mercredi 28 septembre 2016
 

Hollande la joue perso sur les réseaux sociaux à huit mois de la présidentielle

Longtemps réticent face à Twitter et Facebook, le président français François Hollande ose enfin prendre la parole de façon plus personnelle sur les réseaux sociaux, un virage tardif à huit mois de remettre son mandat en jeu.

Le président François Hollande, le 9 septembre 2016 à Athènes, lors d'un sommet économique en Grèce

"Je reviens d'Athènes...", "bonne rentrée à toutes et tous", "bravos" aux Français médaillés de Rio: entre ligne d'agendas, extraits de discours et hommages aux défunts célèbres, le chef de l'Etat français - ou ses plumes virtuelles - twitte depuis peu avec une vigueur inédite. 

"Nous avons augmenté le nombre de messages puis nous les avons personnalisés", a souligné son entourage vendredi, "c'est un outil important pour toucher ceux qui ne s'intéressent ni aux journaux, ni à la radio ni à la télé. Et plus l'engagement est personnel, plus les commentaires sont positifs."

Le compte Twitter @fhollande, muet de 2012 à 2014, a depuis décollé avec 1,7 million d'abonnés contre 1,3 pour le compte @Elysee. Sa page Facebook affiche 950.000 abonnés contre 301.000 pour l'Elysée. 

Le président, qui n'a pas encore dit s'il allait briguer un nouveau mandat mais semble bien s'y préparer, poste maintenant une dizaine de tweets et une dizaine de messages Facebook par mois. 

Un message sur les JO a été vu par 466.000 lecteurs, celui sur la rentrée 250.000. Son tweet le plus partagé a été un hommage au chanteur Michel Delpech mort début 2016: "Il nous avait dit que Marianne était jolie. Elle pleure un de ses meilleurs chanteurs."

Ses tweets restent cependant assez formels, loin des messages décomplexés d'un Barack Obama qui confie passer la Fête des pères en famille au parc national de Yosemite ou du républicain Donald Trump qui ne cesse d'étriller sa rivale démocrate dans la course à la Maison Blanche Hillary Clinton.

- 'Sincérité en doute' -

François Hollande, lui, "reste très institutionnel, alors que pour qu'un compte fonctionne il faut une interaction avec les followers", estime Christian Delporte, spécialiste en communication politique. La cheffe de l'extrême droite française, Marine Le Pen, donnée favorite au premier tour de la présidentielle, "réussit assez bien à créer un lien affectif avec ses fans, on ne sent pas ça dans le compte de Hollande".

De plus en plus impliqué, François Hollande propose pourtant maintenant de lui-même des messages à l'équipe de communication de l'Elysée, où cinq personnes gèrent ses comptes. Il est même présent depuis janvier 2016 sur Snapchat, réseau favori des ados.

Pour autant, ces efforts arrivent tardivement, reconnaît-on à l'Elysée. 

"Sur le plan affectif, la rencontre avec les Français ne s'est pas faite. Aller vers une communication plus personnelle est ce qu'il fallait faire, mais c'est trop tard", tranche l'expert en communication Philippe Moreau Chevrolet.

"Après presque cinq ans au pouvoir, il n'a jamais communiqué sur ses valeurs, ses envies, sa vie privée. D'autres ont communiqué à sa place et saccagé sa vie privée", explique-t-il, en référence à un livre ravageur de son ancienne campagne Valérie Trierweiler, qui l'a fait passer pour un être dénué d'empathie. 

"Tout ce qui sera fait en période électorale sera interprété comme intéressé, pour se faire réélire, sa sincérité sera remise en cause", averti l'expert.

François Hollande a, selon lui, trop longtemps dédaigné les réseaux : "en 2013, il s'était moqué d'un journaliste qui lui demandait s'il comptait tweeter. En arrivant il a demandé à ses ministres de ne pas communiquer sur Twitter", rappelle-t-il.

L'un d'eux, depuis converti à la cause, confiait il y a encore deux ans à l'AFP que "twitter était contraire à ses valeurs humanistes".

François Hollande "préfère parler aux journalistes que directement aux Français, cela le rassure, il pense construire avec eux une image qu'il maîtrise". Mais aujourd'hui, le président socialiste, qui jouit d'à peine 15% d'opinions favorables, n'a plus rien à perdre. 

Source : AFP - Laurence BENHAMOU

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
L’éditeur allemand met 125 millions de dollars sur la table pour s’offrir Altiscale. Il souhaite ainsi consolider son portfolio cloud avec cette start-up qui dispose de sa propre distribution Hadoop dans les nuages. 
Après avoir annoncé cet été que WhatsApp allait partager certaines données avec Facebook, l’Allemagne vient de prendre une mesure radicale : elle ordonne « avec effet immédiat » l’arrêt de la collecte et du stockage des utilisateurs allemands de WhatsApp. 

Plusieurs fournisseurs d’infrastructures, dont des Français, se sont rassemblés pour créer un code de conduite qui donne la possibilité que le traitement et le stockage des données soit fait uniquement en Europe. D’autres engagements, sur le profilage notamment, ont été pris conjointement. 

Le gouvernement s’aventure sur une pente très glissante en voulant sanctionner les sites voulant « tromper délibérément les internautes » sur le sujet de l’IVG, lequel est particulièrement abordé sur le Web. 
Après plus de 18 mois de bêta-test, Facebook At Work devrait être lancé le mois prochain. Le prix serait fixé par utilisateur et non pas par entreprise ce qui rendrait la solution accessible à des TPE ou PME.
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Après une réorganisation au niveau mondial, l’équipe de Microsoft France est elle aussi profondément remaniée suite au départ de son président en juillet dernier. Certains visages ont quant à eux disparu… 
Benchmark Capital et Insight Ventures, deux parmi les plus prestigieux fonds américains, investissent 20 millions d’euros dans la start-up française. Le tour de table a été bouclé en un mois.
Le nouveau service de Plex, en bêta et encore actuellement sur invitation, permet de streamer tous vos contenus sur les appareils équipés de Plex via l’offre de stockage illimitée Amazon Drive. 
A l’occasion de sa conférence prévue le 4 octobre prochain, Google pourrait dévoiler Andromeda accompagné de deux nouveaux périphériques : une tablette Nexus 7 pouces et un laptop hybride – Pixel 3 – ultrafin et équipé d’un écran 12,3 pouces.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0