dimanche 25 septembre 2016
 

L'artiste, le chercheur et un futur hybride à inventer

Le futur est une affaire trop sérieuse pour être confié aux seuls chercheurs: beaucoup invitent des artistes dans leurs laboratoires pour repousser les frontières de l'innovation, qu'il s'agisse de cultiver des vêtements en champignons ou dialoguer avec une plante. 

Un visiteur regarde une création de l'artiste allemand Ralph Baecker lors du festival Ars Electronica, le 8 septembre 2016 à Linz, en Autriche

Cette tribu d'alchimistes modernes, passionnés de création digitale et d'expérimentation du vivant, a sa grand messe annuelle, le festival Ars Electronica, en Autriche, à Linz (nord) qui revendique son identité hybride et le mélange des disciplines, de la photo à la biochimie en passant par l'informatique et la musique. 

Durant cinq jours de remue-méninges, plus de 500 créateurs exposent les tendances de demain, à côté desquels les Google cars et autres objets connectés semblent déjà relever du passé.

"Ce n'est pas une foire d'art contemporain et ce n'est pas un salon d'innovation technologique où on arrive uniquement avec des réponses et des solutions techniques", prévient Gerfried Stocker, directeur artistique de la manifestation qui se déroule jusqu'à mardi.

Ici, les collaborations artistes/scientifiques apportent aux différents projets ce supplément d'âme qui "fait naître des questions et interroge le sens de l'innovation", affirme M. Stocker.

Doyen des festivals d'art numérique, Ars Electronica est né en 1979, quand beaucoup des participants du cru 2016 n'étaient encore pas nés.

La référence que plusieurs d'entre eux citent spontanément est encore plus ancienne: Léonard de Vinci.

"C'était un artiste mais également un scientifique, un ingénieur, décrit Aniela Hoitnik, une créatrice néerlandaise. Ensuite on a séparé ces disciplines, mis des barrières que nous commençons à lever".

Elle imagine un avenir où "le travail sera défini par ce que vous faites, pas par ce que vous êtes", elle qui ne se sent "ni artiste, ni designer, ni scientifique, ni créatrice de mode" mais "multidisciplinaire".

Pour faire naître MycoTEX, une robe biodégradable composée uniquement de blanc de champignons (mycélium), cette collaboratrice de plusieurs maisons de mode, passionnée par les nouveaux textiles, s'est lancée dans la culture de ces drôles de filaments végétaux, qui, une fois séchés et assemblés en disques, collent sur le corps humain.

- Robots botaniques -

La dimension artistique permet aussi aux chercheurs une médiation avec le public sur des sujets pointus. 

C'est ce que fait le "Projet Florence", sous la houlette du programme de recherches de Microsoft.

L'idée: décrypter les signaux électrochimiques émis par une plante pour lui permettre de communiquer avec l'homme. La designeuse Helena Steiner, entourée des scientifiques du projet, a inventé un dispositif qui qui matérialise cette communication la rendant accessible au profane.

Ce dernier peut tout simplement taper sur un ordinateur une question pour demander à la plante, par exemple, si elle va bien. Une fréquence de lumière est envoyée au végétal traduisant l'esprit du message, et celui-ci... "répond" par une autre réaction et un petit message écrit.

L'expérience interpelle et permet d'engager la conversation avec le spectateur sur l'interaction entre humain et nature.

"J'ai même rencontré des gens qui voulaient emporter la plante chez eux pour avoir un compagnon", sourit l'artiste qui juge indispensable de partager les recherches et les questionnements des chercheurs avec le grand public.

Ce dernier a une large place dans le festival qui multiplie les visites guidées, les rencontres, les conférences. 

Les "robots botaniques" des Japonais Junichi Yamaoka et Yasuaki Kakehi qui font se déplacer des pots de plantes grâce à l'énergie solaire et la photosynthèse font sourire les visiteurs, le spectacle sonore tiré des méduses par la slovène Robertina Sebjanic déconcerte, les "masques vivants" de la Britannique Gina Czarnecki, composés de cellules prélevées dans la bouche de ses filles, inquiètent un peu.

"Les artistes ne sont pas là pour faire du beau, pour détendre l'humanité. Ils doivent être radicaux, provocateurs et, comme les scientifiques, explorer toutes les possibilités pour nous interroger sur le futur que nous voulons", estime Gerfried Stocker.

En vingt ans de festival, le plus réputé d'Europe dans son domaine, il estime avoir vu au moins la moitié des projets déboucher sur des applications réelles.

Source : AFP - Sophie MAKRIS

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après que Yahoo ait confirmé le piratage de 500 millions de comptes utilisateurs, les entreprises doivent impérativement mesurer l’exposition et tenter de se prémunir au mieux. Voici quelques conseils.
C'est bien le casse du siècle avec au moins un demi-milliard d'inscrits Yahoo impactés. Le coupable : un agent para-gouvernemental non encore identifié.
La Galaxy Note 7 devrait faire son retour en Corée la semaine prochaine et aux Etats-Unis, ainsi qu’en Australie, dans le courant du mois d’octobre. Mais le reste du monde, Europe comprise, ne devrait pas voir les phablettes sur les étals avant fin novembre au plus tôt. Une chose est sûre, Samsung ne veut pas manquer les fêtes de fin d’année.
Le spécialiste du stockage cloud annonce l’ouverture d’une infrastructure en Allemagne avec son partenaire AWS. Les clients Dropbox Business pourront désormais en profiter. 
Après une première salve de tests en laboratoire, l’ANFR a réalisé de nouvelles mesures en conditions réelles sur les niveaux de champs électromagnétiques de Linky. Résultat : rien à craindre ! 
Le groupe automobile annonce le rachat du Français Sylpheo et de son expertise en matière d’intégration et de développement d’applications.
Le LiFi, une technologie vieille de cinq ans, fait ses premiers pas dans le monde de l’entreprise. Après plusieurs projets pilotes, le Français Lucibel s’apprête à commercialiser un luminaire et un émetteur, afin d’équiper des salles, des bureaux, en vrai LiFi. Une première étape vers une utilisation plus large de cette technologie.
En pleine négociation pour son rachat, Yahoo pourrait se voir contraint de révéler, officiellement, le vol des informations d’au moins 200 millions de comptes utilisateurs. Une information qui risque d’ébranler la société la veille de la transaction avec Verizon.
Après le départ de son PDG Hans Verberg en juillet dernier, l’équipementier réseau entame une phase de restructuration et devrait fermer ses deux sites de fabrication en Suède. 3000 personnes devraient ainsi perdre leur emploi. 
Propriété de Google, Waze lance un programme avec les municipalités et les gestionnaires de tunnels pour installer des balises Bluetooth qui permettront d’améliorer (et de maintenir) la connexion GPS en passant dans les tunnels. Une expérimentation sera bientôt lancée à Paris. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0