles cachées dans le monde réel, que l'on voit sur son écran grâce à la technologie de la réalité augmentée.

Bien que les joueurs, qui viennent parfois de loin, fassent le bonheur des commerçants, les habitants de cette petite cité balnéaire d'ordinaire paisible se plaignent du tapage et des déchets laissés par ces chasseurs d'animaux virtuels.

La ville, de son côté, s'inquiète des dommages causés par les joueurs aux dunes et autres endroits protégés.

Avec cette plainte, qui sera entendue le 11 octobre, "Kijkduin reste attractif pour les chasseurs de pokémons mais le tapage pour les habitants et les dommages aux endroits protégés resteront limités", a affirmé la municipalité.

Celle-ci affirme avoir essayé d'entrer en contact avec Niantic depuis la mi-août mais sans succès : "nous n'avons donc pas d'autre choix".

The Pokemon Company qui détient la marque Pokémon avait indiqué en août à l'AFP que Niantic centralisait les demandes de retrait ou d'ajout d'un pokéstop ou d'une arène et profitait des mises à jour de l'application pour retirer des lieux.

Les dernières mises à jour ont ainsi vu disparaître de l'application les mémoriaux de Hiroshima ou de la Shoah, par exemple. En Pologne, l'ancien camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, aujourd'hui un musée, a également demandé à ne plus figurer dans le jeu.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires