dimanche 11 décembre 2016
 

Numérique: les collégiens des ZEP très équipés mais peu accompagnés par l'école

Les collégiens scolarisés en éducation prioritaire sont très équipés chez eux en outils numériques, mais s'estiment peu accompagnés dans le cadre scolaire, selon le baromètre annuel Trajectoires/Afev publié mardi pour la 9e Journée du refus de l'échec scolaire.

Vue extérieure en date du 17 décembre 2014 du collège Louise Michel à  Lille

L'Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), qui lutte contre le décrochage et apporte du soutien scolaire à des milliers d'élèves des quartiers populaires, jauge chaque année leur rapport à l'école. Cette année, elle se focalise sur le numérique et les inégalités éducatives.

Les "digital natives", ou jeunes nés dans un univers numérique et qui le maîtrisent spontanément, n'existent pas, souligne l'association.   

Selon cette enquête réalisée en mai-juin 2016 auprès de 548 collégiens de onze à treize ans, scolarisés en réseau d'éducation prioritaire (REP), les collégiens des quartiers prioritaires sont fortement équipés: 98% ont le wifi chez eux, 87% un ordinateur, 80% une tablette, tandis que 86% possèdent un téléphone portable, dont 94% de smartphones. 

Dans les salles des collèges de 92% d'entre eux, il y a des ordinateurs permettant aux profs de projeter des documents, et dans 80% des tableaux blancs interactifs.

La majorité (55%) ont appris à se servir seuls d'un ordinateur et d'internet, 36% avec la famille, 6% à l'école, 3% avec des amis.

Leur utilisation d'internet est faible dans le cadre scolaire: 90% des collégiens ne le consultent pas dans la journée, ni en classe, ni entre les cours, ni au CDI.

Les trois-quarts l'utilisent sitôt rentrés chez eux, 61% après le dîner, 47% avant de se coucher, 27% au lit. En semaine, 43% utilisent un équipement numérique plus de deux heures par jour, 21% durant plus de quatre heures.

Seuls 29% des collégiens ont débattu avec un professeur de ce qu'ils ont vu sur internet. Près de sept collégiens sur dix ont l'impression que leurs profs peuvent leur montrer des sites intéressants à consulter et les aider à comprendre ce qu'ils voient sur internet.

Près de la moitié (47%) estime qu'internet est dangereux. Ils sont 8% à avoir été blessés par un commentaire ou une photo d'eux postés sur internet. Près d'un tiers sont déjà tombés sur des images qui les ont choqués, et parmi eux 28% n'en ont parlé à personne.

Côté réseaux sociaux, 75% sont inscrits sur Snapchat, 59% sur Facebook, 58% sur Instagram.

Hors réseaux sociaux, ils utilisent surtout internet pour s'amuser: 85% écoutent de la musique ou regardent des vidéos, 60% s'en servent pour des recherches scolaires.

Les parents de 54% des répondants ne limitent pas le temps d'utilisation du numérique par leurs enfants. 

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires