mercredi 28 septembre 2016
 

Inquiétudes en Israël après la destruction d'un satellite aux Etats-Unis

Israël s'inquiétait vendredi du coup porté à l'ensemble de son industrie aérospatiale par la perte d'un satellite de communication sophistiqué dans l'explosion d'un lanceur aux Etats-Unis.

Capture d'écran d'images de la NASA, montrant l'explosion d'une fusée Falcon 9 de la société SpaceX, à Miami, le 1er septembre 2016

Le lanceur Falcon 9 de SpaceX, société du milliardaire américain Elon Musk, a explosé jeudi au cours d'un essai au sol sur un pas de tir de Cap Canaveral (Floride), provoquant la destruction du satellite israélien de télécommunications Amos-6.

Avec ses 5,5 tonnes, ce satellite dont le coût est estimé à entre 200 et 300 millions de dollars (178 à 267 M EUR) aurait été le satellite le plus lourd jamais mis sur orbite par SpaceX, une compagnie dont les récents succès avaient bousculé le secteur spatial.

Un des ses canaux devait par exemple servir à Facebook pour l'internet à grande vitesse en Afrique.

Le patron de l'Agence spatiale israélienne (ISA), Yitzhak Ben Yisrael, a estimé que l'onde de choc serait ressentie bien au-delà de Cap Canaveral.

Le sinistre pourrait ainsi remettre en cause la vente de l'Israélien Spacecom, opérateur d'Amos, au groupe chinois Xinwei, chiffrée selon la presse à 285 millions de dollars (255 M EUR) et conditionnée à l'entrée en service réussie du satellite.

"C'est le deuxième coup dur, alors que se rapproche l'accord avec les Chinois", a souligné M. Ben Yisrael, faisant référence à la perte d'Amos-5, lui aussi détenu et opéré par Spacecom mais de fabrication franco-italienne.

La communication avec ce satellite avait été rompue en novembre, quatre ans après son lancement depuis le Kazakhstan.

"De nouveau, il y a un problème majeur au lancement et j'espère que Spacecom est assez fort pour surmonter la situation et commander un autre satellite", a déclaré Yitzhak Ben Yisrael à la radio publique. Si c'est le cas, "cela prendra deux à trois ans pour rattraper le retard".

- 'Avant-garde' -

Le fabriquant d'Amos-6, Israel Aircraft Industries (IAI), a indiqué qu'il s'agissait du satellite le "plus gros et le plus sophistiqué jamais construit en Israël".

"Évidemment, nous sommes déçus par cet incident dans le lanceur et nous sommes prêts à aider Spacecom par tous les moyens," a déclaré IAI vendredi dans un communiqué, ajoutant que "l'industrie des satellites de communications est stratégique pour IAI et l'Etat d'Israël".

L'Agence spatiale israélienne, rattachée au ministère israélien de la Science, a assuré vendredi dans un communiqué que le "soutien à l'industrie aérospatiale en Israël continuera dans le but de se maintenir à l'avant-garde de la technologie".

Le ministre de la Science et de la Technologie Ofir Akunis rassemblera dimanche les dirigeants du secteur pour "une réunion d'urgence", précise le texte.

David Zusiman, ancien directeur de projet pour les satellites Amos-3 et Amos-4 et impliqué dans les premiers stades de développement d'Amos-6, estime que l'explosion est un revers mais pas nécessairement un désastre.

"Amos 6 peut être remplacé par un satellite identique qu'il sera possible de commander immédiatement, avec l'argent de l'assurance", a-t-il dit dans une interview à la radio publique. "L'assurance doit couvrir le coût d'un satellite complet, y compris d'un nouveau lancement".

"Le problème est qu'Amos-6 devait remplacer Amos-2 qui est maintenant assez vieux", a ajouté M. Zusiman. Toutefois, "plusieurs satellites sur le marché international sont comparables à Amos-2: ils sont vieux mais peuvent encore fonctionner quelques années", a-t-il précisé.

David Zusiman a quand même reconnu que "les clients (comme Facebook, ndlr) qui avaient acheté les capacités supplémentaires d'Amos-6 pourraient être pénalisés (par sa destruction) parce que cela retarde leur programme de deux ou trois ans".

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après plus de 18 mois de bêta-test, Facebook At Work devrait être lancé le mois prochain. Le prix serait fixé par utilisateur et non pas par entreprise ce qui rendrait la solution accessible à des TPE ou PME.
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Après une réorganisation au niveau mondial, l’équipe de Microsoft France est elle aussi profondément remaniée suite au départ de son président en juillet dernier. Certains visages ont quant à eux disparu… 
Benchmark Capital et Insight Ventures, deux parmi les plus prestigieux fonds américains, investissent 20 millions d’euros dans la start-up française. Le tour de table a été bouclé en un mois.
Le nouveau service de Plex, en bêta et encore actuellement sur invitation, permet de streamer tous vos contenus sur les appareils équipés de Plex via l’offre de stockage illimitée Amazon Drive. 
A l’occasion de sa conférence prévue le 4 octobre prochain, Google pourrait dévoiler Andromeda accompagné de deux nouveaux périphériques : une tablette Nexus 7 pouces et un laptop hybride – Pixel 3 – ultrafin et équipé d’un écran 12,3 pouces.
Disney pourrait être intéressé par le rachat de Twitter, rapporte Bloomberg. Le deal pourrait être favorisé par le fait que les deux entreprises sont déjà en partenariat et que Jack Dorsey, CEO et co-fondateur de Twitter, siège au conseil d’administration de Disney.
La croissance de Parrot sur le deuxième trimestre 2016 s’essouffle et force la marque française à revoir à la baisse ses objectifs financiers. 
La conférence Microsoft Ignite a été l’occasion pour les deux entreprises d’annoncer un partenariat croisé : Adobe utilisera les services cloud Azure alors que l’éditeur de Redmond intégrera Adobe Marketing Cloud sur Dynamics 365. 
Renault et Nissan vont combiner leurs efforts en vue de développer de nouveaux services connectés pour les véhicules tout en s’appuyant sur l’offre Azure de Microsoft. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0