dimanche 11 décembre 2016
 

Google risque un redressement fiscal en Indonésie

Google risque de devoir payer 420 millions de dollars au fisc indonésien dans le cadre d'une procédure ouverte à son encontre pour une fraude fiscale présumée en 2015, a indiqué lundi un responsable à Jakarta.

Le géant de l'internet américain Google a refusé à des contrôleurs des impôts l'accès à ses états financiers et une enquête a été ouverte

Le 15 septembre, un responsable du fisc indonésien, Muhammad Haniv, avait annoncé que le géant de l'internet américain avait refusé à des contrôleurs des impôts l'accès à ses états financiers, et qu'une enquête serait ouverte.

Google a réfuté toute fraude et assuré avoir payé tous ses impôts et taxes en Indonésie depuis l'ouverture de ses bureaux à Jakarta en 2011.

Des contrôleurs des impôts se sont rendus lundi dans les locaux de Google, dont Muhammad Haniv qui a déclaré à l'AFP que le groupe basé en Californie n'avait pas rempli ses obligations en matière fiscale malgré des millions de dollars de bénéfices engrangés dans la première économie du sud-est asiatique.

Si les autorités fiscales découvrent que Google n'a pas réglé l'intégralité des impôts qu'il doit au titre de 2015, il devra s'en acquitter et régler une lourde amende, pour une somme totale d'environ 420 millions de dollars, selon M. Haniv.

"Les étrangers dégagent des (millions de dollars) de bénéfices mais refusent de payer des impôts, ce n'est pas juste", a affirmé ce responsable après avoir quitté les bureaux de Google. "Si besoin, nous saisirons la justice", a-t-il averti.

M. Haniv ne s'est pas exprimé sur ce que Google pourrait éventuellement devoir pour les exercices antérieurs à 2015.

Dans un communiqué publié jeudi, le directeur de la communication de Google Indonésie, Jason Tedjasukmana, avait assuré que Google avait toujours coopéré étroitement avec les autorités indonésiennes et avait "respecté les règles en s'acquittant de tous les impôts dus en Indonésie".

M.Haniv fait valoir que l'ouverture d'une enquête fiscale a été inspirée par les multiples contrôles lancés en Europe sur les obligations fiscales du géant de l'internet, comme en Espagne, en Italie ou au Royaume-Uni.

Google est régulièrement accusé en Europe et aux Etats-Unis de vouloir échapper aux impôts en choisissant de s'installer dans des pays à la fiscalité plus favorable.

Jakarta fait aussi pression sur d'autres géants de la high-tech comme Facebook ou Yahoo pour éclaircir leurs pratiques fiscales.

Les entreprises mondiales de l'internet ont massivement investi ces dernières années en Indonésie, un marché clé pour elles.

Un tiers des 255 millions d'Indonésiens a accès à Internet. Selon des analystes, la proportion devrait grimper à la faveur d'une amélioration des réseaux d'un bout à l'autre de l'archipel.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires