dimanche 11 décembre 2016
 

Interview de Juncker: une youtubeuse se plaint de pressions de YouTube

Laetitia, une youtubeuse française qui a interviewé en direct jeudi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, s'est plainte dimanche d'avoir reçu des pressions de YouTube pour poser des questions "plus lisses", ce que YouTube a contesté.

Laetitia, une youtubeuse française qui a interviewé en direct jeudi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, s'est plainte d'avoir reçu des pressions de YouTube pour poser des questions

Sa vidéo qui accuse YouTube de l'avoir "menacée pour plaire au président de la Commission" a réuni depuis dimanche plus de 2 millions de vues sur Facebook.

C'est l'épilogue inattendu d'une opération de communication lancée par YouTube (filiale de Google) qui, comme en janvier avec Barack Obama, avait organisé une interview du plus haut responsable de l'Union européenne par quelques youtubeurs. 

Parmi les trois Européens choisis, Laetitia Nadji, une jeune femme qui sur sa chaîne donne à ses 60.000 abonnés des conseils de bien-être et de défense de l'environnement, allant des produits bio au recyclage ou aux médecines alternatives -- très éloignés de la politique.

Mais après avoir demandé l'avis de ses abonnés, elle avait préparé des questions délicates pour M. Juncker, entre autres sur la politique fiscale du Luxembourg. 

Un choix qui avait inquiété YouTube: dans une vidéo postée dimanche, elle montre, en caméra caché, comment un salarié de YouTube a tenté de la dissuader juste avant l'interview.

"C'est déjà une question à laquelle il est hyper difficile de répondre pour M. Juncker, tu parles du lobby des sociétés. Tu ne vas pas non plus te mettre à dos la Commission européenne et YouTube, et tous les gens croient en toi. Enfin, sauf si tu comptes pas faire long feu sur YouTube", lui dit-il.

Cette discussion n'avait pas empêché Laetitia de poser à Jean-Claude Juncker en direct toutes les questions prévues. Après cet épisode, à sa grande surprise YouTube lui a proposé un contrat d’ambassadrice pour un an, mais elle a refusé pour éviter d'être manipulée, explique-t-elle.

De son côté YouTube a réfuté toute censure, mais reconnu lui avoir conseillé d'être "respectueuse". 

"Laetitia a souhaité poser des questions difficiles au président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker et, avant cet échange, nous a sollicités pour des conseils sur la manière de les formuler. Notre collègue l’a encouragée à privilégier le respect à la confrontation et comme l'atteste sa vidéo de l'interview, elle a eu l'opportunité de poser toutes les questions qu'elle avait préparées", a fait valoir un porte-parole, regrettant "une phrase malheureuse" qui pouvait ressembler à un avertissement. 

La Commission a elle précisé n'avoir été informée d'aucune question à l'avance et ne pas avoir demandé à YouTube de faire pression sur la blogueuse.

"La Commission européenne et son président n'ont jamais demandé ni reçu aucune question à l'avance pour cette interview, comme c'est aussi le cas pour toutes celles que donne son président", a indiqué une porte-parole.

"Le président a pendant 25 ans de vie publique répondu aux questions des journalistes les plus chevronnés, et n'a nul besoin ni demande que quiconque adoucisse les questions pour lui", a-t-il ajouté.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires