dimanche 11 décembre 2016
 

Google met en service Allo, sa messagerie "intelligente"

Google a lancé mercredi son application de messagerie pour téléphones Allo, qui espère se faire une place dans un marché déjà saturé grâce à des fonctionnalités d'intelligence artificielle.

Allo est disponible depuis ce mercredi pour les téléphones fonctionnant avec les systèmes Android de Google et iOS d'Apple, a précisé Google sur son blog officiel.

"Google Allo peut vous aider à anticiper, à trouver des infos, à vous exprimer plus aisément dans vos conversations. Et plus vous l'utilisez, plus il s'améliore avec le temps", a expliqué Google.

Le géant américain de l'internet met en avant des fonctionnalités "intelligentes" offertes par son application: elle propose à l'avance des réponses à un message, en fonction du contexte et du "style" de conversation de l'utilisateur, par exemple s'il est adepte des emojis.

Elle sait aussi reconnaître le contenu d'une photo et proposer des remarques adaptées. Allo permet en outre d'accéder en avant-première à l'assistant virtuel de Google (un service dénommé Google Assistant), pour exécuter rapidement certaines tâches.

En outre, comme d'autres applications de messagerie populaires, elle permet de jouer sur la taille des emojis, et d'enrichir les messages avec des "autocollants" (stickers) ou autres gribouillis, pour personnaliser les conversations.

Allo avait été dévoilée en mai par Google, en même temps qu'une autre application d'appels vidéo sur mobile, Google Duo, mise en service en août.

Son lancement intervient sur un marché où on ne compte déjà plus les applications de messagerie, et devra lutter pour faire se faire une place face à des poids-lourds comme Snapchat, ou encore Whatsapp et Messenger de Facebook.

Apple a lui aussi musclé sa propre application de messagerie pour rattraper son retard sur ses rivaux dans la dernière version d'iOS, iOS 10, déployée la semaine dernière.

- Marché saturé -

WhatsApp acquis par Facebook en 2014 pour 20 milliards de dollars compte déjà plus d'un milliard d'utilisateurs, tout comme Facebook Messenger. Les autres acteurs du marché sont Snapchat, Skype, WeChat, Viber, Line, Kik et Telegram.

Google a déjà essayé de s'y implanter avec une précédente application, Hangouts, mais sans beaucoup de succès.

Allo a également suscité des mises en garde concernant la protection des données personnelles de ses utilisateurs.

"Ne l'utilisez pas" a ainsi lancé Edward Snowden, l'ancien consultant de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), qui a révélé en 2013 l’existence d’un système de surveillance mondiale des communications et d'internet par les Etats-Unis et qui est actuellement réfugié en Russie.

Google a répondu à ses inquiétudes en mettant en avant la fonction "incognito" et en rappelant que les communications seront chiffrées.

Mais Google conservera les messages sur ces serveurs informatiques et ils seront en conséquence potentiellement accessibles par les autorités. "Google a préféré que tous les messages puissent être accessibles aux autorités pour améliorer les fonctions de réponse automatique", juge Christopher Soghioan de l'Association pour les libertés civiques américaine (ACLU).

A ces critiques, Google répond que "nous avons donné aux utilisateurs la transparence et le contrôle nécessaires sur leurs données", selon un communiqué adressé à l'AFP. 

"Notre approche est simple, vos conversations sont stockées jusqu'à ce que vous décidiez de les supprimer et vous pouvez supprimer des messages individuels ou toutes les conversations", affirme le géant de l'internet.

"Nous offrons également l'option de discuter en mode incognito où les messages sont chiffrés de bout en bout et vous pouvez programmer la suppression des messages automatiquement sur votre appareil et sur celui de la personne avec qui vous discutez", indique Google.

Source : AFP - Rob Lever

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires