dimanche 11 décembre 2016
 

Google obtient plus de temps pour répondre aux accusations de Bruxelles

Google, géant américain de l'internet, a obtenu des délais supplémentaires pour répondre aux accusations d'abus de position dominante formulées contre lui par la Commission européenne dans trois affaires différentes, a indiqué à l'AFP l'exécutif européen.

Le géant américain de l'internet Google est visé par trois enquêtes de Bruxelles, une situation inédite dans l'histoire de l'UE

Pour le premier cas, celui concernant son comparateur de prix, Google Shopping, le gendarme européen de la concurrence a fixé comme nouvelle date limite le 13 octobre.

Pour ses pratiques publicitaires avec sa plate-forme AdSense, le groupe de Mountain View (Californie) a maintenant jusqu'au 26 octobre pour répondre.

Quant au cas concernant Android, son système d'exploitation qui équipe 80 % des smartphones dans le monde, Google a désormais jusqu'au 31 octobre pour répondre.

"Dans chacun de ces cas, Google a demandé de bénéficier d'un délai supplémentaire pour vérifier les documents du dossier (...) La Commission a analysé les raisons de cette demande et a accordé une extension des délais permettant à Google d'exercer complètement ses droits de défense", a précisé un porte-parole de la Commission.

Le groupe californien est visé par trois enquêtes de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles sur trois sujets différents. C'est une situation sans précédent dans l'histoire de l'UE, ce qui peut expliquer ces extensions de délais.

Pour le cas concernant le comparateur de prix, l'exécutif européen a lancé une première offensive contre Google en avril 2015 --à laquelle le groupe a répondu en août de la même année-- renforcée par une seconde attaque en juillet 2016.

Pour Android, la première salve d'accusations de la Commission remonte à avril 2016 et pour les pratiques publicitaires à juillet 2016.

Dans l'histoire de l'UE, d'autres grands groupes, objets d'enquêtes de la Commission européenne pour abus de position dominante, ont aussi bénéficié à plusieurs reprises (au moins trois fois pour certains) de délais supplémentaires, tels le groupe pharmaceutique français Servier.

Ce dernier avait été finalement condamné à une amende de 331 millions d'euros pour avoir entravé la mise sur le marché de versions génériques moins chères de son médicament Périndopril.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires