mardi 27 septembre 2016
 

Megaupload: Dotcom obtient la diffusion sur le net de son audience d'extradition

Le fondateur du site de téléchargement Megaupload Kim Dotcom a revendiqué mardi une victoire dans son combat judiciaire en Nouvelle-Zélande contre son extradition vers les Etats-Unis en obtenant la retransmission sur internet des débats judiciaires.

Kim Dotcom, en compagnie de sa petite amie Elizabeth Donelly, à sa sortie de la Haute Cour d'Auckland, lundi 29 août 2016

"Info de dernière minute: le juge a accepté la retransmission en streaming! Succès!", a écrit Kim Dotcom, de son vrai nom Kim Schmitz, depuis son compte Twitter. 

Le géant allemand de 41 ans est recherché par les autorités américaines qui l'accusent d'avoir, grâce au piratage, réalisé des profits colossaux au travers de son emblématique plateforme de téléchargement, de films ou de musique notamment, fermée en 2012.

A son heure de gloire, Megaupload était le 13e site le plus visité d'internet, affichait 50 millions d'utilisateurs quotidiens et disait représenter 4% du trafic.

L'empire de Kim Dotcom s'est effondré en janvier 2012 quand la police a débarqué dans sa luxueuse propriété d'Auckland à la demande des autorités américaines.

Fin 2015, la justice néozélandaise a estimé qu'il pouvait être extradé aux Etats-Unis, ainsi que trois autres fondateurs de Megaupload. 

L'examen de l'appel qu'il avait formé contre sa remise aux autorités américaines a débuté lundi devant la Haute Cour d'Auckland.

Avant d'entrer dans le fond du dossier, les avocats de Kim Dotcom ont plaidé pour que les débats soient retransmis en streaming sur internet, pour lui garantir un procès équitable. Et pour prendre les internautes à témoin.

- léger différé -

Le gouvernement américain a tenté d'empêcher une telle publicité des débats, faisant valoir qu'une diffusion sur internet de ces audiences risquait d'orienter le jugement d'un éventuel jury américain, dans l'hypothèse d'une extradition et d'un procès aux Etats-Unis.

Mais, selon les médias néozéolandais, le président de la Haute Cour, le juge Murray Gilbert a décidé que le streaming pouvait avoir lieu, à de strictes conditions.

La diffusion se fera en léger différé, avec un délai de 20 minutes, et ce afin de permettre au tribunal de la suspendre dans le cas où des informations confidentielles viendraient à être divulguées à l'audience.

Les vidéos devront par ailleurs être retirées d'internet à la fin du procès.

"Le streaming en direct commencera demain (mercredi, ndlr). Le caméraman doit tout installer de manière professionnelle, en respectant les directives du juge en matière de streaming", a ajouté Dotcom.

A l'ouverture de l'audience lundi, Ron Mansfield, l'avocat de Dotcom, avait motivé la requête de son client en expliquant que le streaming (le flux sans téléchargement) lui garantirait un procès équitable et se justifiait par "l'intérêt public et international sans précédent" de l'affaire.

Il avait également observé que la retransmission en streaming d'audiences avait été expérimentée avec succès par le passé dans les tribunaux néozélandais.

Recherché pour fraude, racket et blanchiment, celui qui se décrit comme un "combattant de la liberté d'internet" se défend de toute infraction, en se présentant comme un entrepreneur du net. 

Son site, avait-il plaidé, faisait de son mieux pour éviter les violations de droits d'auteurs, mais avait 50 millions d'utilisateurs quotidiens et ne pouvait contrôler la totalité de leur activité.

Il accuse les autorités américaines de mener contre lui une vendetta à l'instigation des influents studios hollywoodiens.

Kim Dotcom et trois anciens de Megaupload - Finn Batato, Mathias Ortmann et Bram van der Kolk - sont accusés d'avoir tiré de leur activité 175 millions de dollars de profit et causé des centaines de milliards de dollars de pertes aux ayants droit des oeuvres musicales, films et autres produits piratés.

L'examen de l'appel devrait durer de six à huit semaines. En cas de défaite, Kim Dotcom déposera d'autres recours contre son extradition. Si son procès devait avoir lieu aux Etats-Unis, il encourt 20 ans de prison.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
La conférence des utilisateurs et des partenaires de Splunk vient de s’ouvrir dans le complexe de Disney à Orlando. Doug Meritt, le CEO de Splunk, a dévoilé les nouveautés produits et précisé la vision stratégique de l’entreprise : devenir la machine qui fait tourner l’usine à données de l’entreprise.
Après une réorganisation au niveau mondial, l’équipe de Microsoft France est elle aussi profondément remaniée suite au départ de son président en juillet dernier. Certains visages ont quant à eux disparu… 
Benchmark Capital et Insight Ventures, deux parmi les plus prestigieux fonds américains, investissent 20 millions d’euros dans la start-up française. Le tour de table a été bouclé en un mois.
Le nouveau service de Plex, en bêta et encore actuellement sur invitation, permet de streamer tous vos contenus sur les appareils équipés de Plex via l’offre de stockage illimitée Amazon Drive. 
A l’occasion de sa conférence prévue le 4 octobre prochain, Google pourrait dévoiler Andromeda accompagné de deux nouveaux périphériques : une tablette Nexus 7 pouces et un laptop hybride – Pixel 3 – ultrafin et équipé d’un écran 12,3 pouces.
Disney pourrait être intéressé par le rachat de Twitter, rapporte Bloomberg. Le deal pourrait être favorisé par le fait que les deux entreprises sont déjà en partenariat et que Jack Dorsey, CEO et co-fondateur de Twitter, siège au conseil d’administration de Disney.
La croissance de Parrot sur le deuxième trimestre 2016 s’essouffle et force la marque française à revoir à la baisse ses objectifs financiers. 
La conférence Microsoft Ignite a été l’occasion pour les deux entreprises d’annoncer un partenariat croisé : Adobe utilisera les services cloud Azure alors que l’éditeur de Redmond intégrera Adobe Marketing Cloud sur Dynamics 365. 
Renault et Nissan vont combiner leurs efforts en vue de développer de nouveaux services connectés pour les véhicules tout en s’appuyant sur l’offre Azure de Microsoft. 
Le nouveau Forfait Freebox Révolution tente de séduire en ajoutant la TV by CANAL Panorama et l’application myCANAL incluse, le tout pour 39,99 euros TTC/mois. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0