mardi 6 décembre 2016
 

Orange: signature d'un premier accord sur la transformation numérique

Trois syndicats d'Orange (CFDT-F3C, CGT-FAPT et FO-COM) ont signé mardi un accord sur le numérique dans l'entreprise, le premier du genre, qui vise à donner un cadre juridique, une protection et un accompagnement des salariés adaptés aux transformations numériques, a-t-on appris de sources concordantes.

Orange: trois syndicats d'Orange (CFDT-F3C, CGT-FAPT et FO-COM) signent un accord sur le numérique dans l'entreprise, le premier du genre

Un précédent projet, négocié depuis juillet 2015 et signé seulement par la CFDT (24,12%) et FO (14,97%), n'avait pu être validé au printemps.

La CGT (19,56%), SUD (17,51%) et la CFE-CGC (16,18%) avaient fait valoir leur droit d'opposition, déplorant unanimement un "manque de garanties" en matière de "sécurisation des données personnelles des salariés", de "mesure du temps de travail" et "d'impact sur l'emploi" notamment.

"Le nouvel accord est aujourd'hui plus lisible et intègre plusieurs revendications de la CGT: le droit à la déconnexion (en réunion et hors temps de travail, NDLR), un cadre sur l'utilisation des données personnelles des salariés, une formation renforcée afin de permettre à chacun de s'approprier les nouveaux outils numériques", explique la CGT-FAPT dans un communiqué.

Pour Laurent Riche de la CFDT, le nouvel accord, qui "a surtout été réécrit", a le "mérite de poser un premier cadre juridique et de créer un conseil national des transformations numériques qui permettra à tous les négociateurs d'Orange, signataires ou non de l'accord, de se retrouver régulièrement autour des questions liées au numérique, en perpétuelle évolution".

Philippe Charry de FO a salué lui aussi un accord "sensiblement équivalent au premier" qui "pose les jalons d'un premier cadre juridique et d'un organisme où siègeront les négociateurs sur toutes les questions liées au numérique à l'avenir".

En revanche, Christian Pigeon (SUD) a indiqué avoir demandé "un délai" jusqu'au 7 octobre afin de consulter ses militants, jugeant l'accord encore "très insuffisant".

Quant à la CFE-CGC, elle ne le signera pas, a annoncé son représentant Sébastien Crozier, parlant d'"absurdité".

Selon ce syndicat, qui regroupe une majorité de jeunes cadres, "il ne corrige en rien les dispositions qui mettent les personnels en danger" et n’impose notamment "aucune obligation spécifique d’information des personnels sur les données collectées sur leur compte, les traitements réalisés et leur finalité, ni aucun engagement à prévenir les dérives potentielles découlant d’usages intrusifs des outils numériques fournis par l’entreprise". 

"Aucune définition rigoureuse de leurs limites d’usage, ni des avertissements et sanctions encourus n’est mentionnée dans l’accord", déplore encore ce syndicat dans un communiqué.

La direction d'Orange s'est félicitée dans un communiqué d'un accord qui va "faire bénéficier les salariés des nouvelles opportunités liées à la transformation numérique", "réduire le risque de la fracture numérique en formant et en sensibilisant" chacun d'eux et "assurer le respect de l'équilibre vie privée/vie professionnelle en garantissant un droit à la déconnexion".

Orange, qui se présente comme le premier employeur numérique français, se déclare comme la première entreprise à mettre en œuvre un tel accord.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...