dimanche 14 février 2016
 

Ukraine: origine incertaine des attaques de virus informatiques

Il est difficile de retracer avec exactitude l'origine du virus "Snake" qui a infiltré des ordinateurs en Ukraine, selon plusieurs spécialistes interrogés lundi au salon Cebit de Hanovre (nord de l'Allemagne), alors que des soupçons pèsent sur la Russie.

"J'ai des doutes sur les soit-disant preuves selon lesquelles la Russie serait derrière" ce virus, a déclaré à l'AFP Thomas Uhlemann, un spécialiste allemand de la sécurité qui travaille pour l'entreprise slovaque ESET.

Certes, "la Russie aurait les connaissances, les compétences et les ressources pour créer une attaque telle que Snake", selon lui. Mais "elle est aussi à même de très bien dissimuler ses traces, spécialement si ces attaques sont menées pour le compte de l'Etat", ajoute-t-il.

Michael Goedeker, directeur des ventes chez le britannique Sophos, explique que "le moyen le plus sûr de savoir qu'un virus provient d'un certain pays est de regarder dans son code et voir comment il est écrit". 

"On peut deviner mais on n'est jamais vraiment certain. C'est difficile", ajoute-t-il.

Selon les informations dont M. Goedeker dispose, le virus détecté en Ukraine "est basé sur une portion de Snake, un programme bien plus large".

"Il ressemble à une stratégie très détaillée et très sophistiquée que certains pays utilisent pour espionner", ajoute-t-il. Quant à ce que ce virus puisse servir de cyber-arme -c'est à dire à détruire des informations ou endommager des infrastructures- c'est un point d'interrogation, ajoute-t-il.

Eugene Kaspersky, patron de la société russe de sécurité informatique Kaspersky, est plus affirmatif. "Snake est un virus d'espionnage (...) juste d'espionnage. Certaines sources disent qu'il s'agit d'une cyber-arme mais ce n'en est pas une".

Snake "n'est donc pas comparable à Stuxnet, une cyber-arme extrêmement compliquée destinée à détruire le programme nucléaire civil iranien", ajoute-il.

Selon lui, la Russie subit des attaques similaires à celles observées en Ukraine, à base du virus Snake, en particulier sur les sites des médias. "Je pense que cela vient d'activistes, pas des Etats".

Samedi, un rapport du groupe britannique de défense BAE Systems expliquait que le virus, apparu en 2006, était déployé de manière plus agressive depuis 2013 et que sur 44 attaques enregistrées depuis, 22 l'avaient été en Ukraine.

Les opérateurs de Snake agissent en semaine et essentiellement dans un fuseau horaire correspondant à Moscou, a constaté BAE Systems.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Dernières dépêches AFP Internet et Technologie

/// Actuellement à la Une...
Le collège de la Hadopi a désigné le successeur de Marie-Françoise Marais : il s’agit de Christian Phéline, un ancien du ministère de la Culture. 
Un cabinet d’avocats de Seattle vient de déposer une plainte en nom collectif auprès d’un tribunal de Californie à propos du blocage de certains iPhone qui n’auraient pas été réparés directement dans les Apple Stores. Connue sous le nom « erreur 53 », cette affaire pourrait amener Apple à être condamnée à verser plusieurs millions de dollars si la plainte aboutit, ce qui semble toutefois peu probable.
Selon le cabinet IDC, le dernier trimestre a été assez terne pour le secteur des imprimantes et des multifonctions. Les modèles à jet d’encre sont les principales victimes de cette tendance.
Le constructeur américain anticipe le salon MWC de Barcelone qui débute dans une dizaine de jours pour annoncer de nouveaux modems LTE et un processeur dédié aux objets connectés.
Orange Digital Ventures débarque dans le capital de KissKissBankBank dans le cadre d’une levée de fonds. Parallèlement, le pionnier MyMajorCompany n’acceptera plus de projets à partir de mars prochain. 
Sept ans après avoir entamé sa migration, Netflix annonce que la totalité de ses infrastructures est désormais hébergée sur la plateforme cloud d’Amazon. 
Le service de radio via Internet aurait choisi la banque d’affaires Morgan Stanley pour l’aider à vendre l’entreprise en perte de vitesse et soumise à une très forte concurrence.
L’opérateur continue sa progression en matière de couverture de la population en 4G et atteint 75% de la population, soit 47 millions de personnes. 
Selon le New York Times, Google aurait accepté les demandes de plusieurs états, notamment la France, d’étendre le droit à l’oubli sur l’ensemble des adresses Google, y compris le .com.
Une caméra HD qui permet de retransmettre en direct des vidéos auprès de vos proches : c’est ce qu’a présenté Orange avec sa 4G Cam. 
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

CES 2016 LES VRAIES STARS : 4K/HDR, impression 3D, Réalité Virtuelle, Caméra 360°, WiFi Gigabit, Drones furtifs + rubrique Big Data, LiFi, Impression en mobilité, Conteneurs pour Windows Server 2016, Machine Learning, Sports d'hiver connectés...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


NOS PARIS GAGNANTS 2016 : VoLTE, Software Defined, Blockchain, Hyperconvergence, Design Thinking, Elastic Search... - Machine Learning, Windows App Studio, Anonymous sous le feu des critiques, Steam OS, Rencontre avec Laurent Chemla...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


TECHNOS EN FÉTE : PC stick, clés TV, réalité virtuelle, imprimantes 3D, imprimantes photo... PAAS : un Cloud pensé pour les développeurs, APIs ciment de l'Internet, OpenStack : belles références mais démarrage difficile, Microsoft Project Oxford...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0