samedi 1 octobre 2016
 

HP Enterprise cède ses logiciels à Micro Focus

Meg Whitman poursuit le dépeçage de l'ancien géant informatique américain Hewlett Packard avec l'annonce mercredi de la scission d'activités dans les logiciels héritées entre autres de la désastreuse acquisition en 2011 de la société britannique Autonomy.

Meg Whitman, PDG de Hewlett-Packard Enterprise, le 2 novembre 2015. Le groupe a annoncé qu'il allait se séparer de ses activités logiciels

Ces activités vont être reprises par une autre société britannique, Micro Focus, dans une transaction valorisée à 8,8 milliards de dollars.

"Avec l'annonce d'aujourd'hui, nous faisons un autre pas important pour réaliser la vision d'une entreprise à la croissance plus rapide, aux marges plus élevées et aux flux de liquidités plus solides", a fait valoir mercredi Meg Whitman. 

Après plusieurs années de restructuration, elle avait organisé l'an dernier l'éclatement de HP en deux entités distinctes et conservé la direction de celle recentrée sur les services, HP Enterprise (HPE). Les activités historiques dans les PC et les imprimantes dépendent pour leur part aujourd'hui d'une autre société, HP Inc.

La transaction annoncée mercredi prévoit que HPE se sépare d'activités dans les services considérées comme ne faisant pas partie de son coeur de métier, et les fusionne avec la société britannique Micro Focus, dont la nouvelle entité combinée conservera le nom.

Le président exécutif de Micro Focus, Kevin Loosemore, prendra la direction du nouvel ensemble, qui devrait afficher un chiffre d'affaires annuel de 4,5 milliards de dollars.

D'après les détails fournis dans son communiqué, HPE va recevoir un versement en numéraire de 2,5 milliards de dollars, tandis que ses actionnaires obtiendront des titres représentant 50,1% du nouveau Micro Focus et d'une valeur globale estimée à quelque 6,3 milliards de dollars.

L'opération devrait être bouclée en deuxième partie d'année prochaine, et occasionner des coûts de séparation pour HPE évalués à environ 700 millions de dollars.

- A contre-pied de Dell -

Contrairement au concurrent historique Dell, qui a nettement élargi son échelle avec le bouclage mercredi du rachat à 67 milliards de dollars du spécialiste des logiciels et du stockage de données EMC, Meg Whitman a fait le pari de resserrer l'activité de son entreprise.

Les logiciels sont ainsi la deuxième scission annoncée par HPE depuis sa naissance l'an dernier: l'entreprise avait déjà décidé en mai de se séparer de ses services informatiques à destination des entreprises, qui doivent être fusionnés d'ici fin mars avec une autre société américaine, CSC. 

Cela recouvre notamment des activités héritées d'une autre acquisition coûteuse et controversée remontant à 2008, celle d'Electronic Data System (EDS).

Après ces diverses scissions, HPE devrait conserver un chiffre d'affaires annuel de quelque 28 milliards de dollars, réalisé pour l'essentiel avec des produits pour les serveurs ou centres de données, ou encore pour la gestion et l'analyse de grands volumes de données.

Selon des résultats publiés parallèlement mercredi, HPE a enregistré au troisième trimestre de son exercice décalé (mai-juillet) un chiffre d'affaires de 12,2 milliards de dollars, en baisse de 6% sur un an. Le bénéfice net s'est pour sa part envolé à 2,3 milliards, contre seulement 224 millions un an plus tôt.

Les revenus de la division de logiciels ont en revanche plongé de 18% à 738 millions de dollars.

Cette branche avait été construite essentiellement à coup d'acquisitions, dont celle en 2011 d'Autonomy: cette dernière avait par la suite été accusée d'avoir truqué ses comptes par son nouveau propriétaire, qui s'était retrouvé obligé d'en déprécier la valeur de près de 9 milliards de dollars.

HPE se classe seulement 10e sur ce marché avec une part de seulement 1% environ, loin derrière des concurrents comme Oracle, IBM ou Microsoft, soulignait Credit Suisse dans une note la semaine dernière, relevant qu'une cession permettrait en outre de récupérer une grande partie des pertes liées à Autonomy. 

Source : AFP - Sophie ESTIENNE

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
L’éditeur regroupe l’ensemble des équipes travaillant sur les différents projets d’intelligence artificielle au sein d’une division unique de plus de 5000 personnes.

Raspbian a droit, avec PIXEL, à une révision en profondeur de son environnement graphique et à quelques nouveaux outils et services. L’OS se dote d’une interface plus agréable tandis que Chromium fait son entrée dans l’environnement du Pi.

Vous adorez Waze et son aspect collaboratif ? Oubliez tout ca : HERE et ses trois patrons (BMW, Audi, Mercedes) veulent vous montrer comment et pourquoi ils disposent du meilleur système au monde.
Aux termes d’un partenariat entre les deux entreprises, les Renault pourront dès 2017 afficher le célèbre Waze directement sur les écrans tactiles embarqués, en déportant l’écran du smartphone grâce à Android Auto. 
Quelques jours avant sa keynote du 4/10, Google renomme et regroupe ses services. Les Google Apps for Work deviennent G Suite et rejoignent Gmail, Drive, Doc, mais aussi API, les outils de machine learning, Chrome OS ou encore Android au sein de Google Cloud. Et c’est bien plus qu’un simple rebranding !
Cette nouvelle opération de fusion-acquisition se réaliserait à un montant minimum de 30 milliards de dollars, ce qui en ferait une des plus importantes d'un secteur particulièrement sollicité depuis 2015.
Les deux entreprises ont annoncé une collaboration autour de l’intégration des outils de chacune au sein de leurs solutions respectives. Une manière pour de renforcer leur offre de services à l’heure où Microsoft sort les crocs.
Le géant du cloud posera ses valises en région parisienne. Sa nouvelle infrastructure sera opérationnelle à partir de 2017. Une bonne nouvelle pour les clients. 
Le programme de rappel des Galaxy Note 7, affligés d’un problème de batterie, se passe mieux que prévu. Samsung semble enthousiaste et remercie ses clients de leur fidélité, 90% des terminaux défectueux étant remplacés par un autre Galaxy, S7 ou Note 7 fonctionnel. Les livraisons devraient débuter en Europe à compter du 28 octobre, sauf retard.
Les cinq géants américains se sont réunis autour d’une bannière commune pour banaliser et rassurer sur le sujet de l’intelligence artificielle. Ils ont créé une association à but non lucratif. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0