dimanche 11 décembre 2016
 

Foisonnement d'idées pour les pansements du futur

Capteurs connectés, hydrogels, photothérapie... Une fièvre d'innovations saisit la recherche sur les plaies chroniques, stimulée par le vieillissement de la population et l'explosion du diabète, mais avoir des solutions fiables et économiquement viables prendra du temps, prédisent les spécialistes.

La duchesse de Cambridge porte un pansement visite Hayward Tyler à Luton, le 24 août 2016

"Il y a un foisonnement d'idées" pour accélérer le traitement de ces plaies longues à cicatriser, douloureuses pour les patients et coûteuses pour les systèmes de santé, déclare à l'AFP Luc Téot, président de la société française des plaies et cicatrisations et chirurgien au CHRU de Montpellier.

Mais dans le lot, "il y a aussi des paillettes et de la poudre aux yeux. Cela tient un peu du Far West", car ce marché est "très ouvert", estime-t-il.

Le marché mondial du traitement des plaies devrait représenter 20,4 milliards de dollars en 2021, contre 17 milliards de dollars en 2016, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,6%, selon une étude du cabinet MarketsandMarkets.

Le segment du traitement avancé des plaies, qui porte notamment sur les plaies chroniques, devrait connaître la plus forte croissance du marché sur cette période, selon cette étude.

Avec la miniaturisation croissante de l'électronique fleurissent des projets de capteurs connectés pour suivre l'évolution de la cicatrisation en mesurant différents paramètres, voire pour déclencher une réponse thérapeutique du pansement, qui devient en quelque sorte autonome.

Aux Etats-Unis, des chercheurs du MIT développent par exemple un hydrogel particulièrement souple et biocompatible, avec des capteurs et des doses de médicaments embarqués.

En Grande-Bretagne, des chercheurs de l'université de Bath (sud-ouest) ont inventé un pansement devenant fluorescent dès qu'il détecte une infection bactérienne. 

"Notre pansement devrait permettre à la fois de dépister très rapidement une infection, et d'éviter la prescription d'antibiotiques pour des plaies non infectées", comme c'est le cas généralement en cas de suspicion d'infection, explique à l'AFP le professeur Toby Jenkins, responsable du projet.

Cette innovation va être testée dans un premier essai clinique de non-toxicité, en partenariat avec une entreprise allemande de dispositifs médicaux, Paul Hartmann, précise M. Jenkins.

Le groupe français Urgo n'est pas en reste: il travaille notamment sur un projet de capteur de compression pour les ulcères de jambes, et sur un projet européen de photothérapie, visant à suivre l'évolution de plaies chroniques et stimuler leur cicatrisation avec des diodes électroluminescentes (LED).

- Obstacle des prix -

S'ils observent avec attention et parfois soutiennent financièrement ces innovations, les poids lourds des pansements sont prudents quant à leurs perspectives commerciales dans un futur proche.

"On entend beaucoup parler de nouvelles technologies, mais je pense qu'elles ne seront pas utilisées dans le traitement des plaies avant que leur prix devienne vraiment compétitif. Les systèmes de remboursement trancheront", estime Pernille Singer, vice-présidente en charge de la recherche et du développement dans le traitement des plaies chez le groupe danois Coloplast.

D'autant que des solutions actuelles pour traiter les plaies chroniques, comme les pansements avec interface humide ou les thérapies par pression négative, sont encore aujourd'hui insuffisamment connues du personnel soignant: "Il y a une grande marge de progression du savoir-faire basique pour traiter les plaies", selon Mme Singer.

"Développer un pansement connecté, c'est assez facile. Prouver qu'il a vraiment une efficacité clinique, c'est là que ça devient vraiment compliqué", renchérit Sandrine Letellier, responsable marketing pour l'activité de traitement des plaies chez Smith and Nephew, géant britannique des dispositifs médicaux.

Pour déterminer tous les paramètres à prendre en compte pour un algorithme de décision performant dans le traitement des plaies sévères, "il faudrait recueillir des milliers de données" dans le cadre d'études cliniques de grande ampleur, souligne Mme Letellier.

"Est-ce que sera faisable demain? Non, mais après-demain, certainement", résume-t-elle.

"D'ici cinq à dix ans" les pansements intelligents et autonomes se généraliseront, et la hausse des volumes fera baisser leurs prix, prédit Luc Téot, selon lequel "les besoins sont déjà là".

Source : AFP - Etienne BALMER

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires