dimanche 11 décembre 2016
 

La cyberattaque contre Yahoo, nouveau coup dur pour un groupe en déclin

La cyberattaque sans précédent menée contre Yahoo plombe encore davantage un groupe déjà sur le déclin et pourrait bien affecter la vente de son coeur de métier au géant Verizon.

Le siège de Yahoo à Sunnyvale en Californie, le 17 juillet 2012

"C'est une claque monumentale pour Yahoo et pour sa marque", affirme Patrick Moorhead, analyste chez Moor Insights & Strategy, selon qui le groupe américain a "trahi la confiance" de ses utilisateurs et risque d'en payer le prix fort en perdant des clients. 

Deux ans après les faits, le groupe internet a reconnu jeudi avoir été victime d'une attaque informatique qui a affecté 500 millions de comptes de ses utilisateurs, dont certaines données personnelles ont été dérobées.

Yahoo n'avait guère besoin de ça. Pionnier d'internet, le groupe fondé en 1994 a, un temps, été la référence en matière de moteur de recherche et affolait les compteurs avec une valorisation boursière de 125 milliards de dollars. 

Mais il ne s'est toutefois jamais remis de l'arrivée de Google qui l'a détrôné et ringardisé.

Ce nouveau coup dur tombe par ailleurs au plus mauvais moment. Fin juillet, Yahoo a annoncé la vente de son coeur de métier --Yahoo Mail et Yahoo News-- au géant américain des télécoms Verizon pour 4,8 milliards de dollars. Mais cette transaction pourrait désormais avoir du plomb dans l'aile. 

"Verizon doit être furieux. Mais ils n'en parleront pas publiquement pour ne pas mettre de l'huile sur le feu", assure M. Moorhead, qui s'attend à une renégociation à la baisse du prix de vente.

- "Dissimulation" - 

Son collègue, Roger Kay de Endpoint Technologies Associates, va plus loin. Selon lui, Verizon pourrait désormais songer à deux fois avant de finaliser le deal et racheter des actifs qui ont perdu de la valeur après la cyberattaque.

"Si j'étais à la place de Verizon, je me poserais des questions car ce sont des actifs en voie de décomposition. Ils perdent de la valeur avant même d'avoir été vendus", dit-il.

La position de Yahoo est d'autant plus inconfortable que le groupe va devoir par ailleurs expliquer pourquoi il lui aura fallu près de deux ans pour révéler l'existence de hacking géant.

Un sénateur américain, Mark Warner, s'est ainsi ému que "le public soit seulement informé aujourd'hui" et a appelé à mettre en place une règle contraignant à une information plus rapide sur les cyberattaques.

Quelle que soit sa ligne de défense, Yahoo n'en sortira pas indemne, estime M. Moorhead.

"Soit ils savaient et n'ont rien dit. Soit ils ne s'en sont pas rendus compte, auquel cas ils ont un problème de détection", détaille-t-il.

Les dégâts pourraient être de taille pour Yahoo et sa PDG, Marissa Mayer, qui a pris les rênes du groupe en 2012 mais n'a jamais réussi à lui redonner son lustre d'antan.

"Comme dans beaucoup de scandales, ce ne sont pas les faits en eux-mêmes qui posent problème mais les tentatives de les dissimuler", assure Scott Galloway, professeur de marketing à la School of Business de l'Université Stern de New York.

"Le temps entre la découverte de l'attaque et sa révélation font vraiment penser à une manoeuvre de dissimulation", assure-t-il. 

Source : AFP - Rob Lever

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires