samedi 1 octobre 2016
 

Foisonnement d'idées pour les pansements du futur

Capteurs connectés, hydrogels, photothérapie... Une fièvre d'innovations saisit la recherche sur les plaies chroniques, stimulée par le vieillissement de la population et l'explosion du diabète, mais avoir des solutions fiables et économiquement viables prendra du temps, prédisent les spécialistes.

La duchesse de Cambridge porte un pansement visite Hayward Tyler à Luton, le 24 août 2016

"Il y a un foisonnement d'idées" pour accélérer le traitement de ces plaies longues à cicatriser, douloureuses pour les patients et coûteuses pour les systèmes de santé, déclare à l'AFP Luc Téot, président de la société française des plaies et cicatrisations et chirurgien au CHRU de Montpellier.

Mais dans le lot, "il y a aussi des paillettes et de la poudre aux yeux. Cela tient un peu du Far West", car ce marché est "très ouvert", estime-t-il.

Le marché mondial du traitement des plaies devrait représenter 20,4 milliards de dollars en 2021, contre 17 milliards de dollars en 2016, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,6%, selon une étude du cabinet MarketsandMarkets.

Le segment du traitement avancé des plaies, qui porte notamment sur les plaies chroniques, devrait connaître la plus forte croissance du marché sur cette période, selon cette étude.

Avec la miniaturisation croissante de l'électronique fleurissent des projets de capteurs connectés pour suivre l'évolution de la cicatrisation en mesurant différents paramètres, voire pour déclencher une réponse thérapeutique du pansement, qui devient en quelque sorte autonome.

Aux Etats-Unis, des chercheurs du MIT développent par exemple un hydrogel particulièrement souple et biocompatible, avec des capteurs et des doses de médicaments embarqués.

En Grande-Bretagne, des chercheurs de l'université de Bath (sud-ouest) ont inventé un pansement devenant fluorescent dès qu'il détecte une infection bactérienne. 

"Notre pansement devrait permettre à la fois de dépister très rapidement une infection, et d'éviter la prescription d'antibiotiques pour des plaies non infectées", comme c'est le cas généralement en cas de suspicion d'infection, explique à l'AFP le professeur Toby Jenkins, responsable du projet.

Cette innovation va être testée dans un premier essai clinique de non-toxicité, en partenariat avec une entreprise allemande de dispositifs médicaux, Paul Hartmann, précise M. Jenkins.

Le groupe français Urgo n'est pas en reste: il travaille notamment sur un projet de capteur de compression pour les ulcères de jambes, et sur un projet européen de photothérapie, visant à suivre l'évolution de plaies chroniques et stimuler leur cicatrisation avec des diodes électroluminescentes (LED).

- Obstacle des prix -

S'ils observent avec attention et parfois soutiennent financièrement ces innovations, les poids lourds des pansements sont prudents quant à leurs perspectives commerciales dans un futur proche.

"On entend beaucoup parler de nouvelles technologies, mais je pense qu'elles ne seront pas utilisées dans le traitement des plaies avant que leur prix devienne vraiment compétitif. Les systèmes de remboursement trancheront", estime Pernille Singer, vice-présidente en charge de la recherche et du développement dans le traitement des plaies chez le groupe danois Coloplast.

D'autant que des solutions actuelles pour traiter les plaies chroniques, comme les pansements avec interface humide ou les thérapies par pression négative, sont encore aujourd'hui insuffisamment connues du personnel soignant: "Il y a une grande marge de progression du savoir-faire basique pour traiter les plaies", selon Mme Singer.

"Développer un pansement connecté, c'est assez facile. Prouver qu'il a vraiment une efficacité clinique, c'est là que ça devient vraiment compliqué", renchérit Sandrine Letellier, responsable marketing pour l'activité de traitement des plaies chez Smith and Nephew, géant britannique des dispositifs médicaux.

Pour déterminer tous les paramètres à prendre en compte pour un algorithme de décision performant dans le traitement des plaies sévères, "il faudrait recueillir des milliers de données" dans le cadre d'études cliniques de grande ampleur, souligne Mme Letellier.

"Est-ce que sera faisable demain? Non, mais après-demain, certainement", résume-t-elle.

"D'ici cinq à dix ans" les pansements intelligents et autonomes se généraliseront, et la hausse des volumes fera baisser leurs prix, prédit Luc Téot, selon lequel "les besoins sont déjà là".

Source : AFP - Etienne BALMER

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
L’éditeur regroupe l’ensemble des équipes travaillant sur les différents projets d’intelligence artificielle au sein d’une division unique de plus de 5000 personnes.

Raspbian a droit, avec PIXEL, à une révision en profondeur de son environnement graphique et à quelques nouveaux outils et services. L’OS se dote d’une interface plus agréable tandis que Chromium fait son entrée dans l’environnement du Pi.

Vous adorez Waze et son aspect collaboratif ? Oubliez tout ca : HERE et ses trois patrons (BMW, Audi, Mercedes) veulent vous montrer comment et pourquoi ils disposent du meilleur système au monde.
Aux termes d’un partenariat entre les deux entreprises, les Renault pourront dès 2017 afficher le célèbre Waze directement sur les écrans tactiles embarqués, en déportant l’écran du smartphone grâce à Android Auto. 
Quelques jours avant sa keynote du 4/10, Google renomme et regroupe ses services. Les Google Apps for Work deviennent G Suite et rejoignent Gmail, Drive, Doc, mais aussi API, les outils de machine learning, Chrome OS ou encore Android au sein de Google Cloud. Et c’est bien plus qu’un simple rebranding !
Cette nouvelle opération de fusion-acquisition se réaliserait à un montant minimum de 30 milliards de dollars, ce qui en ferait une des plus importantes d'un secteur particulièrement sollicité depuis 2015.
Les deux entreprises ont annoncé une collaboration autour de l’intégration des outils de chacune au sein de leurs solutions respectives. Une manière pour de renforcer leur offre de services à l’heure où Microsoft sort les crocs.
Le géant du cloud posera ses valises en région parisienne. Sa nouvelle infrastructure sera opérationnelle à partir de 2017. Une bonne nouvelle pour les clients. 
Le programme de rappel des Galaxy Note 7, affligés d’un problème de batterie, se passe mieux que prévu. Samsung semble enthousiaste et remercie ses clients de leur fidélité, 90% des terminaux défectueux étant remplacés par un autre Galaxy, S7 ou Note 7 fonctionnel. Les livraisons devraient débuter en Europe à compter du 28 octobre, sauf retard.
Les cinq géants américains se sont réunis autour d’une bannière commune pour banaliser et rassurer sur le sujet de l’intelligence artificielle. Ils ont créé une association à but non lucratif. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0