dimanche 11 décembre 2016
 

Rencontres amoureuses: on ne badine pas avec Facebook

Faut-il oui ou non demander une nouvelle rencontre comme "ami(e)" sur Facebook ? L'immersion des réseaux sociaux dans le jeu de la séduction pose des problèmes cornéliens inédits, révèle un sondage Kantar TNS pour le site de rencontres pour célibataires Meetic, paru jeudi.

L'immersion des réseaux sociaux dans le jeu de la séduction pose des problèmes cornéliens inédits, selon un sondage pour le site de rencontres Meetic

Facebook a pris une place centrale dans cette nouvelle grammaire amoureuse : 72% des célibataires européens (et 69% des célibataires français) sont inscrits sur le réseau social, souligne cette enquête menée fin 2015 auprès de 9.200 célibataires de 18 à 65 ans dans 7 pays d'Europe, dont 1.500 Français. Ils sont moins présents sur les autres réseaux, comme WhatsApp (47%), Twitter (26%) et Instagram (19%).  

Première incertitude, l'invitation à devenir "ami" : un célibataire européen (et Français) sur cinq (22%) n’hésite pas à ajouter leur nouveau "date" sur Facebook juste après le premier rendez-vous, mais 46% des célibataires Français préfèrent attendre une ou deux semaines, dont 30% patienteront même au moins un mois. 

Un quart des célibataires français ne fera jamais d'invitation sur le site ou n’acceptera jamais de demande, une réserve que les moins de 35 ans ne sont que 15% à partager. 

En cas de suivi, l'étape suivante, qui consiste à officialiser sa relation en postant des photos en couple, est encore plus délicate : 40% des Français attendent au moins un mois pour publier de tels bans numériques, alors que 50% ne le feront jamais. Même réticence sur un changement  de statut pour s'afficher "en couple" sur son profil : un tiers des Français attendront plusieurs mois et la moitié ne le fera jamais.  

Mieux vaut de toutes façons rester courtois en ligne : 40% des célibataires européens (et 45% chez les Français) aimeraient que leur nouvelle relation "like" ou commente leurs publications, et encore plus les Italiens (50%) et les Espagnols (48%).

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires