mercredi 28 septembre 2016
 

Bruxelles propose de réformer le très sensible droit d'auteur

La Commission européenne a présenté mercredi une ambitieuse réforme du droit d'auteur, qui mobilise une partie des artistes et professsionels de l'audiovisuel de l'UE, inquiets du financement futur de leurs créations.

L'exécutif européen veut faciliter à la presse la possibilité de réclamer des droits sur les articles mis en ligne et utilisés par Google News, Facebook et d'autres, qui en tirent indirectement des revenus publicitaires

"Le paquet 'copyright' de la Commission pourrait saper le financement de l'industrie audiovisuelle avec des résultats discutables pour les spectateurs européens et la diversité culturelle", a immédiatemment réagi l'Association des télévisions privées en Europe (ACT) qui compte parmi ses membres le français Canal+ et RTL --basé au Luxembourg et dirigé par un duo belgo-allemand--.

Avec son nouveau projet, l'exécutif européen compte faciliter la diffusion de programmes en ligne: dès lors qu'une chaîne dispose d'un droit d'exploitation pour un contenu dans le pays européen où elle est présente, elle pourra le rendre accessible sur le net partout ailleurs dans l'UE, en accord avec les ayants droit.

Actuellement, les chaînes européennes de télévision mettent à disposition sur leur site internet une grande variété de programmes - en direct ou en différé -, mais ces derniers ne sont généralement accessibles sur le net que dans le pays d'origine de la chaîne.

Une série, produite par une chaîne de TV ou qui en a acquis l'exclusivité, peut être éventuellement revendue dans un autre pays européen, ce qui permet à celui qui en a financé la création d'en tirer des revenus.

"La Commission ouvre la boîte de Pandore", a estimé la Fédération Internationale des Associations de Producteurs de Films  (FIAPF). "Sans une pleine exclusivité territoriale, il y aura moins d'investissements privés, moins de films produits en Europe demain, plus de difficultés à distribuer hors des frontières nationales", a-t-elle averti. 

En revanche, pour le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), cette réforme va dans le bon sens mais pas assez loin: "Pour le consommateur, ne pas pouvoir regarder des séries télévisées, d'événements sportifs ou de films diffusés par le fournisseur européen de son choix est un anachronisme. Nous applaudissons le projet de la Commission mais il y a encore beaucoup à faire pour faire tomber le géoblocage aux oubliettes".

Les chaînes publiques européennes ont également accueilli positivement les propositions de la Commission.

"Elles permettront effectivement aux audiences de visionner ou d’écouter des émissions des médias de service public émanant de plusieurs pays sur un nombre de supports plus varié", a déclaré Nicola Frank, déléguée aux affaires européennes de l’Union Européenne de radio-télévision (UER), qui représente les chaînes publiques.

- Droits des journalistes -

Par ailleurs, l'exécutif européen veut faciliter pour les éditeurs de presse la possibilité de réclamer des droits sur les articles mis en ligne et utilisés par Google News, Facebook et d'autres, qui en tirent indirectement des revenus publicitaires.

En créant au niveau européen un "droit voisin" du droit d'auteur pour les éditeurs de presse, la Commission intervient dans le différend qui oppose depuis des années ces derniers aux moteurs de recherche et agrégateurs de contenus, tel Google, qui exploitent leurs productions sans payer quoi que ce soit.

Une initiative, saluée par l'Association des éditeurs européens (ENPA), Carlo Perrone, comme un "pas significatif et historique".

"Ce droit ne crée pas une taxe sur les liens et n'empêche pas les utilisateurs individuels de partager des liens. Ce droit permettra aux éditeurs de presse dans toute l’Europe de valoriser et protéger leurs contenus éditoriaux dans l’environnement numérique, ce qui renforce le pluralisme des médias, la liberté de la presse et la diversité culturelle", a-t-il dit.

Parallèlement, la Fédération internationale des journalistes (FIJ), basée à Bruxelles et qui revendique 600.000 adhérents dans le monde entier, s'est félicitée de la proposition de la Commission qui à ses yeux "va contribuer à donner davantage de pouvoir aux journalistes en renforçant leur position contractuelle".   

De son côté, l'américain Google a estimé que "l'équilibre approprié n'avait pas encore été atteint", tout en affirmant être prêt à engager la discussion.

Ces réformes, présentées par l'exécutif européen, doivent encore recueillir le feu vert des 28 Etats membres de l'UE et du Parlement européen.

Source : AFP - Céline LE PRIOUX

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Après une réorganisation au niveau mondial, l’équipe de Microsoft France est elle aussi profondément remaniée suite au départ de son président en juillet dernier. Certains visages ont quant à eux disparu… 
Benchmark Capital et Insight Ventures, deux parmi les plus prestigieux fonds américains, investissent 20 millions d’euros dans la start-up française. Le tour de table a été bouclé en un mois.
Le nouveau service de Plex, en bêta et encore actuellement sur invitation, permet de streamer tous vos contenus sur les appareils équipés de Plex via l’offre de stockage illimitée Amazon Drive. 
A l’occasion de sa conférence prévue le 4 octobre prochain, Google pourrait dévoiler Andromeda accompagné de deux nouveaux périphériques : une tablette Nexus 7 pouces et un laptop hybride – Pixel 3 – ultrafin et équipé d’un écran 12,3 pouces.
Disney pourrait être intéressé par le rachat de Twitter, rapporte Bloomberg. Le deal pourrait être favorisé par le fait que les deux entreprises sont déjà en partenariat et que Jack Dorsey, CEO et co-fondateur de Twitter, siège au conseil d’administration de Disney.
La croissance de Parrot sur le deuxième trimestre 2016 s’essouffle et force la marque française à revoir à la baisse ses objectifs financiers. 
La conférence Microsoft Ignite a été l’occasion pour les deux entreprises d’annoncer un partenariat croisé : Adobe utilisera les services cloud Azure alors que l’éditeur de Redmond intégrera Adobe Marketing Cloud sur Dynamics 365. 
Renault et Nissan vont combiner leurs efforts en vue de développer de nouveaux services connectés pour les véhicules tout en s’appuyant sur l’offre Azure de Microsoft. 
Le nouveau Forfait Freebox Révolution tente de séduire en ajoutant la TV by CANAL Panorama et l’application myCANAL incluse, le tout pour 39,99 euros TTC/mois. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0