mardi 17 janvier 2017
 

Orange: signature d'un premier accord sur la transformation numérique

Trois syndicats d'Orange (CFDT-F3C, CGT-FAPT et FO-COM) ont signé mardi un accord sur le numérique dans l'entreprise, le premier du genre, qui vise à donner un cadre juridique, une protection et un accompagnement des salariés adaptés aux transformations numériques, a-t-on appris de sources concordantes.

Orange: trois syndicats d'Orange (CFDT-F3C, CGT-FAPT et FO-COM) signent un accord sur le numérique dans l'entreprise, le premier du genre

Un précédent projet, négocié depuis juillet 2015 et signé seulement par la CFDT (24,12%) et FO (14,97%), n'avait pu être validé au printemps.

La CGT (19,56%), SUD (17,51%) et la CFE-CGC (16,18%) avaient fait valoir leur droit d'opposition, déplorant unanimement un "manque de garanties" en matière de "sécurisation des données personnelles des salariés", de "mesure du temps de travail" et "d'impact sur l'emploi" notamment.

"Le nouvel accord est aujourd'hui plus lisible et intègre plusieurs revendications de la CGT: le droit à la déconnexion (en réunion et hors temps de travail, NDLR), un cadre sur l'utilisation des données personnelles des salariés, une formation renforcée afin de permettre à chacun de s'approprier les nouveaux outils numériques", explique la CGT-FAPT dans un communiqué.

Pour Laurent Riche de la CFDT, le nouvel accord, qui "a surtout été réécrit", a le "mérite de poser un premier cadre juridique et de créer un conseil national des transformations numériques qui permettra à tous les négociateurs d'Orange, signataires ou non de l'accord, de se retrouver régulièrement autour des questions liées au numérique, en perpétuelle évolution".

Philippe Charry de FO a salué lui aussi un accord "sensiblement équivalent au premier" qui "pose les jalons d'un premier cadre juridique et d'un organisme où siègeront les négociateurs sur toutes les questions liées au numérique à l'avenir".

En revanche, Christian Pigeon (SUD) a indiqué avoir demandé "un délai" jusqu'au 7 octobre afin de consulter ses militants, jugeant l'accord encore "très insuffisant".

Quant à la CFE-CGC, elle ne le signera pas, a annoncé son représentant Sébastien Crozier, parlant d'"absurdité".

Selon ce syndicat, qui regroupe une majorité de jeunes cadres, "il ne corrige en rien les dispositions qui mettent les personnels en danger" et n’impose notamment "aucune obligation spécifique d’information des personnels sur les données collectées sur leur compte, les traitements réalisés et leur finalité, ni aucun engagement à prévenir les dérives potentielles découlant d’usages intrusifs des outils numériques fournis par l’entreprise". 

"Aucune définition rigoureuse de leurs limites d’usage, ni des avertissements et sanctions encourus n’est mentionnée dans l’accord", déplore encore ce syndicat dans un communiqué.

La direction d'Orange s'est félicitée dans un communiqué d'un accord qui va "faire bénéficier les salariés des nouvelles opportunités liées à la transformation numérique", "réduire le risque de la fracture numérique en formant et en sensibilisant" chacun d'eux et "assurer le respect de l'équilibre vie privée/vie professionnelle en garantissant un droit à la déconnexion".

Orange, qui se présente comme le premier employeur numérique français, se déclare comme la première entreprise à mettre en œuvre un tel accord.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires