jeudi 29 septembre 2016
 

Dans un tweet, le fils de Trump compare les réfugiés syriens à des bonbons empoisonnés

Le fils aîné du candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump a comparé, dans un tweet, les réfugiés syriens à des "bonbons empoisonnés", suscitant de vives réactions notamment dans le camp démocrate. 

Donald Trump Jr, le fils aîné du candidat républicain Donald Trump, le 19 juillet 2016 à Cleveland

Donald Trump Jr, qui se fait fréquemment l'avocat des positions de son père, a publié sur son compte Twitter une photo avec une coupe de bonbons estampillée du slogan du candidat républicain "Make America great again!" (Rendre à l'Amérique sa grandeur). 

"Si j'avais un bol de bonbons et vous disais que, dans le lot, trois étaient empoisonnés, en prendriez-vous une poignée? Tel est notre problème avec les réfugiés syriens", a-t-il lancé. "Cette image dit tout. Arrêtons le politiquement correct qui ne fait pas de l'Amérique une priorité".  

Sa remarque a rapidement fait réagir les réseaux sociaux et provoqué des réactions indignées dans le camp démocrate.

"Dégoûtant", a ainsi réagi sur Twitter le porte-parole de la candidate démocrate Hillary Clinton, Nick Merrill.

"Voici l'un des millions d'enfants que vous avez comparés à un bonbon empoisonné", a écrit l'une des anciennes plumes de Barack Obama, Jon Favreau, accompagnant son tweet de la photo d'Omran, un Syrien de 5 ans blessé dans un raid aérien à Alep dont le portrait a fait le tour du monde cet été.  

Après les attentats de samedi aux Etats-Unis, Donald Trump a renoué avec ses thèmes de campagne de prédilection avec un virulent discours lundi en Floride dans lequel il a lié menace islamiste et immigration. 

Il prône la fermeture sélective des frontières en fonction des pays d'origine. Par exemple, il souhaite arrêter tout accueil de réfugiés syriens et dénonce le projet de sa rivale démocrate d'augmenter leur nombre fixé aux alentours de 65.000 par Barack Obama. 

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
La deuxième journée de la conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk a privilégié les thèmes autour de la sécurité et des partenariats avec l’initiative Adaptive Response.
L’éditeur allemand débloque 2 milliards d’euros de fonds sur cinq ans pour investir dans l’Internet des Objets. Parallèlement, il annonce le rachat de Plat.One, une plateforme applicative dédiée à l’IoT et au M2M, et de Fedem Technology. 
Après plus de 18 mois de bêta-test, Facebook At Work devrait être lancé le mois prochain. Le prix serait fixé par utilisateur et non pas par entreprise ce qui rendrait la solution accessible à des TPE ou PME.
Microsoft a annoncé la fin de la version Enterprise de son outil collaboratif Yammer Enterprise sous forme de produit individuel. Les fonctions seront intégrées dans Office 365 sur lequel l’éditeur fonde désormais l’essentiel de sa stratégie applicative.
Louis Gautier, secrétaire général du SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), réunira tous les responsables informatiques des partis politiques français afin de les sensibiliser et les préparer à de possibles attaques informatiques en vue de la présidentielle 2017. 
En football, on appelle cela du marquage à la culotte.  Moins de 3 semaines après la présentation des nouveaux iPhone 7 et 11 jours après leur disponibilité, Xiaomi – qui revendique l’appellation d’Apple chinois – vient de présenter ses nouveaux modèles : Mi5s et Mi5s Plus.
Alors que Samsung a tenté de résoudre les problèmes d’explosion des premiers Galaxy Note 7, la nouvelle version de l’appareil aurait encore des problèmes : un utilisateur chinois en a fait les frais. 
L’éditeur allemand met 125 millions de dollars sur la table pour s’offrir Altiscale. Il souhaite ainsi consolider son portfolio cloud avec cette start-up qui dispose de sa propre distribution Hadoop dans les nuages. 
Après l'annonce cet été que WhatsApp allait partager certaines données avec Facebook, l’Allemagne vient de prendre une mesure radicale : elle ordonne « avec effet immédiat » l’arrêt de la collecte et du stockage des utilisateurs allemands de WhatsApp. 
Plusieurs fournisseurs d’infrastructures, dont des Français, se sont rassemblés pour créer un code de conduite qui donne la possibilité que le traitement et le stockage des données s'opèrent uniquement en Europe. D’autres engagements, sur le profilage notamment, ont été pris conjointement. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0