samedi 21 janvier 2017
 

Interview de Juncker: une youtubeuse se plaint de pressions de YouTube

Laetitia, une youtubeuse française qui a interviewé en direct jeudi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, s'est plainte dimanche d'avoir reçu des pressions de YouTube pour poser des questions "plus lisses", ce que YouTube a contesté.

Laetitia, une youtubeuse française qui a interviewé en direct jeudi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, s'est plainte d'avoir reçu des pressions de YouTube pour poser des questions

Sa vidéo qui accuse YouTube de l'avoir "menacée pour plaire au président de la Commission" a réuni depuis dimanche plus de 2 millions de vues sur Facebook.

C'est l'épilogue inattendu d'une opération de communication lancée par YouTube (filiale de Google) qui, comme en janvier avec Barack Obama, avait organisé une interview du plus haut responsable de l'Union européenne par quelques youtubeurs. 

Parmi les trois Européens choisis, Laetitia Nadji, une jeune femme qui sur sa chaîne donne à ses 60.000 abonnés des conseils de bien-être et de défense de l'environnement, allant des produits bio au recyclage ou aux médecines alternatives -- très éloignés de la politique.

Mais après avoir demandé l'avis de ses abonnés, elle avait préparé des questions délicates pour M. Juncker, entre autres sur la politique fiscale du Luxembourg. 

Un choix qui avait inquiété YouTube: dans une vidéo postée dimanche, elle montre, en caméra caché, comment un salarié de YouTube a tenté de la dissuader juste avant l'interview.

"C'est déjà une question à laquelle il est hyper difficile de répondre pour M. Juncker, tu parles du lobby des sociétés. Tu ne vas pas non plus te mettre à dos la Commission européenne et YouTube, et tous les gens croient en toi. Enfin, sauf si tu comptes pas faire long feu sur YouTube", lui dit-il.

Cette discussion n'avait pas empêché Laetitia de poser à Jean-Claude Juncker en direct toutes les questions prévues. Après cet épisode, à sa grande surprise YouTube lui a proposé un contrat d’ambassadrice pour un an, mais elle a refusé pour éviter d'être manipulée, explique-t-elle.

De son côté YouTube a réfuté toute censure, mais reconnu lui avoir conseillé d'être "respectueuse". 

"Laetitia a souhaité poser des questions difficiles au président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker et, avant cet échange, nous a sollicités pour des conseils sur la manière de les formuler. Notre collègue l’a encouragée à privilégier le respect à la confrontation et comme l'atteste sa vidéo de l'interview, elle a eu l'opportunité de poser toutes les questions qu'elle avait préparées", a fait valoir un porte-parole, regrettant "une phrase malheureuse" qui pouvait ressembler à un avertissement. 

La Commission a elle précisé n'avoir été informée d'aucune question à l'avance et ne pas avoir demandé à YouTube de faire pression sur la blogueuse.

"La Commission européenne et son président n'ont jamais demandé ni reçu aucune question à l'avance pour cette interview, comme c'est aussi le cas pour toutes celles que donne son président", a indiqué une porte-parole.

"Le président a pendant 25 ans de vie publique répondu aux questions des journalistes les plus chevronnés, et n'a nul besoin ni demande que quiconque adoucisse les questions pour lui", a-t-il ajouté.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Le réseau social des professionnels s’offre, enfin, une nouvelle interface plus claire et intuitive.

Le programme sera lancé au printemps prochain et va faciliter les procédures d’installation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers en France. 

La secrétaire d’Etat au Numérique et à l’Innovation Axelle Lemaire a lancé le plan France IA, trois mois avant la fin de son mandat. Le but est de mettre en place une stratégie cohérente pour valoriser au mieux le potentiel des acteurs français de la filière.

Lors des dernières étapes, nous avons rencontré des entreprises dont la notoriété est moindre mais les technologies sont des plus intéressantes. Rubrik, Open vStorage, Datos IO, retenez bien ces noms, ils vont certainement devenir connus dans les mois qui viennent.

L’agence de sécurité américaine a annoncé la mise en ligne de 930 000 documents déclassifiés. Le tout est d’ores et déjà disponible gratuitement sur leur site.

L’opérateur proposera à partir du 23 janvier une 4G Box. Elle sera disponible pour les 10 millions de foyers situés en zone peu denses et « qui souffrent d’un Internet trop lent ». 

DDN, Cohesity et Igneous ont en commun d’apporter un refrain différent dans le monde du stockage, loin des antiennes habituelles des constructeurs et éditeurs du secteur. Point avec ces 3 acteurs visités lors du dernier IT Press Tour.

L’Agence Nationale des Fréquences achève une expérimentation à Annecy dans laquelle elle supplée les antennes « macro » 2G-3G-4G avec des « petites antennes à faible puissance » en complément local. Ce schéma préfigure très probablement des réseaux mobiles de demain. 

Moins d’un an après sa nomination à la tête du Conseil National du Numérique (CNNum), Mounir Mahjoubi annonce qu’il démissionne pour rejoindre l’équipe « En Marche » d’Emmanuel Macron en tant que responsable de la campagne numérique. Il nous explique son choix. 

La gendarmerie a présenté ses outils numériques au cours d’une journée d’information. Le pôle de lutte contre la cybercriminalité n'est plus le seul à être entré dans la transition numérique. Les smartphones pour les contrôles routiers ont fait leur apparition. 

Toutes les News
Derniers commentaires