vendredi 30 septembre 2016
 

HP Enterprise se sépare de ses logiciels et les fusionne avec Micro Focus

Le groupe informatique américain Hewlett Packard Enterprise (HPE) continue à se démanteler, avec l'annonce mercredi de la scission d'activités dans les logiciels considérées comme ne faisant plus partie de son coeur de métier.

Le siège de Hewlett-Packard à Palo Alto en Californie, le 19 mars 2002

Ces activités vont être fusionnées avec la société britannique Micro Focus, dans une transaction valorisée à environ 8,8 milliards de dollars, a précisé HPE dans son communiqué.

L'opération "créera l'une des plus grandes entreprises de logiciels dans le monde", a souligné sa patronne Meg Whitman, dans un message publié sur le site du groupe, se disant persuadée que ces activités génèreraient davantage de valeur au sein d'une entreprise plus spécialisée.

L'intégration à Micro Focus "garantira des niveaux d'investissement plus élevés sur des secteurs en croissance comme l'analyse de grandes quantités de données ou la sécurité, tout en maintenant une plateforme stable pour des produits logiciels essentiels, sur lesquels nos clients comptent", a-t-elle fait valoir.

HPE est déjà issu de la scission l'an dernier du géant Hewlett Packard, dont il avait conservé les activités de services ou à destination des entreprises. Les activités historiques du groupe dans les PC et les imprimantes dépendent aujourd'hui d'une autre entreprise, HP Inc.

Meg Whitman, qui dirigeait HP avant de prendre la tête de HPE, a depuis poursuivi sa stratégie de recentrage.

Elle a déjà annoncé en mai la scission des services informatiques à destination des entreprises, qui doivent être fusionnés d'ici fin mars avec une autre société américaine, CSC. Cette division héberge notamment des activités héritées d'une acquisition coûteuse et controversée remontant à 2008, celle d'Electronic Data System (EDS).

La branche logiciels de HPE avait été construite essentiellement à coup d'acquisitions, dont celle également très controversée en 2011 de la société britannique Autonomy, qui avait par la suite été accusée d'avoir truqué ses comptes et avait obligé son nouveau propriétaire à passer près de 9 milliards de dollars de dépréciations dans ses propres comptes.

Les activités dans les logiciels ne font pas partie du coeur de métier et leurs performances ne sont pas très bonnes, puisque HPE se classe seulement 10e sur ce marché avec une part de seulement 1% environ, loin derrière des concurrents comme Oracle, IBM ou Microsoft, soulignait Credit Suisse dans une note la semaine dernière. La banque relevait en outre que la cession permettrait de récupérer une grande partie des pertes liées à Autonomy. 

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Vous adorez Waze et son aspect collaboratif ? Oubliez tout ca : HERE et ses trois patrons (BMW, Audi, Mercedes) veulent vous montrer comment et pourquoi ils disposent du meilleur système au monde.
Aux termes d’un partenariat entre les deux entreprises, les Renault pourront dès 2017 afficher le célèbre Waze directement sur les écrans tactiles embarqués, en déportant l’écran du smartphone grâce à Android Auto. 
Quelques jours avant sa keynote du 4/10, Google renomme et regroupe ses services. Les Google Apps for Work deviennent G Suite et rejoignent Gmail, Drive, Doc, mais aussi API, les outils de machine learning, Chrome OS ou encore Android au sein de Google Cloud. Et c’est bien plus qu’un simple rebranding !
Cette nouvelle opération de fusion-acquisition se réaliserait à un montant minimum de 30 milliards de dollars, ce qui en ferait une des plus importantes d'un secteur particulièrement sollicité depuis 2015.
Les deux entreprises ont annoncé une collaboration autour de l’intégration des outils de chacune au sein de leurs solutions respectives. Une manière pour de renforcer leur offre de services à l’heure où Microsoft sort les crocs.
Le géant du cloud posera ses valises en région parisienne. Sa nouvelle infrastructure sera opérationnelle à partir de 2017. Une bonne nouvelle pour les clients. 
Le programme de rappel des Galaxy Note 7, affligés d’un problème de batterie, se passe mieux que prévu. Samsung semble enthousiaste et remercie ses clients de leur fidélité, 90% des terminaux défectueux étant remplacés par un autre Galaxy, S7 ou Note 7 fonctionnel. Les livraisons devraient débuter en Europe à compter du 28 octobre, sauf retard.
Les cinq géants américains se sont réunis autour d’une bannière commune pour banaliser et rassurer sur le sujet de l’intelligence artificielle. Ils ont créé une association à but non lucratif. 
La page semble définitivement tournée. A l’occasion de la publication de ses résultats financiers trimestriels, Blackberry a annoncé l’externalisation de ses activités hardware. Pour l’heure, seule la production est concernée mais, à terme, le constructeur devrait se débarrasser de l’ensemble de ses activités hardware pour se concentrer exclusivement sur le logiciel.
Le partenariat va déboucher sur une nouvelle offre baptisée EnterpriseNext chez Deloitte, forte de 5 000 consultants en stratégie qui auront pour mission d’accompagner les entreprises en misant sur l’écosystème iOS.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0