samedi 1 octobre 2016
 

Lutte contre le cyber-jihadisme: une course sans fin

Suspendre des milliers de comptes pour apologie ou promotion du terrorisme, comme vient de le faire Twitter, est une mesure nécessaire mais loin d'être suffisante pour entraver les actions des cyber-jihadistes, estiment des experts.

D'une part il reste facile de rouvrir, au fur et à mesure qu'ils sont fermés, de nouveaux comptes et d'autre part cette politique risque de pousser encore davantage les utilisateurs vers des réseaux sociaux plus confidentiels, cryptés ou protégés, voire vers le "web profond" ("darkweb" ou "deepweb"), partie obscure de l'internet non référencée dans les moteurs de recherche classiques. 

"Suspendre plus de 235.000 comptes, comme vient de l'annoncer Twitter, peut avoir une influence, mais à très court terme" assure à l'AFP Gérôme Billois, expert au sein du Club de la sécurité de l’information français (Clusif). "Il y a des techniques bien connues par les jihadistes et les cybercriminels au sens large, qui sont de dire : mon compte Twitter s'appelait A, maintenant il s'appelle A1, A2, A3, etc… Ouvrir un compte, cela prend moins d'une minute. Ça peut même être partiellement automatisé". 

"J'ai bien peur que le besoin, les envies de propagande ne soient plus forts que les actions que pourraient mener Twitter en coupant un certain nombre de comptes", ajoute-t-il. 

Au cours des derniers mois de grands acteurs américains de l'internet, comme Twitter, Youtube ou Facebook ont été soumis à des pressions croissantes de la part des gouvernements, américain et autres, pour les amener à lutter davantage contre la propagande jihadiste en ligne et l'utilisation de leurs services par des réseaux jihadistes. 

Ils assurent tous le faire et y consacrer de plus en plus de ressources, mais "la nature même d'internet fait que c'est une course sans fin, dans laquelle on est toujours un cran derrière", estime Gérôme Billois.

- 300 millions d'utilisateurs

Si Twitter ou d'autres réseaux sociaux grand public deviennent trop vigilants, les cyber-jihadistes seront incités à utiliser davantage des logiciels ou des applications plus difficiles à contrôler, comme par exemple Telegram, créé dans un but de confidentialité par deux Russes, dans lequel les échanges peuvent être cryptés.

Les services de renseignements préfèrent souvent laisser des forums ouverts, qu'ils peuvent surveiller, en activité plutôt que de voir leurs cibles migrer vers le darkweb ou la cryptographie.  

"Il faut toujours penser stratégie, bataille, tactique militaire" explique à l'AFP le rhétoricien et philosophe Philippe-Joseph Salazar, auteur de l'essai "Paroles armées - Comprendre et combattre la propagande terroriste" (Lemieux éditeur). "Twitter était un terrain d'affrontement. Si ce terrain disparaît ou est moins facile, on déplace les bataillons ailleurs, c'est tout. Et là on se retrouve avec le problème de Telegram, ou du Darknet". 

Pour l'expert américain Andrew Macpherson, spécialiste en cyber-sécurité au sein de l'University of New Hampshire, "il faut mesurer l'ampleur de la tache qui consiste à contrôler l'emploi des réseaux sociaux quand il y a plus de trois cents millions d'utilisateurs". 

"Il est certain que les groupes terroristes continueront par tous les moyens d'utiliser les nouvelles technologies pour leur propagande", ajoute-t-il. "Comme ils chercheront toujours des moyens de maintenir et d'améliorer la confidentialité de leurs communications".

Pour cela, des logiciels d'anonymisation, de cryptage et de cyber-dissimulation sont faciles à trouver sur le web. Aucune compétence technique particulière n'est requise pour les utiliser, comme l'ont prouvé des affaires récentes dans lesquelles les enquêteurs ont été arrêtés dans leurs investigations par des téléphones cryptés, des messageries protégées par des mots de passe incassables ou des forums privés dans lesquels ils ne sont pas parvenus à pénétrer. 

Et si les dispositifs de contrôle devenaient trop efficaces, le groupe Etat islamique, par exemple, dispose des compétences requises pour élaborer ses propres logiciels, assure Gérôme Billois. 

"Vous mettez une équipe de quatre-cinq personnes avec les bonnes compétences et les bonnes motivations, ils vous lancent des services innovants qui peuvent être utilisés par des milliers de personnes", dit-il. "Et ces compétences, s'ils ne les ont pas entièrement, ils sont tout à fait capables de les acheter".

Source : AFP - Michel MOUTOT

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
L’éditeur regroupe l’ensemble des équipes travaillant sur les différents projets d’intelligence artificielle au sein d’une division unique de plus de 5000 personnes.

Raspbian a droit, avec PIXEL, à une révision en profondeur de son environnement graphique et à quelques nouveaux outils et services. L’OS se dote d’une interface plus agréable tandis que Chromium fait son entrée dans l’environnement du Pi.

Vous adorez Waze et son aspect collaboratif ? Oubliez tout ca : HERE et ses trois patrons (BMW, Audi, Mercedes) veulent vous montrer comment et pourquoi ils disposent du meilleur système au monde.
Aux termes d’un partenariat entre les deux entreprises, les Renault pourront dès 2017 afficher le célèbre Waze directement sur les écrans tactiles embarqués, en déportant l’écran du smartphone grâce à Android Auto. 
Quelques jours avant sa keynote du 4/10, Google renomme et regroupe ses services. Les Google Apps for Work deviennent G Suite et rejoignent Gmail, Drive, Doc, mais aussi API, les outils de machine learning, Chrome OS ou encore Android au sein de Google Cloud. Et c’est bien plus qu’un simple rebranding !
Cette nouvelle opération de fusion-acquisition se réaliserait à un montant minimum de 30 milliards de dollars, ce qui en ferait une des plus importantes d'un secteur particulièrement sollicité depuis 2015.
Les deux entreprises ont annoncé une collaboration autour de l’intégration des outils de chacune au sein de leurs solutions respectives. Une manière pour de renforcer leur offre de services à l’heure où Microsoft sort les crocs.
Le géant du cloud posera ses valises en région parisienne. Sa nouvelle infrastructure sera opérationnelle à partir de 2017. Une bonne nouvelle pour les clients. 
Le programme de rappel des Galaxy Note 7, affligés d’un problème de batterie, se passe mieux que prévu. Samsung semble enthousiaste et remercie ses clients de leur fidélité, 90% des terminaux défectueux étant remplacés par un autre Galaxy, S7 ou Note 7 fonctionnel. Les livraisons devraient débuter en Europe à compter du 28 octobre, sauf retard.
Les cinq géants américains se sont réunis autour d’une bannière commune pour banaliser et rassurer sur le sujet de l’intelligence artificielle. Ils ont créé une association à but non lucratif. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES COÛTS CACHÉS DU CLOUD, Applications de gestion : la nouvelle donne, Gestion de projet P&PM, API Rest, Les containers remplacent les VM, L'ère des Bots, L'Infra de G7...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0