samedi 21 janvier 2017
 

Google obtient plus de temps pour répondre aux accusations de Bruxelles

Google, géant américain de l'internet, a obtenu des délais supplémentaires pour répondre aux accusations d'abus de position dominante formulées contre lui par la Commission européenne dans trois affaires différentes, a indiqué à l'AFP l'exécutif européen.

Le géant américain de l'internet Google est visé par trois enquêtes de Bruxelles, une situation inédite dans l'histoire de l'UE

Pour le premier cas, celui concernant son comparateur de prix, Google Shopping, le gendarme européen de la concurrence a fixé comme nouvelle date limite le 13 octobre.

Pour ses pratiques publicitaires avec sa plate-forme AdSense, le groupe de Mountain View (Californie) a maintenant jusqu'au 26 octobre pour répondre.

Quant au cas concernant Android, son système d'exploitation qui équipe 80 % des smartphones dans le monde, Google a désormais jusqu'au 31 octobre pour répondre.

"Dans chacun de ces cas, Google a demandé de bénéficier d'un délai supplémentaire pour vérifier les documents du dossier (...) La Commission a analysé les raisons de cette demande et a accordé une extension des délais permettant à Google d'exercer complètement ses droits de défense", a précisé un porte-parole de la Commission.

Le groupe californien est visé par trois enquêtes de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles sur trois sujets différents. C'est une situation sans précédent dans l'histoire de l'UE, ce qui peut expliquer ces extensions de délais.

Pour le cas concernant le comparateur de prix, l'exécutif européen a lancé une première offensive contre Google en avril 2015 --à laquelle le groupe a répondu en août de la même année-- renforcée par une seconde attaque en juillet 2016.

Pour Android, la première salve d'accusations de la Commission remonte à avril 2016 et pour les pratiques publicitaires à juillet 2016.

Dans l'histoire de l'UE, d'autres grands groupes, objets d'enquêtes de la Commission européenne pour abus de position dominante, ont aussi bénéficié à plusieurs reprises (au moins trois fois pour certains) de délais supplémentaires, tels le groupe pharmaceutique français Servier.

Ce dernier avait été finalement condamné à une amende de 331 millions d'euros pour avoir entravé la mise sur le marché de versions génériques moins chères de son médicament Périndopril.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Le réseau social des professionnels s’offre, enfin, une nouvelle interface plus claire et intuitive.

Le programme sera lancé au printemps prochain et va faciliter les procédures d’installation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers en France. 

La secrétaire d’Etat au Numérique et à l’Innovation Axelle Lemaire a lancé le plan France IA, trois mois avant la fin de son mandat. Le but est de mettre en place une stratégie cohérente pour valoriser au mieux le potentiel des acteurs français de la filière.

Lors des dernières étapes, nous avons rencontré des entreprises dont la notoriété est moindre mais les technologies sont des plus intéressantes. Rubrik, Open vStorage, Datos IO, retenez bien ces noms, ils vont certainement devenir connus dans les mois qui viennent.

L’agence de sécurité américaine a annoncé la mise en ligne de 930 000 documents déclassifiés. Le tout est d’ores et déjà disponible gratuitement sur leur site.

L’opérateur proposera à partir du 23 janvier une 4G Box. Elle sera disponible pour les 10 millions de foyers situés en zone peu denses et « qui souffrent d’un Internet trop lent ». 

DDN, Cohesity et Igneous ont en commun d’apporter un refrain différent dans le monde du stockage, loin des antiennes habituelles des constructeurs et éditeurs du secteur. Point avec ces 3 acteurs visités lors du dernier IT Press Tour.

L’Agence Nationale des Fréquences achève une expérimentation à Annecy dans laquelle elle supplée les antennes « macro » 2G-3G-4G avec des « petites antennes à faible puissance » en complément local. Ce schéma préfigure très probablement des réseaux mobiles de demain. 

Moins d’un an après sa nomination à la tête du Conseil National du Numérique (CNNum), Mounir Mahjoubi annonce qu’il démissionne pour rejoindre l’équipe « En Marche » d’Emmanuel Macron en tant que responsable de la campagne numérique. Il nous explique son choix. 

La gendarmerie a présenté ses outils numériques au cours d’une journée d’information. Le pôle de lutte contre la cybercriminalité n'est plus le seul à être entré dans la transition numérique. Les smartphones pour les contrôles routiers ont fait leur apparition. 

Toutes les News
Derniers commentaires