jeudi 25 août 2016
 

Ukraine: origine incertaine des attaques de virus informatiques

Il est difficile de retracer avec exactitude l'origine du virus "Snake" qui a infiltré des ordinateurs en Ukraine, selon plusieurs spécialistes interrogés lundi au salon Cebit de Hanovre (nord de l'Allemagne), alors que des soupçons pèsent sur la Russie.

"J'ai des doutes sur les soit-disant preuves selon lesquelles la Russie serait derrière" ce virus, a déclaré à l'AFP Thomas Uhlemann, un spécialiste allemand de la sécurité qui travaille pour l'entreprise slovaque ESET.

Certes, "la Russie aurait les connaissances, les compétences et les ressources pour créer une attaque telle que Snake", selon lui. Mais "elle est aussi à même de très bien dissimuler ses traces, spécialement si ces attaques sont menées pour le compte de l'Etat", ajoute-t-il.

Michael Goedeker, directeur des ventes chez le britannique Sophos, explique que "le moyen le plus sûr de savoir qu'un virus provient d'un certain pays est de regarder dans son code et voir comment il est écrit". 

"On peut deviner mais on n'est jamais vraiment certain. C'est difficile", ajoute-t-il.

Selon les informations dont M. Goedeker dispose, le virus détecté en Ukraine "est basé sur une portion de Snake, un programme bien plus large".

"Il ressemble à une stratégie très détaillée et très sophistiquée que certains pays utilisent pour espionner", ajoute-t-il. Quant à ce que ce virus puisse servir de cyber-arme -c'est à dire à détruire des informations ou endommager des infrastructures- c'est un point d'interrogation, ajoute-t-il.

Eugene Kaspersky, patron de la société russe de sécurité informatique Kaspersky, est plus affirmatif. "Snake est un virus d'espionnage (...) juste d'espionnage. Certaines sources disent qu'il s'agit d'une cyber-arme mais ce n'en est pas une".

Snake "n'est donc pas comparable à Stuxnet, une cyber-arme extrêmement compliquée destinée à détruire le programme nucléaire civil iranien", ajoute-il.

Selon lui, la Russie subit des attaques similaires à celles observées en Ukraine, à base du virus Snake, en particulier sur les sites des médias. "Je pense que cela vient d'activistes, pas des Etats".

Samedi, un rapport du groupe britannique de défense BAE Systems expliquait que le virus, apparu en 2006, était déployé de manière plus agressive depuis 2013 et que sur 44 attaques enregistrées depuis, 22 l'avaient été en Ukraine.

Les opérateurs de Snake agissent en semaine et essentiellement dans un fuseau horaire correspondant à Moscou, a constaté BAE Systems.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Advertisement

/// Actuellement à la Une...
La première mise à jour cumulative pour Redstone devait résoudre les problèmes de l’Anniversary Update. Pas d’pot, elle en rajoute. Powershell en fait les frais, avec une fonction DSC invalide, empêchant le script de tâches à distance sur les parcs informatiques.
Le cloud public connaîtra, sans surprise, une progression fulgurante dans les années à venir jusqu’à frôler les 200 milliards de dollars d’ici 4 ans, en 2020. 
La particularité du nouveau smartphone de Huawei, baptisé Honor 8, est qu’il est disponible uniquement sur le Web, pour 399 euros TTC. 
Voici 5 ans et 1 jour, Tim Cook prenait la tête d’Apple quelques mois avant le décès de son illustre fondateur. Si le bilan financier de sa mandature est exceptionnel on ne peut pas en dire autant en terme d’innovation.
Le nouveau produit de Parrot, l’aile volante Disco FPV, débarque en septembre pour 1 299 euros TTC avec un contrôleur et un casque de VR pour suivre l’appareil en vol. 
Une fonctionnalité exclusive de Project Fi fera son arrivée dans les prochaines semaines sur les smartphones Nexus. WiFi Assistant permet de basculer automatiquement du réseau 3G/4G au WiFi dès qu’un hotspot se trouve à proximité, tout en sécurisant la connexion.
Le lancement a été particulièrement discret mais l’application de collaboration en entreprise est bien là. En bêta privée, Project Sonoma est la plus récente tentative de Microsoft de venir chatouiller Slack.
C’est au WGBH de Boston que l’éditeur de logiciels de backup et de restauration des données a convié la presse pour présenter la feuille de route de ses produits pour les mois à venir. Avec des améliorations pour l’ensemble des composants, Veeam voit son avenir comme une plate-forme globale pour le backup de tous les environnements.
2016 marque le début de la croisade de Google contre la pub intrusive. Les pages mobiles devraient bientôt être débarrassées de ces fichus pop-up, à moins que l’éditeur ne craigne pas de voir son référencement chuter.
Netflix quitte la France. Ne paniquez pas, son offre reste inchangée et ses programmes accessibles. Mais le géant américain abandonne ses locaux du VIIème arrondissement parisien, leur préférant la plus douce fiscalité hollandaise.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

TRÈS HAUT DÉBIT : EXPLOSEZ VOTRE WIFI !, Euro 2016 & stades 2.0, Rencontre avec Nicolas Colin, Quoi de neuf dans SQL Server 2016, Framework PHP Laravel, Collaboratif : Slack et Atlassian réinventent le modèle...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


BIENVENUE DANS UN MONDE TOUT CLOUD, l'IA en bureautique, la data nouvelle matière première, l'infra de... leboncoin.fr, rencontre avec Rand Hindi (Snips), 8 outils gratuits pour sécuriser Windows 10...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0