mercredi 28 septembre 2016
 

Intel se désengage de la cybersécurité, cède McAfee

Cinq ans après l'acquisition remarquée des antivirus McAfee, le géant américain des semiconducteurs Intel a fait marche arrière dans la cybersécurité, en annonçant mercredi la cession du contrôle majoritaire de ses activités en ce domaine au fonds TPG.

John McAfee, fondateur de l'antivirus, durant une conférence à Pékin, le 16 août 2016. La branche du groupe consacrée à la sécurité informatique, Intel Security, va devenir une nouvelle entreprise distincte qui reprendra le nom de McAfee

La branche du groupe consacrée à la sécurité informatique, Intel Security, va devenir une nouvelle entreprise distincte qui reprendra le nom de McAfee. 

Intel continuera de lui apporter son "soutien stratégique" mais en conservera seulement 49%, tandis que TPG va prendre les 51% restants, détaille le communiqué commun publié par les deux entreprises.

L'accord valorise l'ensemble d'Intel Security, dette incluse, à 4,2 milliards de dollars. Il prévoit qu'Intel reçoive 3,1 milliards de dollars en numéraire, et que TPG investisse 1,1 milliard pour financer la croissance de l'activité.

"Etant donné la position de leader sur le marché de McAfee, sa base de clients fidèles et sa technologie éprouvée, nous voyons une opportunité convaincante d'investir dans une plateforme hautement stratégique, qui croît de manière régulière et répond à une demande importante et en évolution", a expliqué Bryan Taylor, un partenaire chez TPG cité dans le communiqué.

Il souligne que le fonds a "identifié depuis longtemps le créneau de la cybersécurité, qui a expérimenté une forte croissance en raison de l'augmentation du nombre et de la gravité des cyber-attaques, comme l'un des créneaux les plus importants dans le secteur technologique".

La transaction, qui devrait être bouclée au deuxième trimestre 2017, va redonner son indépendance à l'un des plus importants acteurs mondiaux dans le domaine de la cybersécurité.

Intel Security revendique parmi sa clientèle près des deux tiers des 2.000 plus grandes entreprises mondiales. La division a vu son chiffre d'affaires augmenter de 11%, à 1,1 milliard de dollars, sur les six premiers mois de l'année, pour un bénéfice d'exploitation presque quintuplé à 182 millions.

- Rationalisation des activités -

Intel avait finalisé le rachat de McAfee en 2011, pour un montant annoncé d'environ 7,7 milliards de dollars qui représentait à l'époque la plus grosse acquisition de son histoire (le record a depuis été battu avec l'achat l'an dernier d'Altera pour près de 17 milliards). 

L'acquisition de McAfee avait été interprétée comme le signe d'une nouvelle ère pour la sécurité informatique, intégrée désormais directement au coeur des puces électroniques. 

Comme Intel, la plupart des grands acteurs historiques du secteur informatique ont entrepris ces dernières années de se renforcer dans la sécurité, souvent par des acquisitions, et d'en intégrer des aspects croissants dans leurs produits.

"La sécurité reste importante dans tout ce que nous faisons chez Intel, et par la suite nous continuerons d'intégrer les meilleures fonctionnalités de sécurité et de protection des données privées dans nos produits", a commenté mercredi le patron d'Intel, Brian Krzanich.

Depuis son arrivée aux commandes du groupe en 2013, il a entrepris de le remodeler et d'en diversifier les débouchés, en réaction à la crise ébranlant depuis maintenant plusieurs années le marché du PC, dont Intel est l'un des acteurs historiques.

Cela passe par une rationalisation des activités. Intel a notamment annoncé plus tôt cette année 12.000 suppressions d'emplois, représentant 11% de ses effectifs mondiaux.

Brian Krzanich avait expliqué à l'époque vouloir "accélérer" la transition vers des marchés plus porteurs, comme les composants pour centres de données et objets connectés, vers lesquels le groupe tente également de réorienter davantage d'investissements.

Source : AFP - Sophie ESTIENNE

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Après une réorganisation au niveau mondial, l’équipe de Microsoft France est elle aussi profondément remaniée suite au départ de son président en juillet dernier. Certains visages ont quant à eux disparu… 
Benchmark Capital et Insight Ventures, deux parmi les plus prestigieux fonds américains, investissent 20 millions d’euros dans la start-up française. Le tour de table a été bouclé en un mois.
Le nouveau service de Plex, en bêta et encore actuellement sur invitation, permet de streamer tous vos contenus sur les appareils équipés de Plex via l’offre de stockage illimitée Amazon Drive. 
A l’occasion de sa conférence prévue le 4 octobre prochain, Google pourrait dévoiler Andromeda accompagné de deux nouveaux périphériques : une tablette Nexus 7 pouces et un laptop hybride – Pixel 3 – ultrafin et équipé d’un écran 12,3 pouces.
Disney pourrait être intéressé par le rachat de Twitter, rapporte Bloomberg. Le deal pourrait être favorisé par le fait que les deux entreprises sont déjà en partenariat et que Jack Dorsey, CEO et co-fondateur de Twitter, siège au conseil d’administration de Disney.
La croissance de Parrot sur le deuxième trimestre 2016 s’essouffle et force la marque française à revoir à la baisse ses objectifs financiers. 
La conférence Microsoft Ignite a été l’occasion pour les deux entreprises d’annoncer un partenariat croisé : Adobe utilisera les services cloud Azure alors que l’éditeur de Redmond intégrera Adobe Marketing Cloud sur Dynamics 365. 
Renault et Nissan vont combiner leurs efforts en vue de développer de nouveaux services connectés pour les véhicules tout en s’appuyant sur l’offre Azure de Microsoft. 
Le nouveau Forfait Freebox Révolution tente de séduire en ajoutant la TV by CANAL Panorama et l’application myCANAL incluse, le tout pour 39,99 euros TTC/mois. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0