samedi 21 janvier 2017
 

Rencontres amoureuses: on ne badine pas avec Facebook

Faut-il oui ou non demander une nouvelle rencontre comme "ami(e)" sur Facebook ? L'immersion des réseaux sociaux dans le jeu de la séduction pose des problèmes cornéliens inédits, révèle un sondage Kantar TNS pour le site de rencontres pour célibataires Meetic, paru jeudi.

L'immersion des réseaux sociaux dans le jeu de la séduction pose des problèmes cornéliens inédits, selon un sondage pour le site de rencontres Meetic

Facebook a pris une place centrale dans cette nouvelle grammaire amoureuse : 72% des célibataires européens (et 69% des célibataires français) sont inscrits sur le réseau social, souligne cette enquête menée fin 2015 auprès de 9.200 célibataires de 18 à 65 ans dans 7 pays d'Europe, dont 1.500 Français. Ils sont moins présents sur les autres réseaux, comme WhatsApp (47%), Twitter (26%) et Instagram (19%).  

Première incertitude, l'invitation à devenir "ami" : un célibataire européen (et Français) sur cinq (22%) n’hésite pas à ajouter leur nouveau "date" sur Facebook juste après le premier rendez-vous, mais 46% des célibataires Français préfèrent attendre une ou deux semaines, dont 30% patienteront même au moins un mois. 

Un quart des célibataires français ne fera jamais d'invitation sur le site ou n’acceptera jamais de demande, une réserve que les moins de 35 ans ne sont que 15% à partager. 

En cas de suivi, l'étape suivante, qui consiste à officialiser sa relation en postant des photos en couple, est encore plus délicate : 40% des Français attendent au moins un mois pour publier de tels bans numériques, alors que 50% ne le feront jamais. Même réticence sur un changement  de statut pour s'afficher "en couple" sur son profil : un tiers des Français attendront plusieurs mois et la moitié ne le fera jamais.  

Mieux vaut de toutes façons rester courtois en ligne : 40% des célibataires européens (et 45% chez les Français) aimeraient que leur nouvelle relation "like" ou commente leurs publications, et encore plus les Italiens (50%) et les Espagnols (48%).

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Le réseau social des professionnels s’offre, enfin, une nouvelle interface plus claire et intuitive.

Le programme sera lancé au printemps prochain et va faciliter les procédures d’installation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers en France. 

La secrétaire d’Etat au Numérique et à l’Innovation Axelle Lemaire a lancé le plan France IA, trois mois avant la fin de son mandat. Le but est de mettre en place une stratégie cohérente pour valoriser au mieux le potentiel des acteurs français de la filière.

Lors des dernières étapes, nous avons rencontré des entreprises dont la notoriété est moindre mais les technologies sont des plus intéressantes. Rubrik, Open vStorage, Datos IO, retenez bien ces noms, ils vont certainement devenir connus dans les mois qui viennent.

L’agence de sécurité américaine a annoncé la mise en ligne de 930 000 documents déclassifiés. Le tout est d’ores et déjà disponible gratuitement sur leur site.

L’opérateur proposera à partir du 23 janvier une 4G Box. Elle sera disponible pour les 10 millions de foyers situés en zone peu denses et « qui souffrent d’un Internet trop lent ». 

DDN, Cohesity et Igneous ont en commun d’apporter un refrain différent dans le monde du stockage, loin des antiennes habituelles des constructeurs et éditeurs du secteur. Point avec ces 3 acteurs visités lors du dernier IT Press Tour.

L’Agence Nationale des Fréquences achève une expérimentation à Annecy dans laquelle elle supplée les antennes « macro » 2G-3G-4G avec des « petites antennes à faible puissance » en complément local. Ce schéma préfigure très probablement des réseaux mobiles de demain. 

Moins d’un an après sa nomination à la tête du Conseil National du Numérique (CNNum), Mounir Mahjoubi annonce qu’il démissionne pour rejoindre l’équipe « En Marche » d’Emmanuel Macron en tant que responsable de la campagne numérique. Il nous explique son choix. 

La gendarmerie a présenté ses outils numériques au cours d’une journée d’information. Le pôle de lutte contre la cybercriminalité n'est plus le seul à être entré dans la transition numérique. Les smartphones pour les contrôles routiers ont fait leur apparition. 

Toutes les News
Derniers commentaires