samedi 21 janvier 2017
 

Voyager dans un tube assis dans une capsule, un transport futuriste promis pour 2020

S'asseoir dans une capsule et se retrouver projeté dans un tube à la vitesse d'un avion, un mode de transport futuriste qui pourrait devenir réalité d'ici 2020, promettent les différentes entreprises venues présenter leur concept de "Hyperloop" à Berlin.

Bibop Gresta, le patron d' Hyperloop Transportation Technologies (HTT), au salon des techniques ferroviaires Innotrans à Berlin, le 20 septembre 2016

"Nous ne construisons pas un train, c'est un nouveau mode de transport", insiste d'emblée Rob Lloyd, patron de l'entreprise californienne Hyperloop One.

"Ce n'est pas un train, ce n'est pas une voiture, ce n'est pas un avion", revendique aussi Bibop Gresta, son concurrent de Hyperloop Transportation Technologies (HTT).

C'est pourtant au salon des techniques ferroviaires Innotrans, qui se tient cette semaine à Berlin, que l'Hyperloop, encore souvent désigné comme train du futur, étale ses premières esquisses.

Si l'idée de voyage dans des capsules s'affranchissant de tout frottement a depuis longtemps traversé l'esprit de divers chercheurs, le milliardaire américain Elon Musk l'a remise sur le devant de la scène en 2013.

Le fondateur des voitures électriques Tesla et de l'entreprise d'exploration spatiale SpaceX a alors détaillé par écrit sa propre idée d'un "cinquième mode de transport", devant permettre d'aller de Los Angeles à San Francisco dans des tubes à basse pression en trente minutes. Il faut actuellement cinq ou six heures en voiture ou une heure en avion pour relier les deux métropoles californiennes.

Estimant n'avoir pas le temps de s'en occuper, Elon Musk a laissé son projet ouvert aux entreprises souhaitant le développer et n'a investi d'argent dans aucune.

C'est un voyage dans ce qui ressemble à un wagon de train régional aux fenêtres virtuelles avec des sensations proches de celles d'un déplacement en avion que projettent les différentes entreprises sur les rangs pour être la première à donner vie à l'Hyperloop.

Pour l'heure, il faut encore se contenter d'imaginer. A Innotrans, sur les stands de HTT ou de Transpod, la start-up canadienne arrivée dans la course en 2015, seul un casque de réalité virtuelle permet de prendre place dans la cabine éclairée par une lumière artificielle imitant celle du soleil et des vidéos donnent une idée de ce réseau de tubes montés sur pylônes.

- Stockholm-Helsinki en 28 minutes -

Hyperloop One, créé en 2014, a lui procédé à un premier test du système de propulsion en mai dans le désert américain du Nevada, avant une commercialisation en "2020-2021", promet Josh Giegel, responsable de l'ingénierie chez Hyperloop One.

"Notre objectif est que le produit soit prêt à être commercialisé en 2020", vise Sébastien Gendron, le Français à la tête de Transpod, voulant d'abord faire ses preuves sur du transport de fret avec des trajets de 400 à 800 kilomètres.

Pour HTT, la cible est de 2019.

Plus besoin de se loger dans un petit appartement à Paris, on peut désormais s'imaginer vivre loin et aller travailler dans la capitale en tube, fait miroiter Sébastien Gendron.

Ou bien relier l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle au centre de Paris "en quelques minutes", propose Rob Lloyd.

Un prix très abordable, avec un ticket à 25 euros pour relier Stockholm à Helsinki en 28 minutes, selon des projections d'Hyperloop One, l'absence d'émissions de CO2 et une grande sécurité, avec des capsules automatisées à l'abri de tout dégât météo, sont aussi les potentiels avantages de l'Hyperloop mis en avant.

S'il reste considéré par certains comme de la pure science-fiction, l'intérêt des entreprises notamment françaises gonfle: la SNCF vient d'investir dans Hyperloop One, qui a déjà levé 130 millions de dollars, et le fabricant d'équipements en graphique Mersen a passé un partenariat technique avec Transpod, qui chiffre à 150 millions de dollars au total ses besoins pour développer son prototype d'Hyperloop. 

HTT a lui un accord avec l'Etat slovaque, pour travailler sur une liaison entre Bratislava et Vienne, et promet pour bientôt deux partenariats avec des pays non-européens.

Pour le patron d'Alstom Transport, Henri Poupart-Lafarge, également de passage à Berlin, "il est encore trop tôt pour dire" si Hyperloop, potentiel concurrent de ses trains à grande vitesse, va rejoindre les étagères d'inventions jamais devenues réalité ou se révéler une technologie révolutionnaire.

Pour Bibop Gresta, cela ne fait aucun doute. "Hyperloop sera construit."

Source : AFP - Marie JULIEN

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Le réseau social des professionnels s’offre, enfin, une nouvelle interface plus claire et intuitive.

Le programme sera lancé au printemps prochain et va faciliter les procédures d’installation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers en France. 

La secrétaire d’Etat au Numérique et à l’Innovation Axelle Lemaire a lancé le plan France IA, trois mois avant la fin de son mandat. Le but est de mettre en place une stratégie cohérente pour valoriser au mieux le potentiel des acteurs français de la filière.

Lors des dernières étapes, nous avons rencontré des entreprises dont la notoriété est moindre mais les technologies sont des plus intéressantes. Rubrik, Open vStorage, Datos IO, retenez bien ces noms, ils vont certainement devenir connus dans les mois qui viennent.

L’agence de sécurité américaine a annoncé la mise en ligne de 930 000 documents déclassifiés. Le tout est d’ores et déjà disponible gratuitement sur leur site.

L’opérateur proposera à partir du 23 janvier une 4G Box. Elle sera disponible pour les 10 millions de foyers situés en zone peu denses et « qui souffrent d’un Internet trop lent ». 

DDN, Cohesity et Igneous ont en commun d’apporter un refrain différent dans le monde du stockage, loin des antiennes habituelles des constructeurs et éditeurs du secteur. Point avec ces 3 acteurs visités lors du dernier IT Press Tour.

L’Agence Nationale des Fréquences achève une expérimentation à Annecy dans laquelle elle supplée les antennes « macro » 2G-3G-4G avec des « petites antennes à faible puissance » en complément local. Ce schéma préfigure très probablement des réseaux mobiles de demain. 

Moins d’un an après sa nomination à la tête du Conseil National du Numérique (CNNum), Mounir Mahjoubi annonce qu’il démissionne pour rejoindre l’équipe « En Marche » d’Emmanuel Macron en tant que responsable de la campagne numérique. Il nous explique son choix. 

La gendarmerie a présenté ses outils numériques au cours d’une journée d’information. Le pôle de lutte contre la cybercriminalité n'est plus le seul à être entré dans la transition numérique. Les smartphones pour les contrôles routiers ont fait leur apparition. 

Toutes les News
Derniers commentaires