lundi 26 septembre 2016
 

Pikachu, peut-il aider les profs à motiver les élèves?

Après la fièvre estivale de Pokemon Go, professeurs et spécialistes de l'éducation s'interrogent sur l'utilisation de ce jeu dans la salle de classe. Pikachu, peut-il aider les profs à intéresser et motiver les élèves?

L'application gratuite a débarqué cet été en France et a conquis, comme dans d'autres pays, des millions d'utilisateurs.

Cette application gratuite a débarqué cet été en France et a conquis, comme dans d'autres pays, des millions d'utilisateurs. Le principe est simple: attraper, grâce à son smartphone, des créatures virtuelles cachées dans le monde réel, que l'on voit sur son écran grâce à la technologie de la réalité augmentée.  

L'Américaine Kathy Schrock, qui travaille depuis les années 90 sur l'utilisation d'internet par les enseignants, liste sur son blog (en anglais) les possibilités éducatives offertes par ce jeu phénomène.

Elle cite notamment la découverte par les élèves de leur environnement puisque les lieux choisis par le concepteur pour se procurer des accessoires ou envoyer combattre les animaux virtuels se trouvent souvent dans des sites remarquables.

L'Américaine évoque également la familiarisation avec les cartes et coordonnées GPS, emmagasinées par les joueurs lors de leur chasse aux Pokemon. Elle mentionne aussi l'interprétation et le traitement de données, ou le calcul, grâce au journal du jeu, qui enregistre automatiquement la date et l'heure des événements de la "chasse" (captures, combats).

Si ce jeu séduit des professeurs à l'affût de nouvelles pratiques pédagogiques, il provoque aussi quelques grincements de dents. "Cette histoire de Pokemon, c'est une impasse", estime Sylvain Connac, enseignant-chercheur à l'université Paul-Valéry de Montpellier et spécialiste des pédagogies nouvelles.

Comme le jeu de rôles canadien Classcraft, où les élèves sont des personnages et qui fait fureur dans les salles de classe à travers le monde, l'utilisation de Pokemon Go se base sur "la motivation extrinsèque", explique à l'AFP le chercheur. "Un peu à la manière des bons points d'antan, on introduit des +carottes+ pour inciter les élèves à travailler et rencontrer les savoirs", au risque de détruire l'appétit d'apprendre de beaucoup d'élèves.

- Sortir du jeu pour digérer les savoirs - 

Or l'apprentissage "passe par une phase désagréable, pendant laquelle l'enfant réalise que ce qu'il sait n'est pas suffisant. Une phase de déséquilibre désagréable mais nécessaire car elle donne envie de compenser ce déséquilibre", ajoute-t-il. "On leurre les élèves en leur disant qu'on ne peut apprendre qu'en jouant".

Il cite Célestin Freinet, qui parle de "jeu haschich". "Ce qui est naturel pour l'enfant, ce n'est pas le jeu mais le travail", affirmait ce célèbre pédagogue, mort il y a 50 ans. Pour Sylvain Connac, plutôt que de "jouer", il faut donner du sens aux apprentissages. "Faire comprendre qu'apprendre les règles de grammaire sert à respecter les accords afin de ne pas passer pour un imbécile quand on communique avec quelqu'un".

Le jeu peut redonner confiance aux élèves en décrochage scolaire, mais il faut ensuite "l'enlever" pour que ces jeunes s'appuient sur le plaisir d'apprendre via l'effort, ajoute-t-il.

La tradition française, héritée d'Erasme, qui parle des jeux comme d'"appâts séduisants", voit dans le jeu une manipulation, déclare Eric Sanchez, professeur à l'université de Fribourg (Suisse). "On ne voit que la partie superficielle: c'est un jeu, donc ça va motiver les élèves".

Mais en Allemagne, l'héritage du pédagogue Friedrich Froebel (1782-1852) prête au jeu des propriétés éducatives intrinsèques, qui permettent aux élèves d'accepter et d'intégrer des règles, ajoute ce spécialiste des usages du jeu numérique dans l'éducation.

Pour que le jeu permette l'apprentissage, "il faut toutefois quitter le jeu: un moment clé pendant lequel le professeur amène les élèves à réfléchir sur ce qu'ils ont appris, une sorte de debriefing".

Que ce soit Pokemon Go, Word of Warcraft (dont s'inspire Classcraft) ou d'autres, les jeux font partie de l'univers actuel des jeunes. "Ce sont de nouveaux médias et il est très important que les jeunes reçoivent une éducation dans ce domaine, comme il y a une éducation à la presse ou à internet", souligne-t-il.

Source : AFP - Frédérique PRIS

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
Après que Yahoo ait confirmé le piratage de 500 millions de comptes utilisateurs, les entreprises doivent impérativement mesurer l’exposition et tenter de se prémunir au mieux. Voici quelques conseils.
C'est bien le casse du siècle avec au moins un demi-milliard d'inscrits Yahoo impactés. Le coupable : un agent para-gouvernemental non encore identifié.
La Galaxy Note 7 devrait faire son retour en Corée la semaine prochaine et aux Etats-Unis, ainsi qu’en Australie, dans le courant du mois d’octobre. Mais le reste du monde, Europe comprise, ne devrait pas voir les phablettes sur les étals avant fin novembre au plus tôt. Une chose est sûre, Samsung ne veut pas manquer les fêtes de fin d’année.
Le spécialiste du stockage cloud annonce l’ouverture d’une infrastructure en Allemagne avec son partenaire AWS. Les clients Dropbox Business pourront désormais en profiter. 
Après une première salve de tests en laboratoire, l’ANFR a réalisé de nouvelles mesures en conditions réelles sur les niveaux de champs électromagnétiques de Linky. Résultat : rien à craindre ! 
Le groupe automobile annonce le rachat du Français Sylpheo et de son expertise en matière d’intégration et de développement d’applications.
Le LiFi, une technologie vieille de cinq ans, fait ses premiers pas dans le monde de l’entreprise. Après plusieurs projets pilotes, le Français Lucibel s’apprête à commercialiser un luminaire et un émetteur, afin d’équiper des salles, des bureaux, en vrai LiFi. Une première étape vers une utilisation plus large de cette technologie.
En pleine négociation pour son rachat, Yahoo pourrait se voir contraint de révéler, officiellement, le vol des informations d’au moins 200 millions de comptes utilisateurs. Une information qui risque d’ébranler la société la veille de la transaction avec Verizon.
Après le départ de son PDG Hans Verberg en juillet dernier, l’équipementier réseau entame une phase de restructuration et devrait fermer ses deux sites de fabrication en Suède. 3000 personnes devraient ainsi perdre leur emploi. 
Propriété de Google, Waze lance un programme avec les municipalités et les gestionnaires de tunnels pour installer des balises Bluetooth qui permettront d’améliorer (et de maintenir) la connexion GPS en passant dans les tunnels. Une expérimentation sera bientôt lancée à Paris. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0