dimanche 25 septembre 2016
 

Dans une voiture sans chauffeur d'Uber: nerveux... puis impressionné

C'est avec une certaine nervosité qu'on s'assoit pour la première fois dans une voiture autonome d'Uber, mais après avoir vu la machine à l'oeuvre, on se détend progressivement, impressionné par les capacités de ces véhicules qui pourraient représenter l'avenir de l'automobile.

La Ford Fusion autonome d'Uber est bardée de capteurs et de systèmes informatiques pointus, à Pittsburgh en Pennsylvanie, le 13 septembre 2016

Arrivés à un stop, c'est à nous de nous engager, mais la voiture en face nous coupe la route. Le technicien d'Uber assis à la place du conducteur pour parer toute urgence saute sur le volant pour éviter l'accident... mais c'est tout à fait inutile.

Bardée de capteurs et de systèmes informatiques pointus, la Ford Fusion autonome d'Uber a repéré la manoeuvre cavalière du conducteur pressé et a freiné toute seule sans problèmes.

Une fois l'obstacle passé, elle reprend gentiment sa route pré-programmée pour nous conduire à destination dans le dédale des rues de Pittsburgh avec ses collines escarpées, ses vieilles rues étroites et ses autoroutes en pagaille.

De manière remarquable, il semble y avoir moins d'incidents de ce type dans une voiture autonome que dans un véhicule conduit par un être humain.

Un technicien est assis sur le siège du conducteur, les mains à quelques millimètres du volant. A sa droite, un bouton rouge d'arrêt d'urgence. Juste au cas où.

Mais une fois passée la nervosité des dix premières minutes, on découvre que cette machine semble vraiment savoir ce qu'elle fait.

La voiture circule à un train de sénateur, comme conduite par un aimable grand-père, elle garde de confortables distances de sécurité et s'arrête bien derrière les autres.

Elle décolle parfois avec un peu plus d'aplomb d'un stop, d'autres fois beaucoup plus doucement. La plupart du temps les décélérations sont progressives et ne rendront pas les passagers malades. Avec quand même de rares coups de freins plus brusques, sans raison apparente.

La voiture autonome est calme et patiente et elle met ses clignotants pour tourner. A l'inverse de beaucoup de conducteurs...

- Le véhicule n'hésite jamais -

Uber teste depuis mercredi quatre voitures de ce type, qui vont prendre à leur bord des clients fidèles du service et les amèneront à destination dans cette ville de plus de 2,6 millions d'habitants, devenue un pôle de haute technologie de la côte Est.

Pour le moment le service de location de voiture par internet place deux techniciens à bord de chaque véhicule autonome: un à la place du conducteur, qui peut réagir en cas d'urgence en prenant le volant ou en arrêtant la voiture. Et un autre qui observe le comportement du véhicule.

Les Ford Fusion d'Uber, facilement reconnaissables avec tous leurs équipements embarqués sur le toit (lasers, caméras...), ont encore besoin d'interventions humaines régulières: quand un camion de livraison s'arrête en pleine voie ou qu'un piéton s'engage sur la route de manière imprévue par exemple.

Mais ce qui est surprenant c'est la manière dont le véhicule n'hésite jamais, ne louvoie pas. Un camion arrive en face un peu trop près de la ligne du milieu? La voiture autonome Uber garde sa ligne, impassible, quand un conducteur aurait pu hésiter et dévier sa trajectoire.

La voiture voit des choses que les humains ne peuvent pas voir, affirme un technicien.

Et quand un conducteur zélé double la Ford Fusion dans une zone où les dépassements sont interdits, l'intelligence artificielle ne panique pas et réduit simplement un peu sa vitesse pour recréer une distance de sécurité adéquate. Juste de quoi rassurer le passager.

L'élément le plus dangereux lors des premières présentations aux journalistes en ce début de semaine est que le technicien assis derrière le volant oublie souvent de regarder la route: or la voiture n'est pas encore prête pour cela.

Et il faudra encore tester le système sous la neige et sur la glace du rigoureux hiver de ce coin de Pennsylvanie.

Cependant, Uber le sait, le principal défi pour ce "taxi sans chauffeur" résidera dans les moments où le passager doit monter ou descendre du véhicule.

Les Ford Fusion d'Uber sont programmées pour trouver des places de parking nettes pour embarquer ou débarquer ses clients, des emplacements souvent durs à trouver dans les grandes villes. Là, un conducteur humain qui s'arrête quelques secondes en double file conserve l'avantage.

Source : AFP - Paul HANDLEY

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après que Yahoo ait confirmé le piratage de 500 millions de comptes utilisateurs, les entreprises doivent impérativement mesurer l’exposition et tenter de se prémunir au mieux. Voici quelques conseils.
C'est bien le casse du siècle avec au moins un demi-milliard d'inscrits Yahoo impactés. Le coupable : un agent para-gouvernemental non encore identifié.
La Galaxy Note 7 devrait faire son retour en Corée la semaine prochaine et aux Etats-Unis, ainsi qu’en Australie, dans le courant du mois d’octobre. Mais le reste du monde, Europe comprise, ne devrait pas voir les phablettes sur les étals avant fin novembre au plus tôt. Une chose est sûre, Samsung ne veut pas manquer les fêtes de fin d’année.
Le spécialiste du stockage cloud annonce l’ouverture d’une infrastructure en Allemagne avec son partenaire AWS. Les clients Dropbox Business pourront désormais en profiter. 
Après une première salve de tests en laboratoire, l’ANFR a réalisé de nouvelles mesures en conditions réelles sur les niveaux de champs électromagnétiques de Linky. Résultat : rien à craindre ! 
Le groupe automobile annonce le rachat du Français Sylpheo et de son expertise en matière d’intégration et de développement d’applications.
Le LiFi, une technologie vieille de cinq ans, fait ses premiers pas dans le monde de l’entreprise. Après plusieurs projets pilotes, le Français Lucibel s’apprête à commercialiser un luminaire et un émetteur, afin d’équiper des salles, des bureaux, en vrai LiFi. Une première étape vers une utilisation plus large de cette technologie.
En pleine négociation pour son rachat, Yahoo pourrait se voir contraint de révéler, officiellement, le vol des informations d’au moins 200 millions de comptes utilisateurs. Une information qui risque d’ébranler la société la veille de la transaction avec Verizon.
Après le départ de son PDG Hans Verberg en juillet dernier, l’équipementier réseau entame une phase de restructuration et devrait fermer ses deux sites de fabrication en Suède. 3000 personnes devraient ainsi perdre leur emploi. 
Propriété de Google, Waze lance un programme avec les municipalités et les gestionnaires de tunnels pour installer des balises Bluetooth qui permettront d’améliorer (et de maintenir) la connexion GPS en passant dans les tunnels. Une expérimentation sera bientôt lancée à Paris. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0