lundi 31 août 2015
 

Ukraine: origine incertaine des attaques de virus informatiques

Il est difficile de retracer avec exactitude l'origine du virus "Snake" qui a infiltré des ordinateurs en Ukraine, selon plusieurs spécialistes interrogés lundi au salon Cebit de Hanovre (nord de l'Allemagne), alors que des soupçons pèsent sur la Russie.

"J'ai des doutes sur les soit-disant preuves selon lesquelles la Russie serait derrière" ce virus, a déclaré à l'AFP Thomas Uhlemann, un spécialiste allemand de la sécurité qui travaille pour l'entreprise slovaque ESET.

Certes, "la Russie aurait les connaissances, les compétences et les ressources pour créer une attaque telle que Snake", selon lui. Mais "elle est aussi à même de très bien dissimuler ses traces, spécialement si ces attaques sont menées pour le compte de l'Etat", ajoute-t-il.

Michael Goedeker, directeur des ventes chez le britannique Sophos, explique que "le moyen le plus sûr de savoir qu'un virus provient d'un certain pays est de regarder dans son code et voir comment il est écrit". 

"On peut deviner mais on n'est jamais vraiment certain. C'est difficile", ajoute-t-il.

Selon les informations dont M. Goedeker dispose, le virus détecté en Ukraine "est basé sur une portion de Snake, un programme bien plus large".

"Il ressemble à une stratégie très détaillée et très sophistiquée que certains pays utilisent pour espionner", ajoute-t-il. Quant à ce que ce virus puisse servir de cyber-arme -c'est à dire à détruire des informations ou endommager des infrastructures- c'est un point d'interrogation, ajoute-t-il.

Eugene Kaspersky, patron de la société russe de sécurité informatique Kaspersky, est plus affirmatif. "Snake est un virus d'espionnage (...) juste d'espionnage. Certaines sources disent qu'il s'agit d'une cyber-arme mais ce n'en est pas une".

Snake "n'est donc pas comparable à Stuxnet, une cyber-arme extrêmement compliquée destinée à détruire le programme nucléaire civil iranien", ajoute-il.

Selon lui, la Russie subit des attaques similaires à celles observées en Ukraine, à base du virus Snake, en particulier sur les sites des médias. "Je pense que cela vient d'activistes, pas des Etats".

Samedi, un rapport du groupe britannique de défense BAE Systems expliquait que le virus, apparu en 2006, était déployé de manière plus agressive depuis 2013 et que sur 44 attaques enregistrées depuis, 22 l'avaient été en Ukraine.

Les opérateurs de Snake agissent en semaine et essentiellement dans un fuseau horaire correspondant à Moscou, a constaté BAE Systems.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

/// Actuellement à la Une...
Il se pourrait que, prochainement, les données des assureurs soient mises en relation avec celles récupérées par les radars automatiques. Le but : repérer les automobilistes sans assurance. 
Lors du Def Con Hacking de Las Vegas, une équipe de chercheurs en sécurité britannique s’est essayé au hacking sur réfrigérateur, avec succès. Une faille leur a en effet permis de lancer une attaque man-in-the-middle et de dérober les donner de connexion de l’utilisateur. De quoi devenir paranoïaque…
Microsoft, en sortant son nouvel OS, devait aussi sortir le PC de son marasme. Mais la gratuité du système d’exploitation va empirer la situation pendant encore une année, tandis que le segment tablette dégringole. Mais IDC prédit une accalmie en 2017… si tout se passe comme prévu.
Alors qu’il est sous la menace d’une amende géante pour abus de position dominante, Google réfute en bloc les accusations de la Commission Européenne. Il indique encore que ses innovations non seulement ne sont pas anti-concurrentielles mais sont bénéfiques pour tous.
Comme lors de chaque rentrée, Apple va présenter ses nouveaux iPhone. Un moment toujours important lorsque l’on sait le poids du téléphone dans le chiffre d’affaires de l’entreprise.
La montre connectée d’Apple a réussi son pari : certains pensaient qu’elle ne se vendrait pas, IDC prouve le contraire. La marque à la pomme talonne le géant du marché des trackers d’activité, Fitbit, grignotant ses parts de marché. Et devinez qui est le petit nouveau qui les guette au tournant…
La suite bureautique en ligne de Microsoft dominerait désormais le marché, passant devant les Google Apps, dont les revendeurs sont très mécontents aux Etats-Unis. 
Au tour de Google de lancer son propre service de streaming de jeux vidéo. Candidat malheureux au rachat de Twitch, le géant ne compte pas laisser le champ libre à son concurrent. YouTube Gaming est lancé aujourd’hui, d’abord aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
La principale place de marché de produits illicites se met « offline », du moins provisoirement pour renforcer sa sécurité et éviter le sort de Silk Road.
Une application permettant de télécharger gratuitement d'autres applications, c'est le nouveau pari du géant de l'e-commerce pour attirer de nouveaux utilisateurs. Amazon Underground propose gratuitement des applications habituellement payantes sur d'autres Stores.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LA MAISON CONNECTÉE EN 15 TESTS - Où va le STOCKAGE ? - Rencontre avec... Fred Potter (Netatmo) - 3 avis sur l'APPLE WATCH - Développement : DIY, MAKERS, FABLABS & CO - Roaming en Europe... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0