vendredi 30 septembre 2016
 

Aigles contre drones: les nouvelles recrues de la police néerlandaise

La police néerlandaise peut désormais compter sur une nouvelle recrue de haut vol : des aigles entraînés à intercepter des drones survolant des zones interdites.

Démonstration d'une capture de drone par un aigle, le 12 septembre 2016 à Ossendrecht (sud des Pays-Bas)

Hunter, une femelle de 2 ans, et son dresseur, Ben, se tiennent prêts sur un terrain d'entraînement d'une académie de police dans le sud des Pays-Bas, à proximité de la frontière belge.

Pour sa démonstration, la police a mis en scène une visite d'Etat : arrivée en convoi, la chef d'Etat incarnée par une policière sort de sa voiture quand soudain, un drone apparaît.

"Attentat, attentat", les cris fusent et le chef d'Etat est emmené séance tenante. Le dresseur libère Hunter, qui fonce sur le drone, l'agrippe fermement et va ensuite se poser quelques mètres plus loin, sa proie entre les serres.

Comme ailleurs dans le monde, l'usage des drones connaît une croissance exponentielle aux Pays-Bas. 

"C'est très difficile de gérer les drones, il existe beaucoup de possibilités mais l'utilisation d'oiseaux de proie est probablement la mesure la plus efficace", assure à l'AFP le chef des opérations de la police néerlandaise, Michel Baeten. 

Les animaux, dressés depuis fin 2015, seront appelés à la rescousse quand les drones poseront un danger pour la population, lors d'un événement particulier, comme une visite d'Etat, ou s'ils volent trop près d'un aéroport.

Grâce à de la viande de poulet ou de dinde attachée une fois sur deux sur ces appareils volant pendant les séances de dressage, les animaux perçoivent ces objets à plusieurs bras motorisés comme des proies.

- "Solution low-tech pour problème high-tech" -

Pendant ces mois de tests, "aucun des aigles n'a été blessé", assure le porte-parole de la police nationale, Dennis Janus, réfutant les accusations de maltraitance exprimées par certains experts en début d'année.

"C'est une solution low-tech pour un problème high-tech", se plait-il à répéter au sujet du projet, qui a un budget de plusieurs centaines de milliers d'euros.

Mais la solution n'est pas infaillible : pendant les deux vols effectués pendant la démonstration, Hunter a raté le drone plusieurs fois. 

"C'est un animal, ce n'est pas un robot et les conditions météorologiques peuvent avoir un impact, tout comme la direction du vent", reconnaît M. Baeten. 

"Pendant l'entraînement, nous avons observé que les aigles étaient efficaces dans environ 80% des cas", souligne-t-il. 

Les oiseaux, des pyguargues à tête blanche, une espèce nord-américaine, proviennent pour le moment d'une société spécialisée de l'ouest du pays, Guard From Above. La police, qui refuse de préciser le nombre d'animaux utilisés, a décidé d'acheter ses propres aiglons, aujourd'hui âgés de 5 mois.

"Nous allons entraîner une centaine de policiers et nous pourrons commencer à utiliser nos propres oiseaux dès l'été prochain", affirme M. Janus. 

Si Hunter et ses congénères peuvent intercepter les drones les plus communs, des appareils plus imposants pourraient provoquer des coupures sur leurs pattes. 

"Nous essayons de développer une sorte de gant pour pattes afin de les protéger", assure le porte-parole, soulignant que la police continuait de chercher d'autres solutions.

La police envisage entre autres un système permettant de prendre le contrôle d'un drone en le "piratant" à distance ainsi qu'un filet transporté par un autre drone.

Depuis l'annonce des tests, la police néerlandaise a été en contact avec des représentants de plusieurs pays intéressés par cette solution, dont la France ou l'Allemagne.

"Je pense que d'autres pays vont suivre", se félicite M. Baeten.

Source : AFP - Maude BRULARD

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Quelques jours avant sa keynote, Google renomme et regroupe ses services. Les Google Apps for Work devienne G Suite et rejoignent Gmail, Drive, Doc, mais aussi API, les outils de machine learning, Chrome OS ou encore Android au sein de Google Cloud. Et c’est bien plus qu’un simple rebranding !
Cette nouvelle opération de fusion-acquisition se réaliserait à un montant minimum de 30 milliards de dollars, ce qui en ferait une des plus importantes d'un secteur particulièrement sollicité depuis 2015.

Les deux entreprises ont annoncé leur collaboration autour de l’intégration de leurs outils au sein de leurs solutions respectives. Une manière pour chacun de renforcer leur offre de services à l’heure où Microsoft sort les crocs.

Le géant du cloud posera ses valises en région parisienne. Sa nouvelle infrastructure sera opérationnelle à partir de 2017. Une bonne nouvelle pour les clients. 
Le programme de rappel des Galaxy Note 7, affligés d’un problème de batterie, se passe mieux que prévu. Samsung semble enthousiaste et remercie ses clients de leur fidélité, 90% des terminaux défectueux étant remplacés par un autre Galaxy, S7 ou Note 7 fonctionnel. Les livraisons devraient débuter en Europe à compter du 28 octobre, sauf retard.
Les cinq géants américains se sont réunis autour d’une bannière commune pour banaliser et rassurer sur le sujet de l’intelligence artificielle. Ils ont créé une association à but non lucratif. 
La page semble définitivement tournée. A l’occasion de la publication de ses résultats financiers trimestriels, Blackberry a annoncé l’externalisation de ses activités hardware. Pour l’heure, seule la production est concernée mais, à terme, le constructeur devrait se débarrasser de l’ensemble de ses activités hardware pour se concentrer exclusivement sur le logiciel.
Le partenariat va déboucher sur une nouvelle offre baptisée EnterpriseNext chez Deloitte, forte de 5 000 consultants en stratégie qui auront pour mission d’accompagner les entreprises en misant sur l’écosystème iOS.
La deuxième journée de la conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk a privilégié les thèmes autour de la sécurité et des partenariats avec l’initiative Adaptive Response.
L’éditeur allemand débloque 2 milliards d’euros de fonds sur cinq ans pour investir dans l’Internet des Objets. Parallèlement, il annonce le rachat de Plat.One, une plateforme applicative dédiée à l’IoT et au M2M, et de Fedem Technology. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0