mardi 6 décembre 2016
 

Dans un village isolé d'Alsace, le médecin consulte par webcam

Stéthoscope électronique relié à internet, smartphone pour examiner le fond de la gorge, diagnostic par webcam: à Oberbruck, village isolé d'une vallée vosgienne, les patients consultent le médecin... à distance, une innovation destinée à pallier le manque de praticiens en milieu rural.

Dans le cabinet médical, c'est une infirmière qui reçoit les patients, tandis que le Dr Thierry Castera dialogue avec le malade, via l'écran de l'ordinateur, à plusieurs kilomètres de là, le 12 septembre 2016 à Oberbruck.

Dans le cabinet médical fraîchement inauguré, entre un bureau de Poste et une supérette, c'est une infirmière qui reçoit les patients, prend leur tension ou leur température, et manie les instruments destinés à examiner les oreilles ou le nez - voire, si nécessaire, un échographe.

Le généraliste dialogue avec le malade, mais n'apparaît que sur l'écran de l'ordinateur: muni d'un casque et d'un micro, il mène sa consultation depuis un autre cabinet médical, à plusieurs kilomètres de là, via un dispositif de "télémédecine".

"Vas-y Lucas, tousse encore", demande ainsi le Dr Thierry Castera à un petit garçon de 10 ans, venu avec sa mère en raison d'une toux persistante. Fort des données et images recueillies, le médecin prescrit des antibiotiques. L'infirmière n'a plus qu'à imprimer l'ordonnance, transmise par internet.

"Le médecin a pu l'ausculter correctement, donc pour moi c'est pareil", se félicite Stéphanie Fellmann, la mère du jeune Lucas. Sans ce dispositif, "j'aurais dû attendre des heures pour avoir un rendez-vous et faire plusieurs kilomètres", ajoute-t-elle.

- Impossible de palper le patient -

Pour le Dr Castera, il s'agit d'une "consultation de premier recours", qui permet "soit de régler le problème, soit de passer rapidement la main" à d'autres professionnels. L'une des seules lacunes, selon lui, est l'impossibilité de palper le patient - au niveau des ganglions, par exemple, dans le cas de Lucas. Ce qui n'empêche pas de "prescrire le traitement adéquat", assure-t-il.

Ce dispositif très innovant a été proposé au maire d'Oberbruck par l'Asame, une association locale à but non lucratif qui gère des prestations d'aide à domicile et des cabinets médicaux. 

"Depuis le départ en retraite de notre unique médecin, il y a trois ans, on ne trouvait personne pour le remplacer", souligne le maire, Jacques Behra. "Quand l'Asame nous a proposé la télémédecine, on a dit +oui+ tout de suite". 

Pour l'heure, le service est ouvert quelques heures par semaine. Les praticiens, tous salariés par l'association, consultent depuis le Haut-Rhin, mais à terme, "rien n'empêcherait des médecins de l'autre bout de la France, y compris des libéraux, de nous rejoindre", souligne Paul Mumbach, le président de l'Asame, par ailleurs maire d'une commune voisine.

Selon ses promoteurs, un tel dispositif répond au développement de la télémédecine voulu par les pouvoirs publics. En mai dernier, le ministère de la Santé a d'ailleurs élargi à tous les patients en affection de longue durée un programme d'expérimentation de ces technologies, lancé en 2014 dans neuf régions pilotes - dont l'Alsace.

- "Tête-à-tête irremplaçable" -

Pour l'Agence régionale de santé (ARS) à Strasbourg, l'expérience d'Oberbruck ne s'inscrit toutefois pas dans ce cadre, et ne peut pas prétendre à une prise en charge par l'assurance maladie. Une analyse que contestent les responsables de l'Asame: pour eux, le dispositif est tout à fait conforme à un décret publié fin avril.

Reste que certaines voix, au sein du corps médical, mettent en garde contre l'idée de généraliser la télémédecine à toutes les situations.

"C'est un bon moyen pour suivre par exemple des malades chroniques, quand le médecin les connaît déjà bien, mais ça ne peut pas se substituer à une consultation physique", juge ainsi le Dr Pierre Simon, fondateur de la Société française de télémédecine et auteur en 2008 d'un rapport sur le sujet remis à la ministre de la Santé de l'époque, Roselyne Bachelot.

Le dispositif d'Oberbruck, "ça n'est pas une consultation, c'est une transmission d'information avec un médecin à distance", renchérit le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF (principal syndicat de médecins libéraux, généralistes et spécialistes).

Pour lui, une telle procédure "ne remplacera jamais une consultation traditionnelle, ce tête-à-tête irremplaçable entre le patient et son médecin".

Source : AFP - Arnaud BOUVIER

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...