dimanche 4 décembre 2016
 

Le milliardaire Elon Musk veut établir une "ville" sur Mars

Le milliardaire visionnaire Elon Musk, fondateur de la société SpaceX, a présenté mardi un plan ambitieux pour établir une "ville" sur Mars, en envoyant des humains à bord de grands vaisseaux équipés de cabines, au prix de 100.000 dollars par personne.

Le milliardaire visionnaire Elon Musk, fondateur de la société SpaceX, le 27 septembre 2016 à Guadalajara au Mexique

S'exprimant sous un globe représentant la planète rouge, à l'occasion du 67e Congrès international de l'astronautique (IAC) à Guadalajara, dans l'ouest du Mexique, M. Musk a exposé sa vision d'un énorme vaisseau qui enverra, au cours de ce siècle, des hommes et des femmes sur Mars.

"Nous devons aller avec des missions exploratoires jusqu'à la construction d'une ville" a-t-il expliqué devant quelques milliers de personnes.

Le milliardaire a projeté une vidéo futuriste où sont présentés ses projets: un transport interplanétaire via des fusées réutilisables, une base fabriquant du carburant sur Mars et un millier de vaisseaux en orbite, transportant chacun 100 personnes.

Chaque vaisseau spatial sera équipé d'un restaurant, de cabines, de jeux adaptés à l'absence de gravité et de films. 

"Il faut que ça soit fun et excitant. Il ne faut pas que ça soit inconfortable et ennuyeux", a-t-il dit. 

Elon Musk s'est dit "optimiste" devant des journalistes sur la possibilité d'envoyer la première mission habitée en 2024, qui arrivera sur Mars l'année d'après. 

SpaceX prévoit d'envoyer un capsule Dragon sans équipage dès 2018. 

L'entrepreneur de 45 ans d'origine sud-africaine, qui a fait fortune avec internet, a indiqué que son plan d'établissement d'une colonie sur Mars nécessite un "immense partenariat public-privé", sans toutefois annoncer d'alliance avec des agences spatiales gouvernementales.

Le premier vol sera cher mais l'objectif est de "faire que cela soit abordable à presque tous ceux qui veulent y aller", en ramenant peu à peu le prix du ticket de 200.000 dollars à 100.000 dollars, a annoncé Elon Musk. 

"Tu ne peux pas créer une civilisation autosuffisante sur Mars si le billet coûte 10 milliards de dollars par personne" a-t-il expliqué.

Le voyage pourrait aussi être fatal.

- Coûteux et dangereux - 

"Je pense que les premiers voyages jusqu'à Mars seront très, très dangereux. Le risque de décès sera élevé. Il n'y a pas d'autre option (...). Il s'agira fondamentalement de dire 'Es-tu prêt à mourir?', si tu es d'accord, alors tu es un candidat pour y aller" a-t-il expliqué. 

Le 1er septembre, SpaceX a connu un revers lorsque son lanceur Falcon 9 a explosé sur son pas de tir durant un test en Floride. "C'est juste un détail sur une longue route" a commenté le milliardaire visionnaire.

SpaceX n'est pas la seule société à rêver d'envoyer des humains sur Mars. La Nasa a annoncé ses propres projets pour y envoyer des hommes dans la décennie 2030.

Blue Origin, fondée par le directeur d'Amazon, Jeff Bezos, a révélé ce mois-ci ses plans pour construire une énorme fusée baptisée New Glenn, mais indiqué que l'objectif d'atteindre Mars prendrait plusieurs décennies.

Mais pour les experts, atteindre la planète rouge - qui se trouve à une distance de 225 millions de kilomètres de la Terre - et y vivre, nécessitera une véritable prouesse technique et un budget immense.

"Il est improbable que (Musk) soit capable d'amener des humains sur Mars en 2025" estime John Logsdon, ancien directeur de l'Institut de politique spatiale de l'Université George Washington, tout en rappelant que Elon Musk a déjà péché par excès d'optimisme dans le passé concernant ses lanceurs. 

"Avant tout, il y a un problème de coût. On parle de dizaines de milliards de dollars et SpaceX n'a pas cet argent", selon l'expert.

Le spationaute à la retraite, Leroy Chiao, note en revanche que Musk "se fixe des objectifs agressifs, et même s'il ne parvient pas toujours à les atteindre, normalement il est capable de le faire"

"Je dirais que c'est possible", a-t-il assuré à l'AFP.

La réduction des coûts sera un facteur clé pour établir une colonie sur Mars, a souligné Musk.

SpaceX et Blue Origin ont développé des fusées pouvant atterrir verticalement, ce qui permet de réduire le coût des futurs voyages spatiaux.

Selon le plan de colonisation de Mars élaboré par SpaceX, la fusée mettra en orbite un vaisseau spatial avant de retourner sur Terre pour chercher un réservoir de carburant qui permettra au vaisseau de rejoindre ensuite la planète rouge.

Une fois là-bas, les humains devront y construire une usine produisant du carburant à partir des ressources en méthane de la planète rouge, ce qui permettra au vaisseau de retourner sur terre.

Source : AFP - Laurent THOMET

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...