dimanche 19 avril 2015
 

Très haut débit: un rapport sénatorial alarmiste sur le retard français

Un rapport sénatorial a préconisé mercredi "une arrivée en force de l'Etat" pour équiper d'ici dix ans tout le territoire français de la technologie du très haut débit (THD), dressant un constat alarmiste du retard de l'Hexagone dans ce domaine.

"Il faut une arrivée en force de l'Etat sur un réseau d'infrastructures qui est en train de prendre plus d'importance que les routes", a déclaré le sénateur UMP Pierre Hérisson (Haute-Savoie) en présentant avec son collègue socialiste Yves Rome (Oise) un rapport d'information qui a largement débordé du cadre initial, limité à l'action des collectivités territoriales dans le domaine du numérique.

La publication de cette étude de quelque 200 pages survient à la veille de la réunion d'un séminaire gouvernemental qui doit examiner la feuille de route sur ce sujet.

MM. Hérisson et Rome jugent que "les structures de marché sont insuffisamment coordonnées" pour relever le défi d'"une innovation radicale" comme le THD.

Le rapport prône entre autres un relèvement des tarifs d'abonnement à internet pour faciliter les investissements, alors que "la France a le coût le plus bas du monde".

Surtout, l'Etat doit exercer effectivement "ses responsabilités de régulateur et de financeur pour assurer l'égalité territoriale".

Pour le sénateur Hérisson, "il ne faudrait pas se retrouver dans la situation où les collectivités locales, qui ont développé des compétences avérées en matière numérique, font les investissements à la place des opérateurs".

Jean-Marc Ayrault et François Hollande ont annoncé il y a une semaine un plan d'investissements publics et privés de "vingt milliards d'euros" afin que 100% de la population puisse être couverte en très haut débit d'ici dix ans, conformément à l'engagement de la campagne présidentielle numéro 4.

Alors même que l'Europe est à la traîne, avec seulement 4% des abonnés dans le monde au THD, "la France se classerait 23e sur 27" dans l'Union européenne pour le taux de pénétration du très haut débit, selon les deux parlementaires.

Si l'accessibilité au THD progresse avec les investissements de l'opérateur historique France Telecom/Orange, "elle ne concerne vraiment que les zones très denses", avec 1,6 million de lignes installées jusque dans les immeubles des zones très denses, pour 360.000 "logements éligibles" dans les autres zones.

Le retard pris tient pour partie à la coexistence de deux technologies, celle du fil de cuivre, dont "l'extinction devrait être programmée" et celle de la fibre optique, selon le rapport.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES DÉFIS DE LA 5G - Bien choisir son Cloud public - Com interne : un RSE pour quoi faire ? - Premiers pas avec Office 2016 - Programmer pour l'Arduino - Crowdinvesting, mode d'emploi - IT Automation : faire face à la simplexité...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


WINDOWS 10 À MI-PARCOURS : le pari du "Un pour tous" - Du Big au Good Data - Outils métiers communication : faire passer le message - In-Memory : vers les performances et au-delà - Java : qu'apporte vraiment le version 8 ? - Avec IFTTT, Workflow, Zapier : jonglez avec vos apps ! - Rencontre avec... Tristan Nitot
Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


MA DSI EST UNE START-UP ! : Quand la transformation numérique rend l'entreprise agile - Fonction Achats : sous la coupe de l'analytique - Hadoop temps réel - Graphe : la nouvelle vague des bases de données ? - CES : l'innovation débridée des objets connectés - Utiliser son drone : le parcours du combattant...
Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0