lundi 26 septembre 2016
 

Les fermes connectées, futur de l'agriculture ?

Enfiler des lunettes connectées, regarder ses cultures, et savoir en quelques secondes si elles sont malades, de quoi elles souffrent et quel soin leur apporter: l'agriculteur de demain sera-t-il un geek accro à internet ?

Parmi les innovations agricoles, ce robot jardinier, en démonstration à Saint-Hilaire-en-Woevre

"Ce n'est pas pour demain", reconnaît Pascaline Pierson, responsable de la "digiferme" installée par Arvalis-Institut du végétal à Saint-Hilaire-en-Wöevre (Meuse). "Mais sans doute pour après-demain".

Sur cette ferme expérimentale, entourée d'ingénieurs et de techniciens, elle teste ce qui pourrait être l'agriculture de demain: ultra-connectée, moins pénible, mais aussi plus écologique.

"Il y a trois niveaux de recherche", explique Mme Pierson: "tester l'existant, tester ce qui peut exister demain, et faire de la recherche et du développement".

C'est via ce troisième axe que sont nées les lunettes connectées, qui permettent notamment de garder les mains libres en envoyant directement les données par commande vocale. La recherche porte aussi beaucoup sur les solutions de pâturages, la ferme comptant quelques 55 têtes de bétail.

"Aujourd'hui, la hauteur de l'herbe, ça se mesure à la main", explique Mme Pierson. "Notre ambition, c'est de trouver le bon capteur - laser, infrarouge... - qui permette de mesurer". Et d'imaginer un agriculteur qui attacherait l'outil à ses bottes et saurait, uniquement en se promenant dans ses prés, combien de temps il peut encore laisser ses vaches paître à tel ou tel endroit.

- Investissements couteux -

Aujourd'hui, à défaut de bottes high-tech, les agriculteurs ont déjà souvent une clé USB glissée dans la poche.

"On la branche directement sur le boitier du pulvérisateur ou du tracteur", explique Denis Franck, agriculteur à Verneville (Moselle), et "il déclenche tout seul (le pulvérisateur) quand il faut traiter".

La quarantaine pas encore entamée, il cultive une centaine d'hectares de colza, orges et blé depuis 13 ans. Jamais réfractaire aux nouveaux outils technologiques, il a essayé cette année de faire survoler une de ses parcelles par un drone fixé sur un ULM.

Pour 11 euros par hectare survolé, il a reçu dans sa boîte mail une carte extrêmement détaillée de son champ lui indiquant centimètre par centimètre les doses d'azote nécessaire à son blé. 

"Ca oscille entre 32 et 58 unités", explique-t-il devant la carte striée de zones rouges à vertes claires, "pour une moyenne de 40 unités". Il n'a pas eu à faire lui même les réglages: le pulvérisateur n'a eu qu'à lire la clé USB.

C'est pratique, mais il ne renouvellera pas l'expérience: "d'habitude je pulvérise partout 44 unités", explique l'agriculteur. Les économies qu'il pourrait faire avec un drone sont trop faibles pour en justifier la location.

D'autant qu'il a déjà investi: il faut compter 11.000 euros pour ajouter l'option "agriculture de précision" sur un pulvérisateur. Auxquels se sont ajoutés l'année dernière deux nouveaux tracteurs munis de l'autoguidage - 15.000 euros en plus par véhicule.

Des tracteurs flambants-neufs qui font la différence surtout sur l'épandage. "Avant, cela se faisait manuellement: on ouvrait quand on pensait qu'il fallait épandre, et on fermait quand cela suffisait. Là, le GPS donne l'ordre, et on s'aperçoit que, quand on le faisait manuellement, on ouvrait beaucoup trop tôt, et on fermait beaucoup trop tard. Du coup on économise de l'engrais, et c'est meilleur pour les sols".

Cet investissement, il a pu se le permettre en partageant les coûts avec un voisin. Mais pour certains, la ferme du futur a surtout été synonyme de difficultés financières. "C'est vrai que des producteurs laitiers ont été mis en difficulté après l'achat de robots de traite", reconnaît Mme Pierson.

S'il est un investissement que Denis Franck serait prêt à faire, ce serait pour un "pulvérisateur qui détecte les mauvaises herbes, et ne passe qu'à cet endroit" - des économies en perspective, bonnes pour les sols.

L'un des axes de la recherche porte précisément sur les produits phytosanitaires et leur substitution, souligne Mme Pierson: "si demain on a plus le droit de mettre du glyphosate: comment gère-t-on le désherbage ?".

Source : AFP - Camille BOUISSOU

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après que Yahoo ait confirmé le piratage de 500 millions de comptes utilisateurs, les entreprises doivent impérativement mesurer l’exposition et tenter de se prémunir au mieux. Voici quelques conseils.
C'est bien le casse du siècle avec au moins un demi-milliard d'inscrits Yahoo impactés. Le coupable : un agent para-gouvernemental non encore identifié.
La Galaxy Note 7 devrait faire son retour en Corée la semaine prochaine et aux Etats-Unis, ainsi qu’en Australie, dans le courant du mois d’octobre. Mais le reste du monde, Europe comprise, ne devrait pas voir les phablettes sur les étals avant fin novembre au plus tôt. Une chose est sûre, Samsung ne veut pas manquer les fêtes de fin d’année.
Le spécialiste du stockage cloud annonce l’ouverture d’une infrastructure en Allemagne avec son partenaire AWS. Les clients Dropbox Business pourront désormais en profiter. 
Après une première salve de tests en laboratoire, l’ANFR a réalisé de nouvelles mesures en conditions réelles sur les niveaux de champs électromagnétiques de Linky. Résultat : rien à craindre ! 
Le groupe automobile annonce le rachat du Français Sylpheo et de son expertise en matière d’intégration et de développement d’applications.
Le LiFi, une technologie vieille de cinq ans, fait ses premiers pas dans le monde de l’entreprise. Après plusieurs projets pilotes, le Français Lucibel s’apprête à commercialiser un luminaire et un émetteur, afin d’équiper des salles, des bureaux, en vrai LiFi. Une première étape vers une utilisation plus large de cette technologie.
En pleine négociation pour son rachat, Yahoo pourrait se voir contraint de révéler, officiellement, le vol des informations d’au moins 200 millions de comptes utilisateurs. Une information qui risque d’ébranler la société la veille de la transaction avec Verizon.
Après le départ de son PDG Hans Verberg en juillet dernier, l’équipementier réseau entame une phase de restructuration et devrait fermer ses deux sites de fabrication en Suède. 3000 personnes devraient ainsi perdre leur emploi. 
Propriété de Google, Waze lance un programme avec les municipalités et les gestionnaires de tunnels pour installer des balises Bluetooth qui permettront d’améliorer (et de maintenir) la connexion GPS en passant dans les tunnels. Une expérimentation sera bientôt lancée à Paris. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0