mercredi 28 septembre 2016
 

Taïwan demande à Google de brouiller des images de mer de Chine

Le ministère taïwanais de la Défense a demandé à Google de brouiller les images satellite de nouvelles infrastructures soupçonnées d'être à visée militaire, sur une île disputée en mer de Chine méridionale contrôlée par Taipei.

Image montrant une forme circulaire à laquelle sont attachées des structures en forme de Y avançant sur la mer, sur la côte nord-ouest de Taiping, le 22 septembre 2016 dans l'archipel des Spratleys

La mer de Chine méridionale fait l'objet de revendications territoriales contradictoires de la part de plusieurs pays de la région. 

L'archipel des Spratleys, qui revêt une grande importance stratégique, est particulièrement disputé. Taïwan contrôle la plus grande île de cet archipel, Taiping, également connue sous le nom d'Itu Aba.

Les Spratleys sont aussi revendiquées pour tout ou partie par les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, Brunei et la Chine.

Des images satellite prises par le géant américain de l'internet montrent une forme circulaire à laquelle sont attachées des structures en forme de Y, qui avancent sur la mer, sur la côte nord-ouest de Taiping.

Taïwan avait inauguré l'année dernière un phare à énergie solaire, une piste d'atterrissage élargie et une jetée dans le cadre de sa campagne pour renforcer ses capacités militaires sur l'île.

Le ministère de la Défense a déclaré qu'il était en train de contacter Google jeudi pour leur demander de brouiller les images en question, sans vouloir préciser ce dont il s'agit.

"C'est une information classée", a déclaré le porte-parole du ministère Chen Chung-chi. 

Montrer ces images serait "inopportun", a dit pour sa part le ministre de la Défense Feng Shih-kuan. "Mais nous aimerions faire savoir que l'île de Taiping est équipée de capacités de défense très fortes".

Les tensions ont redoublé dans la région depuis un jugement international en juillet qui a invalidé les prétentions de Pékin sur la grande majorité de la mer de Chine méridionale, y compris sur des eaux proches des côtes des autres pays.

Elle se fonde pour cela sur une délimitation en "neuf pointillés" apparue sur des cartes chinoises datant des années 1940.

La Cour permanente de la Haye (CPA) a également jugé que Taiping était en fait "un rocher". A ce titre, elle ne peut générer de zone économique exclusive, ce qui contredit les revendications de Taïwan sur les eaux avoisinantes.

Taïwan a dénoncé le jugement de la CPA, également rejeté par Pékin.

Taïwan vit un destin séparé de celui de la Chine depuis 1949, lorsque les nationalistes s'y étaient réfugiés après avoir perdu la guerre civile face aux communistes. 

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après plus de 18 mois de bêta-test, Facebook At Work devrait être lancé le mois prochain. Le prix serait fixé par utilisateur et non pas par entreprise ce qui rendrait la solution accessible à des TPE ou PME.
Microsoft a annoncé la fin de la version Enterprise de son outil collaboratif Yammer Enterprise sous forme de produit individuel. Les fonctions seront intégrées dans Office 365 sur lequel l’éditeur fonde désormais l’essentiel de sa stratégie applicative.
Louis Gautier, secrétaire général du SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), réunira tous les responsables informatiques des partis politiques français afin de les sensibiliser et les préparer à de possibles attaques informatiques en vue de la présidentielle 2017. 
En football, on appelle cela du marquage à la culotte.  Moins de 3 semaines après la présentation des nouveaux iPhone 7 et 11 jours après leur disponibilité, Xiaomi – qui revendique l’appellation d’Apple chinois – vient de présenter ses nouveaux modèles : Mi5s et Mi5s Plus.
Alors que Samsung a tenté de résoudre les problèmes d’explosion des premiers Galaxy Note 7, la nouvelle version de l’appareil aurait encore des problèmes : un utilisateur chinois en a fait les frais. 
L’éditeur allemand met 125 millions de dollars sur la table pour s’offrir Altiscale. Il souhaite ainsi consolider son portfolio cloud avec cette start-up qui dispose de sa propre distribution Hadoop dans les nuages. 
Après avoir annoncé cet été que WhatsApp allait partager certaines données avec Facebook, l’Allemagne vient de prendre une mesure radicale : elle ordonne « avec effet immédiat » l’arrêt de la collecte et du stockage des utilisateurs allemands de WhatsApp. 

Plusieurs fournisseurs d’infrastructures, dont des Français, se sont rassemblés pour créer un code de conduite qui donne la possibilité que le traitement et le stockage des données soit fait uniquement en Europe. D’autres engagements, sur le profilage notamment, ont été pris conjointement. 

Le gouvernement s’aventure sur une pente très glissante en voulant sanctionner les sites voulant « tromper délibérément les internautes » sur le sujet de l’IVG, lequel est particulièrement abordé sur le Web. 
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0